• Si vers chez vous les listes d'attentes chez les orthophonistes sont longues comme le bras (comme chez nous),

    Voici un site "En attendant l'ortho" avec des idées, des astuces, des jeux (comment se servir des Playmobils ou des p'tites voitures pour apprendre tout un tas de choses), des cartes à imprimer et tout un tas de choses chouettes ... 

    Pour les parents... et pourquoi pas les enseignants (En tous cas ce site mérite d'être connu des enseignants pour le conseiller aux parents qui en auraient besoin)

    Idée génialissime je trouve : SOS-orthophonie

    Aider son enfant en attendant l'orthophoniste

     

    Et pour compléter, 2 livres allant à l'essentiel, avec des idées vites lues et concrètes, pour la classe ou les APC. Plutôt à destination des enseignants cette fois :

    100 idées pour que tous les enfants sachent lire de Corinne Gallet

    Aider les enfants en attendant l'orthophoniste

     

    Plus d’infos (et des avis de lecteurs) en cliquant sur le lien ou l'image ci-dessus. Le sommaire et de nombreux extraits sur Google Book.

    Pour les élèves qui rencontrent des difficultés en lecture/écriture je le trouve top. Et la plupart des conseils sont bons à prendre pour l'ensemble de la classe.

    100 idées pour aider les élèves en difficulté à l'école primaire de Isabelle Deman

    Aider les enfants en attendant l'orthophoniste

    Comme pour l'autre cliquez sur la couverture ou allez sur Google Book.

    Plus général, et avec des conseils pour les élèves rencontrant des difficultés à l'oral également.

     

    Enfin, pour préparer la rencontre avec l'orthophoniste qui se fera bien un jour ou l'autre, un livre pour les enfants, histoire de se rassurer, d'en rigoler :

    L'Orthophoniste de Mim et Jess Pauwels

    Aider les enfants en attendant l'orthophoniste

    Alex Morphème est orthophoniste. Un soir très tard, alors qu'il s'apprête à quitter son cabinet, un patient étonnant arrive : c'est un petit dragon du nom de Barnabé, accompagné de sa mère, une énorme dragonne pas commode. Barnabé vient consulter parce qu'il n'arrive pas à prononcer les -r sans cracher du feu. A l'école, tout le monde se moque de lui... L'orthophoniste accepte de s'occuper de son problème d'élocution. Le seul hic, c'est qu'il n'a aucune idée des risques qu'il prend !

    Vous avez d'autres idées/ conseils en attendant le jour J ?

    Pin It

    3 commentaires
  •  

    Pour les enfants qui ont du mal à lancer les dés

     

    Apprendre par le biais des jeux de sociétés c'est chouette et efficace. Mais parfois le maniement des dés devient un vrai calvaire : On perd du temps, on perd patience, et surtout on perd du temps pour les apprentissages ciblés. Voici donc quelques idées pour contourner le problème (ou changer un peu). A utiliser avec parcimonie : apprendre à manier les dés ça peut aussi être intéressant. 

     

    Caser les dés dans une petite boite

    On secoue (c'est rigolo !), on lit le résultat. Et si on en a plusieurs ça permet d'éviter de perdre du temps lors de la passation des dés. Chacun sa boîte !

       

     

    Même principe mais peut-être moins fonctionnel (faut voir si le couvercle tient bien mais pas trop quand même... si quelqu'un a déjà testé, dites nous !)

     

    Utiliser une pile de cartes

    On fait une "pioche", au lieu de lancer le dé on tire une carte. (J'ai trouvé l'idée dans le jeu Croque-carotte ;) )

    On peut utiliser des cartes représentant les constellations d'un dé ou tout autre représentation : chiffre, collection etc.

    Ça permet de pouvoir adapter le jeu comme on le souhaite pour simplifier/complexifier ou écourter/rallonger les parties en sélectionnant les cartes à mettre dans le jeu.

    Des cartes toutes simples :

    Ou plus ludiques :

     

     

    Le dé à souffler...

    de chez Hoptoys (ce site est vraiment une mine d'or). Pas mal pour apporter un peu de stratégie à certains jeux un peu trop ennuyeux

     

     

    Un dé géant en mousse

    Si le soucis vient d'un problème de motricité fine, ça peut aider.

     

    Et s'il manque toujours le dé dans la boîte, faites une grosse réserve de dés, (A 6, 8, 10, 20... faces) ça ne coûte pas si cher que ça.... et ça permet de faire plein de jeux sympas en calcul mental par exemple ;)

    Vous avez d'autres astuces ?

     

    Pin It

    6 commentaires
  • Pour aider les élèves qui ont la bougeotte

    Hyperactifs ? Hyperkinétiques ? TDAH ? Ou juste un peu "bougeaillons" ?

    "Arrête de bouger et concentre-toi !"

    Deux injonctions contradictoires pour certains enfants qui ont besoin de bouger pour se concentrer. 

    Je viens de lire un article très intéressant sur le site RIRE  qui nous explique que taper du pied, balancer les jambes ou se tortiller sur sa chaise sont des mouvements dont l’enfant ayant un TDAH a vitalement besoin pour retenir l’information et réaliser des tâches cognitivement complexes.

    Si on leur demande de supprimer leurs mouvements spontanés, ceci va occuper une très grande partie de leur capacité attentionnelle... il en restera donc peu pour les apprentissages. 

    D'ailleurs on observe souvent des adultes qui se mettent à faire un mouvement répétitif (faire tourner son crayon, taper du pied, marcher en tournant en rond...) quand ils doivent se concentrer. Et Aristote et ses disciples discutaient de philosophie tout en marchant (Merci Paul pour l'info)

    Il ne s'agit pas de les laisser sauter de table en table ou grimper aux rideaux... mais plutôt de trouver des solutions adaptées pour concilier besoin de mouvement et respect du cadre de travail.

    Trois grandes catégories de pistes à explorer, allant des adaptations les plus conséquentes à celles quasiment invisibles. On peut passer d'une catégorie à l'autre au fil des progrès... ou cumuler les trois en fonction des moments et des besoins.

    1. Je quitte la position

    "Assis sagement derrière mon bureau"

     

    Plusieurs options (parfois farfelues au premier abord mais pour certains élèves on est prêts à tout tenter, non ?) :

    La version radicale : s'inspirer de cette école américaine où tout le monde travaille debout toute la journée avec une barre pour balancer ses pieds sous le bureau :

    Bon... juste avoir l'autorisation de travailler debout par moment c'est peut-être déjà un bon début. (Je l'ai observé en classe avec un élève de CM1 : résultat bluffant)

    Autre possibilité : le vélo-pupitre

    Avec un vélo d’appartement de récup (mais silencieux...), un bureau ordinaire et un papa bricolo, il doit y avoir moyen de faire quelque chose, non ?

    Ou alors juste le vélo, le temps de lire quelque chose :

    Ou juste les pédales avec un pédalier (A partir d'un vingtaine d'euros) 

     

    Et puis globalement :

    - Penser à prévoir des activités permettant de bouger (aller au tableau, apporter un message dans une classe voisine etc)

    - Mettre en place un réel enseignement kinesthésique (marelle des syllabes, déplacement sur tracés au sol etc.) Pour exemple, une vidéo que j'adore. Un enseignant travaillant sur les notions d'horizontalité et de verticalité :

    Pour aider les élèves qui ont la bougeotte

     Et plein d'autres idées pour apprendre avec son corps sur le merveilleux site "Apprendre à éduquer" : 

    2. Assis derrière mon bureau "adapté"

    On peu aussi les asseoir sur des ballons de gym (Clic ! On en trouve à partir d'une vingtaine d'euro... attention, bien choisir le diamètre) qui permettent un léger balancement ou rebondissement sans gêner personne : 

    Objet de substitution moins volumineux : le "coussin de massage" (Clic ! Ça ne coûte pas bien cher... ça vaut le coup d'essayer) qui rebondit un peu mais pas trop et permet de gigoter sur sa chaise :

     

     Dans la catégorie "moins farfelu" on peut envisager une bande élastique sous le bureau pour pouvoir faire gigoter ses guibolles sans déranger :

    Pour aider les élèves qui ont la bougeotte

     Pour fabriquer l'engin soit même, c'est fastoche : tubes de PVC + vieille chambre à air (Explications et argumentaire sur le blog de Maîtresse Patate)

    On peut aussi opter pour la version "frite de piscine" :

    Ou pour un sitting stepper (Clic ! Assez cher... si vous trouvez moins cher ailleurs dites moi ! ), fait exprès pour "marcher assis"

     

    On retrouve ces outils (et bien d'autres !) dans la super capsule vidéo de Josianne, la super ergo :

    3. Assis derrière mon bureau ordinaire

    On peut aussi réfléchir avec l'enfant pour trouver des manières de bouger qui ne dérangent personne et qui se remarquent peu (voire pas du tout). Quelques idées :

    - Se tourner les pouces

    - Gigoter les orteils dans ses chaussures. La technique idéale pour bouger incognito : gros succès auprès de mes élèves et de mes collègues !

    Pour aider les élèves qui ont la bougeotte

    - Assis normalement, pieds reposant sur la pointe, faire légèrement sautiller les jambes. (Sans faire de bruit pour ne pas déranger les autres)

    Pour aider les élèves qui ont la bougeotte

    - Malaxer une balle Anti-stress (Clic !)

    Pour aider les élèves qui ont la bougeotte

    (On peut même en fabriquer soi-même... mais je ne suis responsable de rien en cas d'explosion de l'engin ! :D ) 

    Vous pouvez aussi aller fouiller du côté des Fidgets de chez Hoptoys (Bijoux à mordre, bidouilles à visser/dévisser pour les crayons, bidules à tripoter etc)

    Gribouiller les petits carreaux de son cahier ou griffonner sur une feuille de brouillon. (Merci Virginie pour l'idée)

    Colorier un mandala, de l'extérieur vers le centre (si on veut se concentrer... sinon du centre vers l'extérieur pour s'ouvrir au monde)

    Si vous avez d'autres idées, je prends ! 

    Pour approfondir un peu, je vous conseille de visionner la conférence Tête-à-tête avec Annick Vincent : TDAH : Déploie ton potentiel ! On y trouve plein de super pistes...

    Et un peu de lecture : 100 idées pour mieux gérer les troubles de l'attention de Francine Lussier

    Oh, et puis pour le plaisir, quelques albums sur le sujet (Pour ouvrir le débat en classe ou avec les principaux intéressés)

    Louise Titi de J.-P. Arrou-Vignod

    Louise Titi est une adorable petite fille qui n’a qu’un défaut : elle a la bougeotte ! Ses parents, sa maîtresse, sa mamie, son dentiste en ont le tournis… Ses parents sont désespérés, les médecins, tourneboulés. Elle a vraiment le diable au corps : a-t-elle avalé des ressorts ? Mais Louise Titi a un secret : plus tard, elle sera acrobate ou trapéziste, artiste de cirque, et là, ses parents, sa maîtresse, sa mamie, son dentiste, tout le monde l’applaudira !

    Le lion dans la tête de Ludovic de Kristien Dieltiens et Marijke Klompmaker

    Ludovic est une vraie tornade. Levé avant même le soleil, il démarre aussitôt et accumule gaffe par-dessus gaffe. Pourvu d'une grande imagination, il s'invente des histoires et ravage tout sur son passage. Le petit Ludovic est hyperactif et il sent en lui un lion qui grogne et rugit. Cette histoire permet à l'enfant hyperactif de prendre conscience de ses tourbillons incessants et de se rendre compte que ses parents veulent l'aider. Ensemble, ils doivent apprendre à endormir son lion intérieur.

     

    Depuis qu'il est tout petit, Jonas le chimpanzé ne tient pas en place ! Dès qu'il se lève le matin, il est déjà plein d'entrain. Jonas trouve toujours une bonne idée pour jouer et tous les animaux en ont assez de le voir s'agiter ! Trop gros, trop petit, trop grand, avec des lunettes, zozotant, bégayant, étourdi... Les héros de cette série sont tout simplement différents. Et quand on ne ressemble pas à tout le monde, ce n'est pas toujours facile ! Pourtant, il suffit souvent de s'accepter tel que l'on est pour être heureux et voir la vie du bon côté. Une collection pour mieux se connaître et comprendre les autres.

     

    Aider les élèves qui ont la bougeotte

    Juliette la Princesse Distraite d'Averbode 

    Juliette, huit ans, est une petite fille intelligente, créative et atteinte de TDA/H. Son histoire raconte avec tendresse les difficultés que rencontrent les enfants atteints de TDA/H. Ce récit a pour objectif de permettre aux enfants de mieux comprendre ce trouble, d'être conscientisés au respect et d'accepter les différences.

     

    Edit du 18/02/16 :

    Pour lancer la discussion et les réflexions à ce sujet dans la classe, on peut s'appuyer sur les supers vidéos des clowns d’empêchements à apprendre

    On part d'une situation concrète (2 clowns à la pêche qui souhaiteraient que la clownette bougeaillone arrête de bouger) puis chaque clown nous parle de ses émotions... ensuite, ils nous proposent des solutions (plus ou moins loufoques ;) ) et enfin soulèvent des questions :

    « Pourquoi il y en a qui ont besoin de bouger et d’autres qui n’en ont pas besoin ? »

    « Est-ce que pour apprendre, c’est mieux de bouger ou rester immobile ? »

    « Pourquoi c’est celui qui ne bouge pas et qui est tranquille qui ne dérangerait pas celui qui bouge ? »

    « Est-ce qu’on peut apprendre à ne pas bouger ? »

    « Pourquoi quand on bouge, on dérange les autres ? »

    Très bonne base pour des ateliers philo ou psycho (j'en reparle bientôt, promis !)

     

    Et vous ? Vous avez d'autres idées pour que les élèves qui ont besoin de bouger pour se concentrer puissent le faire ?

    Pin It

    56 commentaires
  • Dyspraxique Mais Fantastique... à la maternelle

    Sur le site de l'assoc DMF, on trouve un super document sur les tout jeunes dyspraxiques avec :

    - Les difficultés qu'ils peuvent rencontrer dans le cadres des différentes activités scolaires.

    - Des conseils pour les enseignants afin d'essayer de contourner ces difficultés.

    Et pour expliquer la dyspraxie aux enfants, un super petit album : Et encore à l'envers ! de Christine Tervel

    Dyspraxique Mais Fantastique... à la maternelle

     

    Tout le monde connait le roi Dagobert et sa culotte à l'envers. Mais saviez-vous que cette culotte était bien le cadet de ses soucis ? Le petit Dagobert a de la peine à réaliser ce que les autres enfants font si facilement : s'habiller, écrire, trouver son chemin,... lui demandent un effort considérable. Heureusement Sintéloi va lui apporter la meilleure des potions : la méthode ! Avec humour ce livre vient nous sensibiliser sur les difficultés des enfants ayant des troubles de la coordination.

    Dyspraxique Mais Fantastique... à la maternelle

    Et vous ? Vous avez d'autres ressources pour la maternelle sur la dyspraxie ?

    Pin It

    1 commentaire
  • Ateliers progressifs découpage Montessori

    Dans la vie de la classe on a souvent besoin de découper : des étiquettes, un petit mot à coller dans le cahier pour les parents etc.

    Mais pour ceux qui ont des difficultés pour découper (Quelle que soit la raison : difficultés en motricité fine, dyspraxie, handicap moteur...), c'est un sacré problème : ils commencent systématiquement leur travail bien après les autres et ont déjà épuisé une bonne partie de leur stock de patience et de concentration.

    Une solution peut être de leur donner le matériel déjà découpé (ou pré-découpé) quand on sait qu'ils auront une autre tâche à exécuter derrière et leur proposer des ateliers de découpage adaptés à leur niveau à un autre moment.

     

    Première chose : le choix des ciseaux

    Des ciseaux qui coupent bien : indispensable.

    Des ciseaux de gaucher pour les gaucher : indispensable. (Si vous êtes droitier : essayez de découper de votre main gauche avec des ciseaux de droitier et vous comprendrez vite le problème).

    Pour certains enfants, il peut être intéressant de leur proposer des ciseaux adaptés. Des ciseaux à ressort en plastique par exemple qui permettent de faire une économie de geste : il suffit de presser pour découper et les ciseaux s’ouvrent à nouveau automatiquement.

    Ateliers progressifs découpage Montessori

    Ou des ciseaux munis d'une grande boucle afin de pouvoir y placer un doigt supplémentaire pour pouvoir l'ouvrir et le fermer plus facilement et avoir plus de force.

    Ateliers progressifs découpage Montessori

    Ou deux grandes boucles ET ressort :

    Ateliers progressifs découpage Montessori

    On en trouve de toutes sortes chez Hoptoys ou Wesco. Mais dans les gros catalogues de matériel de bureau destinés aux enseignants (Pichon, Majuscule...), il y en a aussi quelques modèles parfois.

     

    Deuxième chose : Bien tenir ses ciseaux 

    Une bonne astuce en vidéo de l'ergothérapeute canadienne Josiane Caron Santha :

    Quoi qu'il en soit, il faut toujours rester vigilent sur :

    • la verticalité des lames,
    • une coupe franche, sur toute la longueur des lames,
    • la position du papier -proche de l'axe des ciseaux,
    • l'ouverture de la main qui coupe,
    • le rôle de la main qui tient,
    • le rôle de la main qui guide,
    • la position de la feuille à couper,
    • le fait qu'on coupe toujours vers le haut et qu'il faut donc faire tourner le support et non la main qui coupe,
    • les angles d'attaque lors du découpage d'un tracé,
    • la façon de faire pivoter le support lors des découpages complexes, lames ouvertes et au plus près de l'axe des lames.

    (Plus d'infos dans l'article du site maternelle de l'académie d'Aix-Marseilles)

     

    Enfin, les ateliers 

    On peut commencer par un atelier de découpage de pâte à modeler, demandant moins de pression et de précision que le découpage du papier. (Bien sur, si on pense que c'est trop simple on passe tout de suite aux étapes d'après)

    Ateliers progressifs découpage Montessori

    Pour plus d'infos, je vous laisse aller voir l'article sur le blog de Merci Montessori qui est parfait.

    On peut ensuite passer à la ficelle, à la laine ou au raphia (Un peu plus compliqué à mettre en place en classe car il faut un adulte avec l'enfant... mais avec ATSEM, AVS ou même un camarade c'est tout à fait jouable.)

    Ateliers progressifs découpage Montessori

    L'article de Merci Montessori est par là.

    Après, on peut passer aux bandes de papier avec une progression bien étudiée. Les premières bandelettes ne doivent pas être trop larges pour pouvoir être découpées d'un coup de ciseau (à adapter en fonction des ciseaux). Sur les premières on peut ne pas mettre de trait. Puis seulement des lignes droites, puis brisées, puis courbes etc. On peut aussi lors d'une étape intermédiaire, proposer des bandes plus larges qui nécessiteront 2 coups de ciseaux, puis plus... bref, on adapte en fonction des capacités et des progrès de l'enfant.

    Ateliers progressifs découpage Montessori

    Je vous renvoie encore à un article de Merci Montessori, qui précise bien les caractéristiques que doivent avoir les bandelettes (papier ni trop fin ni trop rigide etc.) et comment présenter l'atelier aux enfants.

    Concernant le papier :

    Vous pouvez utiliser au début des couvertures de magazines, du bristol, de la cartoline, des emballages ondulés (étuis de biscuits) qui guideront l'enfant pour une découpe droite... Au fur et à mesure que le geste se fera plus sûr, les supports pourront s'alléger et les élèves pourront découper des feuilles de 80 grammes ou des pages de magazine. (Infos trouvées dans l'article du site maternelle de l'académie d'Aix-Marseilles)

    Ateliers progressifs découpage Montessori

    Et puis on trouve toute une progression de bandelettes toutes faites, prêtes à être imprimées (Pas besoin de tout tracer à la main) chez Les Alphas de La Catalane.

    Ateliers progressifs découpage Montessori

    Dernier petit conseil pour la route : à mon sens, l'idéal c'est d'avoir dans chaque plateau : le matériel à découper (Boudins de pâtes à modeler, ficelle ou bandelettes), les ciseaux ET un petit récipient (bol, coupelle, barquette...) pour stocker les petits bouts. C'est gratifiant pour l'enfant de voir le récipient se remplir... et puis ça peut servir pour un collage après.

    Pour les plus grands, pourquoi ne pas fouiller du côté des papertoy, paperdolls et cie ?

    Ateliers progressifs découpage Montessori

    Ateliers progressifs découpage Montessori

     Et pour prolonger vos réflexions, un article sur l'importance du découpage dans les apprentissages.

     

    Et vous ? Des astuces découpage ?

    Pin It

    13 commentaires
  • L'association Suisse Dyspra'quoi a publié un dossier pour décrire ce qu’est la dyspraxie, ses « troubles associés » et ses conséquences dans la vie familiale et scolaire de l’enfant.

    On trouve aussi dans ce dossier quelques aides qui peuvent être mises en place à l'école et/ou à la maison.

    Dyspra'quoi

    Télécharger «dossierdyspraxie.pdf »

    Un enfant maladroit, qui se cogne et trébuche.

    Qui est encore peu autonome pour l’habillage, les repas et la toilette.

    Qui aime peu les activités motrices et de coordinations, qui entre peu dans les jeux de constructions et les jeux de règles.

    Qui présente à l’école des difficultés dans l’écriture, dans l’organisation dans une tâche, dans les bricolages et à la gymnastique.

    Qui peine à se concentrer et se fatigue vite.

    Qui a peu confiance en lui et évite les contacts sociaux.

    Pourtant, il est un enfant vif, intelligent et curieux.

    Peut-être un enfant dyspraxie ?

     

    Un peu de lecture pour aller plus loin

    Toujours le fameux p'tit bouquin qui va bien quand on n'a pas beaucoup de temps (Idées à piocher au grès des besoins). En suivant le lien Amazon (en cliquant sur l'image) on peut feuilleter pas mal de pages de cet ouvrage :

    Dyspra'quoi 

    Et d'autres que je n'ai pas (encore) lu, mais qui semblent prometteurs au vu des commentaires des lecteurs :

    Dyspra'quoi   Dyspra'quoi

    Vous avez d'autres ressources sous le coude concernant la dyspraxie ?

    Pin It

    3 commentaires
  •  Des pictogrammes pour mieux communiquer à l'école... et à la maison ?

    Pictoselector : un petit logiciel contenant 27000 pictogrammes ! (C'est complètement fou hein ??!!) Et en plus il est gratuit (Oui, oui, incroyable je vous dis !)... il faut quand même essayer de faire un peu de tri pour trouver des jolis pictos qui vont vraiment à l'essentiel, simples et sans fioritures.

    Des pictogrammes pour mieux communiquer à l'école

    On en trouve aussi de très chouettes ici (d'une simplicité remarquable mais en moins grande quantité)  : http://www.sclera.be

     

    Ok mais les pictogrammes ça sert à quoi ?

    Ça sert à aider certains élèves à s'exprimer ou à comprendre les messages oraux en leur donnant des petites images très simples. Ils peuvent les utiliser à la place des mots qu'ils n'ont pas. (Ça peut être pour différentes raison : dysphasie, aphasie, mutisme sélectif, autisme...) On peut aussi les utiliser pour qu'il puisse nous comprendre par un autre biais que par les mots. (Je pense surtout à certains enfants dysphasiques).

    Et même pour ceux qui ont accès au langage oral, ça sert à avoir un renforcement visuel et à les épauler dans l'apprentissage du langage écrit (consignes par exemple)

     

    Bénéfices

    - Leur donner la possibilité de s'exprimer et de comprendre les messages oraux.

    - Eviter les frustrations

    - Leur donner un soutien qui les aidera à entrer dans la communication verbale.

    - Augmenter leur estime de soi. (Je suis capable de communiquer !)

     

    Je commence par quels pictos ?

    Quelques idées en vrac, à adapter aux besoins de l'enfant :

    - Les besoins de base (manger, boire, dormir, aller aux toilettes etc.) : surtout pour les élèves de maternelle.

    - Les sentiments (Content, triste, en colère...)

    - Les gestes du quotidien (Habillement, propreté etc.) On trouve de chouettes pictos gratuits sur Hoptoys pour faire des séquences

    - Le matériel de la classe

    - Les règles de la classe

    - Les différents moments de la journée (récréation, cantine, fin de la classe etc.)

    - Les consignes (découper, entourer, colorier...). On peut trouver ces pictos avec des jeux et des exercices à faire avec chez Classeur d'école :

     ou chez Orphéécole :

    Bien sûr, pas tout d'un coup. On commence avec une petite poignée de pictos (2 ou 3 ?) puis on en introduit de nouveaux au fur et à mesure.

     

    Comment les introduire ?

    Au moment où l'enfant en a besoin. Au début c'est l'adulte qui va montrer les pictos à l'enfant. Par exemple si on pense qu'il a besoin d'aller aux toilettes, lui montrer le picto correspondant. Et surtout toujours verbaliser pour lui, en même temps que l'on montre le picto. Par exemple : "Tu as besoin d'aller aux toilettes ? Tu veux que je t'accompagne ?"

    Par la suite, l'enfant va commencer à utiliser les pictos seuls. A les montrer pour s'exprimer. A ce moment là, la verbalisation pourra devenir "Tu as besoin d'aller aux toilettes. Je vais t'accompagner." La répétition et l'association du visuel et de l'auditif aident l'enfant à entrer dans le langage oral.

     

    Comment les utiliser ?

    - En situation de communication courante

    - Dans le planning quotidien (les pictos peuvent tout simplement être ajoutés au planning de la classe)

    - Dans des mémos pour réaliser certaines tâches. (Par exemple pour l'habillage, mettre une petite affichette près du porte-manteau avec les pictos suivants : enfiler ses chaussures, fermer ses chaussures, mettre sa veste, fermer sa veste mettre son bonnet/chapeau/gants... ou pour le passage aux toilettes : se déshabiller, aller au toilettes, se rhabiller, se laver les mains, se sécher les mains...)

    - Pour la compréhension des consignes de travail : colorier, entourer... le picto peut être imprimé sur la feuille ou bien on peut poser la carte du picto correspondant sur la table.

    - Pour les règles de vie de la classe et préciser les comportements attendus et/ou les comportements à éviter.

     

    Comment stocker les pictos dont l'enfant aura besoin pour communiquer ?

    - On peut par exemple fabriquer un petit classeur exprès avec des velcros au dos des pictos (ou de la patafix ? ou des bandes aimantées pour pouvoir les accrocher au tableau si besoin ?) Explications ici.

    Des pictogrammes pour mieux communiquer à l'école

    - Ou alors, en reprenant le même principe on peut stocker les pictos sur un tableau, affiché dans un coin de la classe. Ou dans un bidule porte étiquettes comme on en trouve souvent dans les classes de maternelle. Mais l'enfant ne pourra pas l'emmener avec lui (récré, salle de motricité, toilettes, cantine...). Je trouve ça dommage. 

     Des pictogrammes pour mieux communiquer à l'école

     - Autre solution : une petite mallette à cases (On les trouve dans les magasins de brico ou sur Amazon)

     Des pictogrammes pour mieux communiquer à l'école

    - Ou bien encore créer un petit éventail avec une attache parisienne ou un anneau de porte-clé (ça permet de les suspendre au crochet à cartable de son bureau)

    Des pictogrammes pour mieux communiquer à l'école  Des pictogrammes pour mieux communiquer à l'école... et à la maison ?

    - Ou dans une pochette à CD

    Des pictogrammes pour mieux communiquer à l'école

    - Pour les petits qui ont peu de pictos : un système avec mousqueton à porter toujours sur soi : La trousse portative Ideo qu'on trouve chez Hoptoys.

    Des pictogrammes pour mieux communiquer à l'école... et à la maison ?

     

    - Si vous avez d'autres idées, partagez !

    Il ne va pas prendre de mauvaises habitudes et se conforter dans cette communication "muette" ?

    Normalement non. On observe généralement que ceci est une aide qui, au contraire, favorise l'entrée dans le langage oral. Il faut cependant faire attention à accompagner le plus souvent possible le picto d'un mot ou d'une petite phrase qui sera au début prononcée POUR l'enfant... et on l'espère, un jour, PAR l'enfant.

     

    Pour aller plus loin...

    On peut compléter l'utilisation des pictogrammes avec les signes de la LSF qui correspondent (C'est le principe du Makaton)

     

    Des petits livres qui peuvent être utiles :

    Des pictogrammes pour mieux communiquer à l'école... et à la maison ?    Des pictogrammes pour mieux communiquer à l'école... et à la maison ?    Des pictogrammes pour mieux communiquer à l'école... et à la maison ?    Des pictogrammes pour mieux communiquer à l'école... et à la maison ?    

     

     Et vous ? Vous utilisez les pictos ? Pour qui ? Pour quoi ? Comment ?

    Pin It

    15 commentaires
  • Pour les élèves dyslexique, apprendre une leçon ou un poème à partir d'une trace écrite, répondre à des questions de compréhension sur un texte etc. est très compliqué. Toutes leurs ressources sont utilisées pour le déchiffrage, le cerveau n'est plus disponible pour comprendre et apprendre. On peut alors utiliser un logiciel de synthèse vocale. Le but :

    Passer d'un texte écrit à un fichier audio (A emmener à la maison pour les devoirs sur une clé usb par exemple)

    On peut utiliser le logiciel gratuit Balabolka (Signifie "Moulin à paroles" en russe)

    Yaki to me

    Il suffit de copier/coller son texte dans la grande fenêtre blanche, d'appuyer sur le bouton "play" en haut pour que madame Balaboka lise votre texte. Ensuite : "Fichier" "Enregistrer le fichier audio" pour enregistrer son oeuvre en mp3. Si vous avez des soucis, demandez moi ;) On peut choisir la vitesse, le timbre de la voix etc.

    Si on préfère, on peut faire la même chose en ligne avec Yaki to me. (Penser à choisir la dame qui parle français) Mais je trouve le résultat un peu moins bien.

    Petit lecture pour la route : 100 idées pour venir en aide aux élèves dyslexiques. Rapide et agréable à lire, on peut pioche dedans selon ses besoins. Il fourmille de bonnes idées. (Comme tous les autres de la même collection). Je l'ai et peut vous le prêter à l'occasion.

    Et vous ? Vos logiciels utiles pour les dys ?

    Pin It

    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique