• Le TAGteach : des chiens aux humains

    Quand un éducateur canin peut nous ouvrir des portes pour l'éducation tout court... vraiment intéressant. Du prime abord, le côté "conditionnement" me paraissait contestable mais en fait... il y a des choses à prendre, c'est certain.

    (l'article qui va avec est )

    Pour les plus courageux, une vidéo complémentaire, beaucoup plus détaillée, avec, à la fin, une application pour l'apprentissage du nœud de fauconnier :

     

    Quelques éléments qui m'ont plu :

    Des tâches décomposées en étapes que l'apprenant doit être capable de réussir en trois essais maximum. Si ce n'est pas le cas, on adapte pour que ça devienne possible.

    Le tag-teach : des chiens aux humains

    Seules les réussites sont mises en avant. On ne tient pas compte des essais infructueux. Une réelle pédagogie de la réussite. (Clique sur le lien, un article intéressant t'attend !)

    Le tag-teach        Le tag-teach      Le tag-teach

    Un clicker pour récompenser les réussites : Un Clicker pour chien (assez bruyant en général) ou un couvercle de pot de compote bébé, de confiture ou de bouteille sous-vide (son plus "doux") ou bien un sylo bille rétractable ou une lampe de poche avec un bouton poussoir (on enlève les piles avant peut-être). On trouve même des applications pour tablettes et tel... bref n'importe quoi qui fait un clic court, bref et efficace. Un truc objectif, sans jugement, sans subjectivité, sans "oui c'est bien MAIS tu aurais pu faire ceci cela..."

    Le tag-teach : des chiens aux humains

    Et, la révélation pour moi, (A partir de 11min30 dans la vidéo) : en clickant quelqu'un en train de faire la tâche, on apprend autant qu'en la faisant soi-même.

    Par exemple en écriture : l'élève qui clique l'enseignant (ou un autre élève) quand le tracé est réussi, apprend autant que s'il avait tracé la lettre lui-même.

    En effet, pour pouvoir clicker au bon moment, il faut qu'il soit attentif à la tâche exécutée, qu'il se fasse une image mentale de ce que l'autre est en train de faire, qu'il tienne compte des critères de réussite (Ca nous incite en temps qu'enseignant a être très clair là-dessus, c'est un très bon point)... autant de choses nécessaires à une future réussite personnelle.

    Et puis, l'enfant qui n'a pas envie de faire lui-même l'exercice (à cause d'un blocage x ou y), peut apprendre tout de même. 

    La petite phrase qui m'a beaucoup plu : "Avec le TAGteach, faire des erreurs fait partie des apprentissages. Ça n'est jamais une faute"

    Un application concrète en pédagogie humaine ;) Avec de la conjugaison :

    Et pour ceux que le click click indispose ou horripile, un claquement de doigt, un "ok" clair et net voire un pouce levé, une main posée sur l'épaule ou tout autre indicateur me semble tout aussi approprié (mais je me trompe peut-être ?). 

    Ou alors, mieux : un petit compteur mécanique ! Double bénéfice : un petit clic pas trop agressif qui indique la réussite et en plus on a la mémoire du nombre de réussites. On peut le noter dans un coin à chaque séance pour pouvoir mesurer ses progrès. (Et puis, pour le prix, c'est un bon investissement, il vous servira aussi en numération !)

    Le tag-teach

     

    Dans le même ordre d'idée, on peut se fabriquer un TAGulator qui permet, un peu comme un boulier de poche, de comptabiliser le nombre de Click reçus voire même de s'auto clicker (en fait pas de click dans ce cas : on déplace une perle au lieu de clicker. Au bout de x click, on peut s'octroyer quelque chose qui nous fait plaisir)

    Le TAGteach : des chiens aux humains    Le TAGteach : des chiens aux humains

     

    Pour en fabriquer un soi-même c'est pas sorcier :

    Bref, idée à tester, à adapter.

    Pour approfondir le sujet : www.tagteachenfrancais.com

    Et vous, vous en pensez quoi ?

    Pin It

    10 commentaires
  • Aider les élèves à mesurer leurs progrès

     

    C'est important d'aider les élèves à se situer dans leurs propres apprentissages, les amener à mesurer leurs avancées et le chemin restant à parcourir.

    Se créer un projet personnel, se fixer des objectifs... et enfin se réjouir des progrès accomplis (et gagner en confiance en soi)

    C'est souvent un bon point de départ pour susciter la motivation face aux apprentissages. Je sais enfin ce qu'on attend de moi et comment faire pour y arriver.

    Voilà donc quelques exemples d'outils que j'utilise dans différents domaines :

     

     1. Le tableau de progrès pour la connaissance des lettres/sons

    Tableau de progrès

     

    Je colle les étiquettes à la pâte à fixe au début du tableau et au fil des séances chaque élève déplace ses étiquettes au grès de ses progrès (selon les objectifs visés on fait ça suite à un petit test ou alors une auto-évaluation, une discussion, une activité réussie...)

    Un exemple ci-dessous d'un tableau de progrès que j'imprime généralement en A3 et que je colle au début de leur cahier (Maxi format). Dans le même document il y a aussi des étiquettes que j'utilise pour les CP avec qui je travaille la mémorisation des correspondances grapho-phonologiques. C'est juste un exemple, qui peut être adapté dans tous les domaines.

    Tableau de progrès

     Télécharger « Je vais apprendre à.pdf »

     

    2. La fiche de progrès à tamponner pour la connaissance des lettres et/ou sons

    Aider les élèves à mesurer leurs progrès

     Télécharger « Les lettres que je connais.pdf »

     

    J'imprime un tableau avec les lettres/sons à mémoriser (Ici les premiers niveaux du jeu des Syllamots qui n'est malheureusement plus édité) sur du papier bristol.

    Lors de la 1ère séance de travail, les élèves mettent un tampon dans les cases des lettres qu'ils maîtrisent. J'utilise d'anciens tampons trouvés dans un vide-grenier, avec les lettres dans les différentes graphies dans chaque coin et une belle image au centre (A comme avion, B comme bateau etc.). Ca aide un peu côté motivation ! Mais vous avez peut-être déjà des tampons lettres qui feront très bien l'affaire. 

    Aider les élèves à mesurer leurs progrès : comment ?

    Au fil des séances on met à jour le tableau avec les nouvelles lettres mémorisées (et en encreur d'une autre couleur pour bien visualiser les progrès)

    Si on veut éviter les doigts plein d'encre et les tampons mal encrés, des tampons auto-encrés ça peut aussi être un choix plus raisonnable :

    Aider les élèves à mesurer leurs progrès

     Tampons auto-encrés Joustra

     

      

    3. Les "Flèches prénoms" pour se situer par rapport à sa connaissance de la comptine numérique

     

    Une petite flèche découpée dans du papier cartonné avec le nom de l'enfant dessus. On la colle à la pâte à fixe en dessous du dernier nombre énoncé (sans aide et sans erreur) dans la file numérique. 

     

    Aider les élèves à mesurer leurs progrès

     

    J'en ai déjà parlé dans l'article au sujet de ma bande numérique arc-en-ciel de 0 à 100.

    Comme c'est un outil collectif et plus individuel, il me parait important de rappeler aux élèves que le but est de faire avancer son étiquette d'une séance à l'autre (et pas de dépasser les copains) : 

    Le but n'est pas d'être meilleur que les autres mais meilleur que la personne que vous étiez hier

    (Article et affiche sur ce sujet en cliquant sur ce lien).

     

    4. Les Mandalas des sons pour la connaissance des sons complexes

    J'utilise souvent le document de Zedra :

    Tableau de progrès

    Je l'utilise généralement avec des CE1 qui ont besoin d'approfondir la connaissance des sons. Lors de la 1ère séance, je leur fait colorier les sons qu'ils connaissent déjà d'une certaine couleur. Au fil des séances et des apprentissages, on colorie d'une autre couleur les nouveaux sons maîtrisés. (Je mise sur l'auto-évaluation : "colorie les sons que tu connais"... c'est rare que j'aie besoin d'invalider)

    Allez fouiller dans la rubrique "Auto-évaluation" de Zedra, il y a plein de choses intéressantes sur ce thème là. Elle a fait des villages de compétences dans différents domaines. 

    Enfin, le site instit.info propose aussi un Mandala des sons :

    Dans ce document, les sons étant regroupés... par sons (tous ceux qui font "in" ensemble etc) on ne peut pas utiliser le support pour faire l'auto-évaluation... le support induit les réponses. Il faut évaluer avec autres chose et reporter les résultats dessus.

    Par contre l’intérêt c'est qu'il aide mieux à synthétiser les connaissances. (Les sons qui font le même son ensemble, c'est plus logique !)

     

    5. Les graphiques pour le travail en fluence/lecture rapide

    Aider les élèves à mesurer leurs progrès : comment ?

     Plus d'infos dans l'article "Aider les élèves à lire plus vite. Lecture rapide, fluence et cie"

     

    Et vous ? Vous avez un chouette outil pour aider les élèves à se situer dans leurs apprentissages ?

    Pin It

    4 commentaires
  • Une affiche qu'on trouve dans toutes mes classes. Juste pour se rendre compte qu'on est tous intelligents, mais pas tous de la même manière, et pas forcément de la manière qui est valorisée à l'école...

    Les intelligences multiples

    Télécharger « etre intelligent gardner.pdf »

    (Je ne sais plus où j'avais trouvé l'illustration... si son auteur passe par là, toutes mes excuses)

    Pour approfondir le sujet :

    Les intelligences multiples

    Pin It

    1 commentaire
  • Bilan de fin de séance

     Télécharger « bilan fin de seance.pdf »

     A utiliser par exemple :

    - Sous forme d'affiche sur la porte de sortie (Comme ça on est sûrs de ne pas oublier). Ceci servant d'amorce à la discussion. (Idée vue dans la classe d'une collègue maîtresse E)

    - Sous forme de cartes dans une boîte. Chaque élève en tire une au sort en fin de séance et complète la phrase. (Idée d'une autre collègue maîtresse E)

    - Sous forme de cartes-mémo pour l'enseignant, qui posera les questions en fonction de la manière dont la séance s'est déroulée.

    Bilan de fin de séance

    Et vous ? Vous avez un rituel pour clôturer les séances ?

    Pin It

    14 commentaires
  • 21 idées pour apprendre ses mots

    Apprendre des mots à la maison ce n'est pas toujours facile.

    Je les lis, lis et relis. Papa me les dicte. Je me trompe. Il me dit de les ré-apprendre.

    Je les relis,relis et re-relis. Papa me les re-dicte. Je me re-trompe. Papa s'énerve...

    Alors voici quelques alternatives pour apprendre (des mots ou autre chose en fin de compte) de manière un peu plus ludique et détendue... et en faisant appel à tous ses sens. L'apprentissage multisensoriel, il n'y a que ça de vrai.

     Version A4 :

    21 idées pour apprendre ses mots

     Télécharger « Idées pour apprendre ses mots.pdf »

     

    Version A3 à imprimer en recto verso pour faire un livret :

    21 idées pour apprendre ses mots

    Télécharger « Idées pour apprendre ses mots A3.pdf »

    Pour les enseignants :

    D'autres super pistes dans cet article : Mémoriser l'orthographe des mots : Orthographe illustrée et comptines orthographiques

    Et un article court mais riche en réflexion sur la manière dont on devrait choisir les mots à faire apprendre à nos élèves. C'est sur le blogue orthophonie et cie. (Dans cette optique là, la  la liste de fréquence lexicale du lexicologue Étienne Brunet qu'on trouve gratuitement sur Eduscol peut vous être utile... ou bien je peux vous prêter EOLE ;) )

     

    Et en bonus, une capsule vidéo de Josiane Caron, ergothérapeute : 4 façons d'apprendre ses mots de vocabulaire en bougeant (Parce que certains enfants ont besoin de bouger pour se concentrer et apprendre)

     

    Et vous ? Vous avez d'autres idées pour apprendre ses mots dans la bonne humeur ?

    Pin It

    36 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique