• Améliorer l'ambiance de classe : Seaux à remplir et Chaudoudoux

    Améliorer l'ambiance de classe : Seaux à remplir et Chaudoudoux

     

    La demande de départ : J'ai une ambiance de classe toute pourrie (Euh... difficile) cette année. Ils ne sont pas sympas entre eux, se parlent mal... Ils ont besoin d'apprendre l'empathie, l'entraide, la bienveillance, la solidarité, la gratitude...

    Voici donc quelques idées et 8 livres très chouettes pour ouvrir la discussion et faire réfléchir... ou peut-être trouver un point de départ pour un débat philo.

     

    Mes deux préférés, adaptables du cycle 1 au cycle 3

     

     

    Un chaudoudou c'est un signe de reconnaissance positif : une gentille parole, une marque d'attention, un compliment sincère...

    Le chaudoudou est :

    1. Gratuit : on n'attend rien en retour 
    2. Explicite : si l'autre fait quelque chose de bien, je le dis, si j'aime comme il est, je le dis...
    3. A l'infini : On a toujours des chaudoudoux, on peut en distribuer autant qu'on veut
    4. Il fait du bien à celui qui le reçoit, il fait du bien à celui qui le donne (On retrouve le principe des seaux)

    Jean-François Laurent en parle tellement bien, cette vidéo est à voir absolument : 

    Un extrait de l'article que le blog Apprendre à éduquer à consacré au livre :

    L’histoire commence dans un pays lointain, il y a fort longtemps de cela où tout le monde vivait très heureux et échangeait des chaudoudoux inépuisables. Chaque fois que quelqu’un recevait un chaudoudoux, il se sentait immédiatement chaud et doux de partout. Les gens de ce pays n’arrêtaient pas d’échanger des chaudoudoux et on pouvait en avoir autant qu’on voulait car les chaudoudoux étaient gratuits ! Il suffisait de plonger la main dans son sac et de les offrir.

    Mais voilà, la vilaine sorcière Belzépha n’était pas contente : les gens étaient si heureux qu’ils n’achetaient pas ses filtres et potions magiques. Elle décida de semer le doute dans l’esprit des villageois : et si un jour, il n’y avait plus de chaudoudoux ?

    Les villageois commencèrent à avoir peur de la pénurie : chaque fois qu’une personne offrait un chaudoudoux, ses proches craignaient qu’il n’en reste plus pour eux. Les parents et les enfants commencèrent à se surveiller et à hésiter avant d’échanger des chaudoudoux.

    Les gens arrêtèrent de sourire, devinrent plus sujets à la maladie, à la dépression, certains en vinrent à mourir.

    La sorcière était satisfaite car elle vendait beaucoup plus de potions mais craignait que tous les villageois ne meurent. Elle inventa donc les froids-piquants.

    Les froids piquants rendaient les gens froids et hargneux mais au moins, ils ne mourraient plus. Soit ils achetaient des pilules à Belzépha, soit ils devaient travailler pour pouvoir s’offrir des chaudoudoux devenus rares et chers.

    Mais un jour arriva Julie Doux dans le village. C’est une belle et généreuse femme qui aime sourire aux enfants et qui n’a jamais entendu parler de la pénurie de chaudoudoux. Elle en offrait gratuitement sans avoir besoin de lui demander. Les enfants l’adoraient car ils se sentaient bien avec elle. Eux aussi se mirent à distribuer des chaudoudoux quand ils en avaient envie, comme dans le bon vieux temps.

     

     Ce livre encourage les enfants à voir comme c’est facile et gratifiant d’exprimer gratitude, appréciation et amour au quotidien.

    Imaginons qu'on se promène tous avec un seau rempli des compliments ou marques d'attention que les autres nous ont apporté... La suite s’enchaîne en toute logique : lorsque je remplis le seau de quelqu'un (par mes paroles ou mes actes) il se sent mieux et moi aussi (mon seau se rempli en même temps que je remplis celui des autres).

    Parfois certaines personnes dont le seau est vide essayent de le remplir en pillant le seau des autres (en leur disant des méchancetés par exemple), mais ça, ça ne fonctionne pas...

    Bref, à travers cette métaphore on aborde tout un tas de choses tellement importantes.

    Améliorer l'ambiance de classe : Seaux à remplir et Chaudoudoux

    Si en plus on en profite pour faire des petits jeux de rôle au cours de la lecture, le message passe encore mieux. Par exmple :

    - Mise en situation : Louisa vient de faire tomber sa trousse et tout son contenu est étalé par terre. (Un élève joue Louisa)

    - Qu'est-ce qui pourrait vider son seau ? (Là encore, on joue la situation : lui dire qu'elle est maladroite, ricaner, shooter dans sa trousse... la faire s'exprimer sur ce qu'elle ressent)

    - Qu'est-ce qui pourrait le remplir ? (On joue toujours : l'aider à ramasser, lui proposer de l'aide...)

    Pour les plus jeunes on peut même "accessoiriser" le jeu de rôle avec de vrais petits seaux remplis par exemple de Playmais. On rempli/on vide en fonction des paroles/actions des autres.

     

    Bref, l'idée devient vite une philosophie quotidienne. Ça permet de jauger rapidement où les enfants en sont :

    - "As-tu rempli un seau aujourd’hui ?"

    - "Quelqu'un a-t-il rempli ton seau aujourd'hui ?" 

    Et les enfants peuvent aussi exprimer leurs ressentis :

    - "Quand tu me dis ça, ça me vide mon seau", "Merci d'avoir fait ça, ça m'a rempli mon seau !"...

    Pour plus d'infos sur ce livre, on peut aller voir chez Papa Positive ou Apprendre à éduquer

     

     Sélection spéciale petits (Cycle 1 voire 2)

     

     

     Amos travaille au zoo. Malgré des journées bien remplies, il trouve toujours le temps de passer voir ses vieux amis. Mais, ce matin, atchoum ! Amos se réveille enrhumé, et il doit rester au lit. Que vont faire ses amis sans lui ?

    Bien adapté au cycle 1

    Cette histoire douce montre que les gentilles attentions envers les autres finissent souvent par payer. La bienveillance d'Amos envers chacun des animaux est le début d'un élan de solidarité et d'entraide lorsqu'il se retrouve cloué au lit...

     

    L'avis de Ricochet :

    C'est l'histoire d'un vilain petit gâteau rose égocentrique et dépourvu de savoir-vivre. Les formules de politesse sont absentes de son langage et il prend un malin plaisir à désobéir à ses parents. Au toboggan, il passe devant tout le monde en beuglant « dégage! ». Il ne partage pas, ne s'excuse jamais et a toujours raison (évidemment!). Aller au lit, « c'est tarte »! Et se laver lui casse les pieds. Mais un beau jour, ce gâteau (plutôt indigeste) est kidnappé par des gentils cyclopes géants qui le prennent pour un… chapeau.

    Méfiez-vous des apparences ! Sous l'aspect d'innocentes douceurs se cachent parfois de vrais petits monstres…

    « Heureusement, même le plus vilain de tous les petits gâteaux peut changer. » Ouf, nous voilà rassurés par cette prise de conscience un peu tardive mais bien réelle ! Une histoire un tantinet loufoque qui se déroule au royaume du sucre et aborde le thème du gâteau roi (ou plutôt de l'enfant tyran!)…

    Et les autres...

     

    "On a souvent besoin d'un plus petit que soi." C'est ainsi que le roi lion lui-même va devoir la vie à un tout petit allié, une minuscule souris... Chacun connaît la célèbre fable de La Fontaine, Le lion et le rat. Elle a été inspirée à son auteur par le texte d'Esope, qui mettait en scène les mêmes personnages, et dont Phèdre, au 1er siècle de notre ère, avait conçu une première adaptation. A la fin de cet album, aux illustrations ponctuées d'onomatopées animalières, le lecteur, jeune ou moins jeune, pourra lire ou relire ces trois versions, si semblables et pourtant si différentes.

    Anna, Charles, Martin, le panda Eau-Paisible et son neveu Koo, apprennent ensemble à se méfier des apparences, à aller au-devant des autres et à profiter du temps passé auprès de ceux qu'ils aiment.Nous retrouvons avec plaisir les héros de "Petits contes zen", accompagnés de Koo, le neveu d'Eau-Paisible. Ensemble, ils vont apprendre à connaître et à apprécier la vieille voisine acariâtre, en allant au-delà des apparences… 

    Le petit panda ne parle qu'en haiku (Une belle porte d'entrée pour une production d'écrit)

    Album à savourer avec une tasse de thé à la pomme, obligatoirement (ça marquera d'autant plus les esprits ;) )... enfin, l'infusion à la pomme est peut-être plus indiquée en fonction de l'age des lecteurs :)

    Plus d'infos sur le blog de Vivre Livre.

    Tout commence par un paysage jaune et lunaire d’où surgit une camionnette rouge. Un homme en descend et ouvre son coffre pour rendre la liberté à des oiseaux..Mais voilà qu'au moment de l'envol, il reste au fond de sa camionnette un petit oiseau ne sachant pas voler. Sur ces images cinématographiques vient se dérouler un texte, épuré, sobre et magnifique qui évoque l’importance des petits détails. Comme ce petit oiseau à qui il montre comment voler et qui changera la vision de cet homme . En peu de mots, tout est dit.

    Pour se rendre compte que même les petits actes de gentillesse peuvent faire toute la différence. 

     

    Chaque dimanche, Tom et sa mamie traversent la ville en bus, jusqu'au terminus. Mais aujourd'hui, Tom traîne des pieds. Pourquoi doit-il attendre le bus sous la pluie? Pourquoi doit-il toujours aller là-bas? Pourquoi certains ont ceci ou cela et pas lui? Au fil du voyage, sa mamie répond avec humour et bon sens aux jérémiades de son petit-fils, lui ouvrant les yeux sur la beauté du monde qui l'entoure. Arrivé à destination – la soupe populaire d'un quartier de la ville, où sa grand-mère est bénévole –, Tom se réconcilie avec lui-même : qu'il est bon de retrouver les habitués, de se sentir utile, d'être capable de donner...

    Tom pose des questions apparemment simples tout au long du livre, mais les réponses de sa grand-mère suscitent toujours de l'empathie envers les autres personnages. Ceci pour ne pas oublier que chaque personne que nous rencontrons a des compétences et une histoire, encore faut il être assez ouvert pour s'en rendre compte.

     

    Et vous ? Vous avez d'autres références à nous faire découvrir ?

     

     

    « Lecteur de ce blog : Qui es-tu ?Aider les élèves perdus avec les nombres : la bande verticale »
    Pin It

    Tags Tags : , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Mardi 2 Mai à 07:23
    Ça alors, lorsque j'ai débuté une collègue m'a montré comment orga iser une séance chaudoudous. Depuis (20 ans donc! ) je le fais avec mes classes au retour des vacances scolaires ou au départ, dans des moments de tension palpable. Ils adorent (et en font pour leurs professuers d'ailleurs !). Je ne savais pas que les chaudoudous existaient réellement ! :)
      • Mardi 2 Mai à 09:30

        Oh ça alors, c'est marrant :) Concrètement, ça se passe comment une séance chaudoudoux dans ta classe ?

      • Dimanche 7 Mai à 09:23
        Ce jour là, on voit la vie en positif. Quels sont les verbes qui expriment un ressenti positif ? (Aimer, adorer, apprécier ...), quels sont les adjectifs qui peuvent traduire les qualités d'une personne (formidable, exceptionnel...). Et oui, en collège les jeunes manquent cruellement de vocabulaire. Or, pour que chaudoudou traduise réellement ce que je ressens ou que j'ai envie de dire à la personne, il me faut le mot juste. On établit donc une réserve de mots positifs pour l'année. Ils sont affichés sous forme de panneau et nous entourent. Pour les séances chaudoudoux c'est moi qui commence en distribuant à chaque jeune un chaudoudou qui insiste sur ses qualités, lui tend un miroir bienveillant. Puis on procède par tirage au sort pour que chacun ait un chaudoudoux. On demande que soit clairement exprimée la valeur de la personne en reprenant peut ětre des actions concrètes, en insistant sur ce que cette personne fait bien ou encore ce que l'on aimerait faire avec elle. L'objectif est de trouver les petits mots qui réchauffent. La dernière partie consiste à offrir et à recevoir, ce qui n'est pas évident pour certains. Offrir c'est prendre le temps d'observer son camarade, le sourire sur son visage, l'émotion palpable. Recevoir c'est parvenir à accepter un compliment, c'est remercier, peut être si on en a envie, exprimer son ressenti. Généralement on ressort de cette séance comme des chamalow !
      • Dimanche 7 Mai à 22:06

        Oh génial Nath ! Ca donne vraiment envie. Je garde tout ça sous le coude pour pouvoir proposer une séance de ce type, un jour, quelque part, quand le besoin s'en fera ressentir. 1000 mercis !

    2
    Jeudi 4 Mai à 08:05

    De bien jolis partages qui peuvent même inspirer en famille ! Merci !

    3
    Marine
    Jeudi 4 Mai à 14:19
    Bonjour et merci beaucoup pour toutes ces belles idées. Je connaissais l'histoire des chaudoudoux mais pas les autres. Merci encore.
    4
    flodio
    Dimanche 7 Mai à 08:35

    Super ! L'histoire des chaudoudoux me plaît beaucoup !

    Merci !

    5
    Dimanche 7 Mai à 08:47

    Bonjour Léni,

    Sur Apprendre avec bonheur, j'ai relayé ton billet et ajouté la proposition de "Grand loup, petit loup", un livre qui pourrait bien intéresser les petits loups que tu accompagnes. :)

    Bon week-end !

      • Dimanche 7 Mai à 22:05

        Rho mais oui, bien sûr ! "Grand loup, petit loup", on a cet album dans notre bibliothèque familiale... un vrai bonheur. Et je n'y ai même pas pensé. Il faudra que je répare cet oubli ;) Merci ! (Et merci pour le partage ;) )

    6
    Karen
    Dimanche 7 Mai à 22:02
    Karen

    Bonjour Léni,

    Je viens de découvrir ton blog grâce au Café pédagogique. Tout d'abord bravo! J'ai quelques titres supplémentaires à proposer pour ce sujet. Malheureusement je crois qu'ils n'existent qu'en anglais pour l'instant mais l'exploitation est tout de même possible... et qui sait des traductions seront peut-être publiées prochainement.

    Du même auteur des Nouveaux contes zen, Jon J Muth: The three questions

    Et aussi: Each kindness de Jacqueline Woodson, Those shoes de Maribeth Boelts et The invisible boy de Trudy Ludwig

    Bonne continuation

      • Dimanche 7 Mai à 22:10

        Bonsoir Karen ! Merci beaucoup pour ces propositions supplémentaires. Je veillerai régulièrement les parutions... je pense effectivement que certains devraient être traduits un jour ou l'autre. Et puis c'est vrai qu'on peut aussi s'en sortir avec une "traduction maison". Les auteurs anglophones semblent plus en avance que nous sur ces sujets là.

    7
    Mercredi 31 Mai à 16:14
    Ayleen & Kyban

    Ooooh merci pour toutes ces ressources ! Vu la classe qui m'attend, je vais allègrement piocher là-dedans ! :)

    8
    Mercredi 31 Mai à 16:23
    Ayleen & Kyban

    Quant aux références, j'avais découvert, un peu par hasard, le "Mâchemalmot" (http://amzn.to/2rkD3uQ). Le héros dit plein de gros-mots pour nourrir le Mâchemalmot ("cacaprout" et autres joyeusetés évocatrices). Le monstre ne cesse de grandir au point que tout le monde finit par avoir peur et le héros se retrouve seul.

    Le livre peut être lu en fin de cycle 1 à mon avis et début de cycle 2 sans soucis. L'occasion d'évoquer à quel point notre comportement peut finir par faire fuir nos amis. J'aime bien la fin où il est dit qu'un peu de gros-mots, c'est rigolo, mais il n'en faut pas trop. Eh oui ! Les gros-mots, on en dit tous... le tout est de savoir quand et où on peut les dire. Un petit "crotte" quand on se tape le pied dans la porte est quand même un peu naturel. Même si je demande des excuses, j'évite de monter sur mes grands chevaux : j'aurais surement dit pire !

    J'ai aussi "Moustache ne se laisse pas faire" (http://amzn.to/2qFLdfc) : Moustache (le chat) a très peur du chien. Du coup, il veut lui faire peur en retour pour se venger et être tranquille. Bien sûr, le plan loupe et finalement, Moustache se rend compte que Médor (je crois, le chien) n'est pas si méchant que ça. Ils finissent même amis ! Avec des élèves de 6-7 ans, cela m'a permis d'évoquer aussi les réactions précipitées : quand on chercher à se venger ou qu'on s'énerve sans vraiment être sûr qu'il y a une bonne raison à cela ! Et souvent, on se trompe complètement.

      • Jeudi 1er Juin à 21:05

        Oh merci beaucoup pour toutes ces infos supplémentaires. Je vais vite aller fouiller tout ça :)

    9
    cecile
    Jeudi 1er Juin à 00:11

    ici nous aimons beaucoup la collection pour penser à l'endroit

    et https://www.pourpenser.fr/comptines-et-petites-histoires/58-le-dragon-qui-se-regardait-le-nombril.html 

    bonne lecture 

    smile

      • Jeudi 1er Juin à 06:13
        Ayleen & Kyban
        Merci pour la découverte :)
      • Jeudi 1er Juin à 21:05

        Oh oui, j'aime beaucoup aussi cette collection ! Je ne sais même pas comment j'ai fait pour oublier de la mentionner ;)

    10
    Claire
    Jeudi 1er Juin à 12:28
    Merci pour cette liste, je m'en servirai l'an prochain :)
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :