• Des livres pour parler dyslexie avec les enfants en classe ou à la maison... pour rassurer, mettre des mots sur les difficultés et prendre conscience des compensations à mettre en place pour les contourner.

     

    Albums jeunesse sur la dyslexie

     

    Les mots du ventre - La dyslexie -  Brigitte Marleau

    Albums jeunesse sur la dyslexie

    La dyslexie expliquée aux enfants. En classe, madame Isabelle passe près de moi, s'arrête et me dit : « Nicolas, ce n'est pas le mot qui est écrit au tableau ». J'efface très vite. Je tourne la page et je recommence. Je ne comprends pas ce qui est écrit. J'essuie une larme avec mon gilet. Les autres élèves ont l'air d'avoir compris. Moi, les lettres s'embrouillent dans ma tête et je ne réussis pas à former des mots. Et tout ça, ça me donne des maux de ventre.

     

    J'ai attrapé la dyslexie -  Zazie Sazonoff

    Albums jeunesse sur la dyslexie

    La dyslexie, "c’est pas contagieux, mais c’est comme faire pipi au lit, c’est la honte et c’est pas joyeux". Les mots s’embrouillent, les lettres s’emmêlent, jusqu’à produire une véritable cacophonie.

    Mais quand Zazie Sazonoff s’en mêle, elle transforme la maladie en joyeux méli-mélo de mots, et leur redonne toute leur musicalité.

    De l’oto-rhino à l’ophtalmo, du psychanalyste à l’orthophoniste, la tournée des médecins n’a qu’un but : rendre à la jeune malade sa confiance en elle. De rimes en allitérations, elle court vers la guérison.

    Pour que lire et parler redeviennent un véritable plaisir.

    A travers les illustrations , c’est même la jubilation qui s’exprime. La fillette fil de fer, d’abord noyée, broyée sous le poids des mots, se met à jongler et à danser avec les lettres.

    Une manière sensible et drôle d’aborder la maldie, sans jamais dramatiser.

     

     Patouille la Petite Grenouille Dyslexique de Sophie Tossens

    Albums jeunesse sur la dyslexie

    Sophie Tossens nous livre ici un récit personnel. Souffrant elle-même de dyslexie, soutenue par ses parents, elle a réussi, comme la petite grenouille du livre, à surmonter les obstacles grâce à son enthousiasme, sa volonté de réussir et sa ténacité. Son récit aidera l'enfant souffrant de dyslexie à avoir plus confiance en lui et permettra aux autres de comprendre le ressenti des jeunes dyslexiques et d'être plus tolérants face à ce problème.

     

    Et pour les plus grands (cycle 3 et au delà...) :

    Le tiroir coincé - Anne-Marie MONTARNAL

    Albums jeunesse sur la dyslexie

    Pourquoi ai-je des difficultés pour apprendre à lire et à écrire alors que la majorité de mes camarades de classe n'en ont pas ? Suis-je gogol et pas tout à fait normal ? Voici les questions que se pose l'élève dyslexique. S'il est difficile de répondre à la première question, il est par contre important de le rassurer sur sa normalité et de l'informer sur l'essentiel des difficultés de son trouble spécifique d'apprentissage. Comment l'homme fonctionne-t-il pour lire, écrire et mémoriser ? Comment ces fonctions peuvent-elles un peu " déraper " et poser des difficultés à l'élève dyslexique ? Nous devons ces explications à l'enfant dyslexique. En effet, elles vont lui faire comprendre le bien fondé de sa rééducation - orthophonique ou orthopédagogique - et de l'aide qui lui est apportée par l'école et par ses parents... Le tiroir coincé lu par l'enseignante à toute la classe permet une réelle " intégration " de l'élève dyslexique et évitera que celui-ci ne devienne la risée de ses camarades. Cet ouvrage fait également découvrir à l'élève dyslexique qu'il n'est pas bête, qu'il doit utiliser son intelligence non seulement pour contourner et surmonter ses difficultés mais aussi pour embellir sa vie. L'ouvrage utilise des exemples égayés par les illustrations de Pierre Milon.

      

    Et vous, vous en connaissez d'autres ?

     

    Pin It

    4 commentaires
  • Aider les élèves qui tiennent mal leur crayon ou rencontrent des difficultés en écriture

     

    Etre au clair soi-même avec...

    les outils qu'on met à disposition des élèves (crayons, cahier, lignages...), la tenue du crayon, la posture, la position de la feuille ou du cahier (pensez à leur faire incliner, avec la marge parallèle à l'avant-bras)... Pour réviser, quelques fiches très claires sur www.reeducation-ecriture.com :

    Aider les élèves qui tiennent mal leur crayon

    Pour choisir les bons cahiers et les bonnes réglures, l'article d'Ecriture Paris est parfait. Et tant qu'on est là-bas, l'article sur les outils scripteurs est pas mal aussi.

     Une petite astuce géniale en vidéo pour bien tenir son crayon (Merci Josiane, la super ergo du bout du monde ;) )

     

    Associer les parents
    pour qu'ils restent vigilants sur la tenue du crayon à la maison.

    Un affichage et un petit mot pour les parents sur le blog de validées :

      

    Pour délier les doigts
    (parfait pour les élèves qui ont des difficultés en motricité fine... drôlement handicapant pour accéder à l'écriture) 

    Plus d'infos et des affichettes sur le site rééducation-écriture.

    On trouve les petites marionnettes à doigts facilement et pour pas trop cher sur Amazon. J'en ai profité pour acheter d'autres bidouilles, toujours pour travailler la mobilité et l'individualisation des doigts...

       

     

    Ecriture Paris a d'ailleurs fait une vidéo avec les monstres à doigts pour apprendre à plier le pouce et à nommer les doigts :

    Le Finger Twister (Facile à fabriquer soi même)

    Aider les élèves qui tiennent mal leur crayon ou rencontrent des difficultés en écriture Aider les élèves qui tiennent mal leur crayon ou rencontrent des difficultés en écriture

    Le jeu de société Doigts malins

     

    Une proposition de routine de mouvements avant d'utiliser les crayons/ ciseaux, Par Josiane Caron

     

     

    Pour comprendre que c'est les doigts qui font tout le boulot quand on écrit

    (et pas la main)

     

    Le jeu du yoyo : Plus d'infos sur rééducation-écriture

    Faire des gribouillis. On pose la main, elle ne bouge plus. Les doigts gribouillent.

    Toujours une idée de rééducation-écriture

    Aider les élèves qui tiennent mal leur crayon ou rencontrent des difficultés en écriture

     

    Inspirée par le livre d'Hervé Tullet (toujours aussi inspirant) :

    A toi de gribouiller, Hervé Tullet

    Aider les élèves qui tiennent mal leur crayon ou rencontrent des difficultés en écriture

     Dans ce livre, tu peux : Faire pousser des fleurs, Soulever des poids très, très lourds, Cracher du feu Et beaucoup d'autres choses ! C'est à toi de gribouiller !

    Aider les élèves qui tiennent mal leur crayon ou rencontrent des difficultés en écriture

     

    Dans le même genre, on peut aussi s'inspirer de ces livres là :

     

    Le livre pour les enfants qui veulent gribouiller des monstres de Thomas LE GUERN

    Aider les élèves qui tiennent mal leur crayon ou rencontrent des difficultés en écriture

     Tiens, qui est cette petite créature mauve et poilue qui nous regarde avec ses yeux tout ronds ? Attachant et pas si effrayant, ce petit monstre invite les enfants à gribouiller dans des formes découpées. En tournant la page, on découvre le résultat : coiffures farfelues, yeux globuleux, dents pointues et griffes crochues. On brosse en gribouillis le portrait de monstres étranges et rigolos. Ludique et interactif, Le Livre pour les enfants qui veulent gribouiller des monstres développe leur créativité. On s'amuse à barbouiller, griffonner et raturer autant qu'on veut. Il est même conseillé de déborder !

     A feuilleter sur le site de l'auteur.

    pour les plus petits :

    Gribouillis gribouillons d'Antonin LOUCHARD

    Aider les élèves qui tiennent mal leur crayon ou rencontrent des difficultés en écriture

    Ce livre présente une comptine. Elle est amusante et les rimes rythment l’histoire. Les illustrations sont divisées en 2 parties sur la page de gauche on voit des dessins expressifs et sur la page de droite on trouve des gribouillis. A la fin du livre, on découvre que ce livre que l’on a tenu dans les mains n’est autre que le cahier de brouillon d’un écolier. Et c’est en lisant le livre non pas jusqu’à la dernière page mais jusqu’à la quatrième de couverture (où l’on trouve une dernière phrase) que l’on s’aperçoit que ce livre peut se lire à l’envers ! D’ailleurs même en observant les gribouillis on voit qu’ils ont un sens, ce sont eux qui annoncent le dessin de la page d’à côté ! Un petit livre très simple ... en apparence que l’on découvre très riche si l’on se donne du temps pour le détailler.

     

     

    Pour saisir son crayon seul et sans erreur du premier coup

     

    1. Pincer (Le crayon est "à l'envers" à ce moment là, c'est normal)

    2. Retourner (Si c'est difficile au début, on peut s'aider de l'autre main pour retourner le crayon)

    3. Tenir (En fait, on laisse juste le crayon reposer sur le majeur replié dessous, en faisant attention que le haut du crayon repose bien au bon endroit entre le pouce et l'index)

    Aider les élèves qui tiennent mal leur crayon

    On retrouve les affichettes ici.

    En vidéo, ça donne ça :

     

     

    Pour comprendre que l'annulaire et l’auriculaire ne servent pas à tenir le crayon

     

    Leur faire tenir une petit boule de papier dans le creux de la main avec ces 2 doigts.

    Aider les élèves qui tiennent mal leur crayon

    Source : Rocks in my dryer

     

     

    Pour éviter les doigts qui glissent sur le crayon

    Certains élèves ont besoin d'une partie antidérapante à l’extimité du crayon pour éviter les désagréments des doigts qui glissent (le pouce généralement). On trouve pas mal de stylo faits ainsi, mais pour les crayons à papier c'est plus compliqué. On peut alors bidouiller quelque chose avec les fameux petits élastiques en vogue dans les cours de récré : 

     

     

    Pour apprendre à gérer la pression sur le papier 

     

    S'ils appuient trop ou trop peu sur leur crayon, on peut les faire travailler avec du papier carbone (Oui, oui, ça existe encore) entre deux feuilles de papier. Le but étant, soit de laisser une trace sur la feuille du dessous (pour ceux qui n'ont pas une pression suffisante), soit de ne PAS laisser de trace sur la feuille du dessous (pour ceux qui ont une pression trop importante). L'objectif principal étant surtout de voir concrètement l'effet produit par les différents essais de pression. L'idéal ensuite, est de trouver le juste milieu.

    On peut aussi passer par le coloriage, par exemple en leur demandant de colorier un mandala, un pavage ou tout autre chose en utilisant uniquement deux crayons de couleur (voire un seul ?) Il est alors nécessaire de faire varier la pression sur le crayon pour obtenir plusieurs dégradés.

    Aider les élèves qui tiennent mal leur crayon ou rencontrent des difficultés en écriture

    Source : Rééducation-écriture

     

     

    Pour apprendre à déplacer son bras 

     

     

     

    Pour apprendre à repérer les lignes 

     

    Jouer à reproduire des frises :

    Aider les élèves qui tiennent mal leur crayon ou rencontrent des difficultés en écriture

    Aider les élèves qui tiennent mal leur crayon ou rencontrent des difficultés en écriture  

    Aider les élèves qui tiennent mal leur crayon ou rencontrent des difficultés en écritureAider les élèves qui tiennent mal leur crayon ou rencontrent des difficultés en écriture

    Ces exemples viennent encore une fois du super site www.reeducation-ecriture.com mais on trouve un tas d'autres exemples dans les cahiers d'écriture de Danièle Dumont ou sur le blog Maths au primaire (Un pdf de 15 pages avec des modèles de frises)

     

    Et après ?

     Un outil assez complet pour travailler la latéralisation, la fluidité du geste, l'entrée dans l'écriture cursive... Le Brain Gym, que j'ai présenté dans un autre article : Aider les enfants à mieux écrire : Le huit couché de l'alphabet (Brain Gym - Kinésiologie)

     

    Et si les problèmes persistent ? 

     

    Un article d'Ecriture Paris pour savoir vers quel professionnel s'orienter.

     

     

    Pour approfondir un peu

     Un diaporama de 51 pages sur le Geste d'écriture, avec au programme :

    * Les Instructions Officielles.
    * Conséquences "d’une mauvaise écriture".
    * L’organisation spatiale.
    * La tenue du crayon.
    * Mauvaises tenues.
    * Apprendre à placer correctement ses doigts sur le stylo.
    * La position du corps.
    * La posture.
    * Travail sur l’horizontalité.
    * Différentes écritures.
    * Des choix possibles en fonction de l’avancé des apprentissages.
    * Apprendre à écrire en atelier dirigé.
    * Les réglures.
    * Le modèle de l’adulte.
    * Place du modèle statique.
    * Précaution pour apprendre à écrire à un gaucher.
    * Écriture en petite section.
    * Choisir un dispositif d’enseignement.
    * Proposition de planification - PS
    * Les compétences à atteindre.
    * S’acheminer vers le geste d’écriture en moyenne section (majuscules).
    * Les formes de l’écriture.
    * Formes autres.
    * Formes spécifiques.
    * Introduire l’enseignement de l’écriture cursive.
    * Exemple.
    * Proposition de planification GS.
    * Pour stimuler ou relancer l’intérêt des enfants pour l’écriture.
    * Les conditions de l’écriture cursive.
    * Quelles formes pour les lettres cursives ?
    * Les proportions.
    * Les procédures et le ductus des lettres.
    * Les enchaînements.
    * Les traits d’attaque.
    * Harmonisation des pratiques.
    * Une progression.
    * Bibliographie.

    Apprendre à écrire de la PS à la GS - Marie-Thérèse Zerbato-Poudou - Retz

     

    Le geste d'écriture - Danièle DUMONT

    Aider les élèves qui tiennent mal leur crayon

    Comment apprendre à écrire avec plaisir et réussite ? Comment éviter les problèmes de technique d'écriture et le rejet de l'acte d'écrire ? Comment faire aussi pour que l'écriture soit une écriture au sens plein du terme dès les premières productions, c'est-à-dire une écriture qui fait sens et qui nécessite que l'enfant réfléchisse ? Danièle Dumont, rééducatrice en écriture, formatrice en pédagogie de l'écriture, répond à cette problématique en proposant une méthode d'apprentissage qui prend appui sur des savoir-faire acquis à travers des activités ludiques. Elle porte un nouveau regard sur les pratiques de classe, pour en optimiser l'efficacité, en proposant une modélisation de l'apprentissage de l'écriture fondée sur la définition même de l'acte d'écriture. Cette nouvelle édition s'enrichit de nombreuses réponses aux questions soulevées sur le terrain en dix ans de conférences pédagogiques et explicite le lien entre l'écriture et l'apprentissage des prémices de la lecture. Le geste d'écriture est une méthode originale assortie de conseils pratiques et de suggestions à l'usage des enseignants des cycles 1 et 2, qui permettent une mise en œuvre au quotidien. Loin de limiter son apport à l'hexagone ou aux pays utilisant les mêmes modèles de lettres que la France, il s'adresse aussi bien aux enseignants qui utilisent quelques formes et proportions différentes, comme ceux du Québec, qu'aux enseignants d'arabe dont il aborde amplement la mise en place de l'apprentissage de l'écriture.

    Accompagné des cahiers d'écriture qui vont avec de la PS au CE1, voire plus si besoin (et qui comprennent tout un tas d'activités préparatoires à l'écriture : motricité, jeux, comptines...)

    Pour approfondir beaucoup (ce livre est une mine) :

    La rééducation de l'écriture chez l'enfant : Pratique de la graphothérapie - Chantal Thoulon Page

    Aider les élèves qui tiennent mal leur crayon

    Fruit de plusieurs années de réflexion et de pratique graphothérapique, cet ouvrage s'inscrit dans la continuité d'un travail d'équipe approfondi sur la mise au point du traitement des dysgraphies. Il reprend en détail la naissance du geste graphique, les conditions de son évolution et les possibilités de restauration de ses perturbations. On aborde ici le " pourquoi " et le " comment " de la graphothérapie, qui repose sur une relation privilégiée entre le rééducateur et le patient. Il faut travailler sur le schéma corporel, la latéralisation, et la relaxation du geste de l'enfant ; le petit dysgraphique apprend ainsi à gérer son énergie, apprivoiser sa respiration, affiner son toucher, tenir correctement son crayon. C'est alors qu'il parviendra peu à peu à discipliner le mouvement de son écriture, et à s'installer à l'aise dans son espace-feuille, pour découvrir enfin le plaisir d'écrire. La graphothérapie refait le travail pédagogique qui précède normalement l'apprentissage de l'écriture et met à la disposition de l'enfant le " modèle calligraphique ", qu'il personnalisera à son gré. En effet, il n'est pas question de pratiquer une rééducation sauvage en imposant à l'enfant une écriture qui ne lui appartient pas. Ce manuel didactique qui ouvre de nouvelles pistes de réflexion est au service de tous ceux qui, de près ou de loin, sont concernés par l'écriture des enfants : graphothérapeutes, bien sûr, mais aussi instituteurs, pédagogues, orthophonistes, psychomotriciens, ergothérapeutes, graphologues... " Un tel ouvrage manquait. C'est un guide sûr pour praticiens, un outil de travail méthodique et précis... Avec cette recherche originale, un vide est heureusement comblé ". (Robert Olivaux)

     

    Et plus spécifiquement pour le cycle 3, un petit livre qui apporte des solutions concrètes à toute une série de difficultés particulières (sens de rotation des lettres, liaisons difficile br, vr etc, points sur les i, barres au t oubliées etc.). Liste détaillée dans le sommaire consultable sur le site de Nathan :

    Une bonne écriture, choix ou nécessité de Danièle Dumont

    Aider les élèves qui tiennent mal leur crayon ou rencontrent des difficultés en écriture

    L'objectif de ce livre est d'aider les enseignants à faire que les enfants aient une écriture de qualité tout en les laissant libres de faire quelques aménagements. Il fait prendre conscience des anomalies, propose une réflexion sur ce qui se présente comme des évidences et montre où le choix est possible sans transgresser le code. Les nombreux exercices proposés en font un outil pour la classe mais aussi en aide spécialisée.

     

     

    Un cas particulier

     

    Les difficultés à écrire des élèves à QI élevé (Intellectuellement précoces, surdoués... on ne sait jamais vraiment comment les appeler ;) ) : Une émission de France info aborde le sujet.

     

     

    Et vous ? Vous avez d'autres pistes sur le sujet ?

     

                      

    Pin It

    38 commentaires
  • Conférences ASH en ligne

    Une des révélations de mon année de CAPA-SH : les conférences en ligne... ou comment apprendre de Goigoux en faisant un gâteau au chocolat ou de Stella Baruk en repeignant son escalier.

    L'optimisation du temps est cruciale quand on est enseignant !

    Je suis tombée aujourd'hui sur les amphis de l'ASH de l'académie de Créteil. Plein de conférences qui vont pouvoir compléter la "formation alternative" que j'ai reçue l'année dernière. Plein d'idées à prendre, j'en suis sure. 

    Vous avez d'autres bonnes adresses pour les conférences en ligne ?

    Pin It

    5 commentaires
  • Aider les élèves qui confondent 60 70 80 90

     Ah... l’éternelle confusion 60 70 80 90... pour aider ses élèves qui les confondent et n'arrivent pas à les mémoriser, voici quelques astuces...

    Comprendre comment ça marche

    Avec La deuxième table de Seguin associée aux barrettes de perles dorées Montessori. (Moi j'utilise mon matériel base 10 en plastoc à défaut d'autre chose.)

    Je vous renvoie sur le blog de l'école des amours, tout est bien expliqué par étape et en photos. Le top. 

    Aider les élèves qui confondent 60 70 80 90

     

    J'adore le moment où on dispose les 6 barres de 10... plus une autre de 10 un peu plus loin pour "soixante.....dix".

    En général c'est une vraie révélation pour les élèves. On voit la petite ampoule qui s'éclaire au-dessus de leurs têtes. 

    De même pour le "quatre-vingt" représenté par les 4 paquets de 20 (2 barres de 10 quoi).

    On retrouve aussi le procédé dans le génial Montessori Pas à Pas que j'ai présenté dans l'article : Biblio Pédago n°1 : Montessori Pas à Pas - 2/6 ans)

     

    Aider les élèves qui confondent 60 70 80 90

     Ça marche aussi, quand on est au moins 4 dans la salle, en comptant les doigts et les orteils de chacun... idées qui m'est venue à la lecture du livre présenté dans le paragraphe suivant :

     

    S'appuyer sur le langage oral

    Comptes pour petits et grands de Stella Baruk

    Aider les élèves qui confondent 60 70 80 90

    Grâce à ce livre, on apprend, entre autre, à compter comme les belges ou les suisses avec les septantes, les nonantes etc.

    D'ailleurs, une autre maitresseuh a fait un super fichier (téléchargeable gratuitement) à partir de ce bouquin. Mais pour vraiment comprendre tout ce qui se cache derrière et voir les activités qui peuvent être faites à l'oral en amont, le livre de Stella Baruk me semble tout de même indispensable.

    On y apprend par exemple, comment s'appuyer sur des "dictées théâtralisées". On dicte par exemple "soixante......" les élèves vont petit à petit se rendre compte qu'on ne peut pas commencer à écrire tant qu'on ne connait pas la suite puisqu'on ne sait pas encore si on doit écrire un 6 ou un 7.

     

    Utiliser sa mémoire visuelle

    Voici une petite astuce mémo-technique très visuelle ou comment les anglophones nous apprennent à maîtriser le français (Vu sur le blog d'une enseignante d'outre-manche qui doit avoir bien du mal à expliquer cette particularité à ses petits élèves anglais)

    Aider les élèves qui confondent 60 70 80 90

    Ça nécessite d'écrire les chiffres à l'anglaise. Mais ça peut marcher.

    (Edit du 27/10/17 : Jeanne m'a envoyé sa version modifiée avec les chiffres à la française : Télécharger « 70 et 90 AFFICHAGE mnemotechnique.pdf » )

     

    Utiliser sa mémoire kinesthésique

    En utilisant des signes façons Borel Maisonny des maths ;)

    Aider les élèves qui confondent 60 70 80 90

     

    L'apport de l'imaginaire

     

    Utiliser l'histoire du pays des nombres pour expliquer les noms donnés aux nombres de manière romancée.

    On apprend notamment que monsieur "Ante" est parti sans avoir fini son travail... le coquin ! 

    Aider les élèves qui confondent 60 70 80 90

     

     

    Pour automatiser

     

    Le Uno des nombres 60/70 et 80/90 (j'utilise aussi ceux avec les syllabes)

    Aider les élèves qui confondent 60 70 80 90

    Ou alors des petites fiches toutes bêtes et auto-correctrices (toujours en provenance de l'enseignante anglophone):

    Aider les élèves qui confondent 60 70 80 90

    Ou encore Les vaches dans l’hexagone en utilisant uniquement les planches de 60 à 99

    Aider les élèves qui confondent 60 70 80 90

     

    Vous avez d'autres astuces ?

     

     

    Pin It

    21 commentaires
  • Astuces pour adapter les supports écrits pour les élèves rencontrant des difficultés en lecture

    Dyslexique, dyspraxique ou tout simplement en difficulté en lecture... la première chose à faire pour l'aider c'est parfois d'adapter les textes qu'on lui donne. Tout simple, mais ça change parfois beaucoup.

     

    Quels paramètres du texte adapter ?

     

     

    • Privilégier les documents dactylographiés 

    Adapter les supports écrits pour les élèves rencontrant des difficultés en lecture

    Fournir des leçons dactylographiées même si l'élève les a copiées à la main, l'apprentissage sera facilité.

    • Utiliser une police de caractère sans sérif (ou empattements)

    Adapter les supports écrits pour les élèves rencontrant des difficultés en lecture

     

    On peut uiliser par exemple les polices : verdana, arial, tahoma ou comic. Eviter Times new Roman !

    Adapter les supports écrits pour les élèves rencontrant des difficultés en lecture

    • Ou mieux : utiliser une police spécialement étudiée pour les dyslexiques 

    Par exemple : Lexia Open-dyslexic ou Andika téléchargeables gratuitement

    Adapter les supports écrits pour les élèves rencontrant des difficultés en lecture

    Elles sont étudiées pour mieux différencier les lettres souvent confondues comme  b, d, p, q ou u/n. (Suppression de la symétrie, ajout de signes distinctifs…)

    • Utiliser des caractères assez gros

    Taille 14 ou 16 voire plus pour les lecteurs débutant. (Réduire la taille des caractères au fur et à mesure des progrès)

    Adapter les supports écrits pour les élèves rencontrant des difficultés en lecture

    • Espacer les caractères entre eux

    Adapter les supports écrits pour les élèves rencontrant des difficultés en lecture

    Dans word : Dans l'onglet "Accueil" ouvret la petite flèche à droite de "police" aller dans l'onglet "Paramètres avancés" "espacements des caractères"

    Sous Open Office : Menu "format" puis "caractère" puis "position"

    Choisir l’option « étendu » et régler l’écart entre les lettres en fonction de ce qui est le plus confortable pour l’élève. 

     

    • Espacer les lignes entre-elles

    Adapter les supports écrits pour les élèves rencontrant des difficultés en lecture

    Adopter des interlignes de 1,5 ou 2

    Bouton :  Adapter les supports écrits pour les élèves rencontrant des difficultés en lecture

    Penser à espacer aussi les paragraphes entre eux et à utiliser une présentation aérée.

    Si on espace les caractères et les lignes, la vitesse de lecture est en moyenne 20 % plus rapide et le nombre d'erreurs 2x moins important que pour un texte classique

     

    • Utiliser un fond légèrement teinté

    Adapter les supports écrits pour les élèves rencontrant des difficultés en lecture

     

    Soit utiliser du papier légèrement coloré pour imprimer/photocopier le texte.

    Soit donner à l’élève un transparent beige, bleuté etc. à placer sur le texte à lire. On peut aussi trouver des pochettes plastiques colorées.

    La fatigue visuelle guette souvent les dyslexiques. Le fait de donner une légère teinte à une page peut réduire le contraste des lettres sur le fond pâle et rendre la lecture plus agréable.

     

     Comment choisir les paramètres à adapter pour mon élève ?

     

    Essayer plusieurs modifications, par exemple  : agrandir la police (plus ou moins), espacer les lignes, mettre les syllabes en couleur...

    Et en discuter avec l'élève (qu'est-ce qui est le mieux pour toi ? avec quel texte te sens tu le plus à l'aide ?), l'observer (quitte à le chronométrer sur deux textes identiques mais avec des aménagements différents), faire des ajustements, trouver les paramètres idéaux pour lui.

    Si l'élève est déjà suivi par un spécialiste (orthophoniste, orthoptiste...) celui-ci aura surement des conseils à donner sur les supports les plus adaptés.

     

    Comment adapter ? Avec quels outils ?

     

    Si le texte est déjà en version texte informatisé (lisible avec Word ou Open Office Writer) pas de soucis.

    Vous pouvez adapter votre texte "à la main" avec votre traitement de texte habituel (Word, Open Office Writer...) mais ça peut vite devenir très long à faire si par exemple on veut mettre les syllabes ou les sons en couleur. 

    Donc pour gagner du temps, il existe deux logiciels qui permettent de faire les adaptations listées ci-dessus mais aussi bien d'autres :

    Lire Couleur (qui est celui que j'utilise maintenant)

    Adapter les supports écrits pour les élèves rencontrant des difficultés en lecture

    C'est une extension d'Open Office, qui rajoute une barre d'outils à celui-ci. L'installation est facile.

    Mais il existe aussi une version utilisable en ligne (Rien besoin d’installer sur l’ordinateur) : http://lirecouleur.arkaline.fr/web.html

    Voici quelques options très pratiques :

    Visualiser les sons en couleur : Une couleur par son, quelque soi sa graphie (On peut choisir les sons à mettre en couleur pour éviter d'avoir un arc-en-ciel peu lisible ;) )

    Texte colorié

    Atténuer les lettres muettes

    Mettre les sons complexes en gras

    (Encore une fois, on peut choisir ce que l'on veut pour ne pas surcharger le support) 

    Atténuer les lettres muettes

    Mettre en évidence les syllabes par des arcs de cercles sous les mots ou une mise en couleur

    Voir les syllabes

    Syllabes en couleur

    Surligner une ligne sur deux pour faciliter le repérage visuel

     

    Mieux voir les lignes

    Le logiciel Dys-Vocal (Avec son Coupe-Mots)

    Il permet de faire à peu près la même chose que Lire Couleur et il comprend un module OCR integré. Il était devenu payant à une période mais il est redevenu gratuit. 

    La grosse différence c'est que c'est un Logiciel à part entière (Donc non inclus dans Open Office et non utilisable en ligne). Je vous laisse voir ce qui est le plus pratique pour vous.

    Adapter les supports écrits pour les élèves rencontrant des difficultés en lecture

     

    Le logiciel Syllabes et compagnie

    Adapter les supports écrits pour les élèves rencontrant des difficultés en lecture

    Jamais testé mais il me semble également très bien.

    Numériser les documents qui ne sont pas au format texte informatisé

    Si votre texte à adapter est un texte d'un livre, on peut le scanner et le traiter avec un logiciel OCR qui transformera le fichier image en fichier texte. On peut même le faire gratuitement en ligne. 12 sites différents ici : http://roget.biz/4-ocr-gratuits-en-ligne-et-sans-logiciel

    Adapter les supports écrits pour les élèves rencontrant des difficultés en lecture

    SI vous travaillez sur un album ou roman assez connu, vous trouverez surement le tapuscrit sur internet. Le plus simple est de taper sur google "tapuscrit" suivi du nom de l'ouvrage.

    Adapter les supports écrits pour les élèves rencontrant des difficultés en lecture

     

    Enfin, une dernière petite astuce super, la Règle loupe Maped

     

      Adapter les supports écrits pour les élèves rencontrant des difficultés en lecture

    Ça permet de suivre sa ligne sans gêner l'anticipation (puisque qu'elle est transparente) ET d'agrandir n'importe quel texte facilement et instantanément.

     

    Et vous ? Des astuces pour adapter les textes ?

     

     

     

    Pin It

    31 commentaires
  • Le TAGteach : des chiens aux humains

    Quand un éducateur canin peut nous ouvrir des portes pour l'éducation tout court... vraiment intéressant. Du prime abord, le côté "conditionnement" me paraissait contestable mais en fait... il y a des choses à prendre, c'est certain.

    (l'article qui va avec est )

    Pour les plus courageux, une vidéo complémentaire, beaucoup plus détaillée, avec, à la fin, une application pour l'apprentissage du nœud de fauconnier :

     

    Quelques éléments qui m'ont plu :

    Des tâches décomposées en étapes que l'apprenant doit être capable de réussir en trois essais maximum. Si ce n'est pas le cas, on adapte pour que ça devienne possible.

    Le tag-teach : des chiens aux humains

    Seules les réussites sont mises en avant. On ne tient pas compte des essais infructueux. Une réelle pédagogie de la réussite. (Clique sur le lien, un article intéressant t'attend !)

    Le tag-teach        Le tag-teach      Le tag-teach

    Un clicker pour récompenser les réussites : Un Clicker pour chien (assez bruyant en général) ou un couvercle de pot de compote bébé, de confiture ou de bouteille sous-vide (son plus "doux") ou bien un sylo bille rétractable ou une lampe de poche avec un bouton poussoir (on enlève les piles avant peut-être). On trouve même des applications pour tablettes et tel... bref n'importe quoi qui fait un clic court, bref et efficace. Un truc objectif, sans jugement, sans subjectivité, sans "oui c'est bien MAIS tu aurais pu faire ceci cela..."

    Le tag-teach : des chiens aux humains

    Et, la révélation pour moi, (A partir de 11min30 dans la vidéo) : en clickant quelqu'un en train de faire la tâche, on apprend autant qu'en la faisant soi-même.

    Par exemple en écriture : l'élève qui clique l'enseignant (ou un autre élève) quand le tracé est réussi, apprend autant que s'il avait tracé la lettre lui-même.

    En effet, pour pouvoir clicker au bon moment, il faut qu'il soit attentif à la tâche exécutée, qu'il se fasse une image mentale de ce que l'autre est en train de faire, qu'il tienne compte des critères de réussite (Ca nous incite en temps qu'enseignant a être très clair là-dessus, c'est un très bon point)... autant de choses nécessaires à une future réussite personnelle.

    Et puis, l'enfant qui n'a pas envie de faire lui-même l'exercice (à cause d'un blocage x ou y), peut apprendre tout de même. 

    La petite phrase qui m'a beaucoup plu : "Avec le TAGteach, faire des erreurs fait partie des apprentissages. Ça n'est jamais une faute"

    Un application concrète en pédagogie humaine ;) Avec de la conjugaison :

    Et pour ceux que le click click indispose ou horripile, un claquement de doigt, un "ok" clair et net voire un pouce levé, une main posée sur l'épaule ou tout autre indicateur me semble tout aussi approprié (mais je me trompe peut-être ?). 

    Ou alors, mieux : un petit compteur mécanique ! Double bénéfice : un petit clic pas trop agressif qui indique la réussite et en plus on a la mémoire du nombre de réussites. On peut le noter dans un coin à chaque séance pour pouvoir mesurer ses progrès. (Et puis, pour le prix, c'est un bon investissement, il vous servira aussi en numération !)

    Le tag-teach

     

    Dans le même ordre d'idée, on peut se fabriquer un TAGulator qui permet, un peu comme un boulier de poche, de comptabiliser le nombre de Click reçus voire même de s'auto clicker (en fait pas de click dans ce cas : on déplace une perle au lieu de clicker. Au bout de x click, on peut s'octroyer quelque chose qui nous fait plaisir)

    Le TAGteach : des chiens aux humains    Le TAGteach : des chiens aux humains

     

    Pour en fabriquer un soi-même c'est pas sorcier :

    Bref, idée à tester, à adapter.

    Pour approfondir le sujet : www.tagteachenfrancais.com

     

    Et vous, vous en pensez quoi ?

     

    Pin It

    10 commentaires
  • 14 livres sur le droit à l'erreur, la confiance en soi, la timidité...

    A lire à la maison, pour en parler tranquillement avec papa ou maman.

    Ou alors en classe, pour tous (sans nommer personne).

    Ça permet ensuite de faire verbaliser ceux qui le souhaitent (sous forme de questions, de débat philo ou autre) et de mettre des mots sur ce que certains vivent mais n'arrivent pas exprimer. Ça fait du bien des fois, les mots des copains !

    On peut aussi juste les proposer en lecture offerte, comme une porte ouverte aux réflexions personnelles.


    1. Katsi, Raté, mais pas grave ! Martine LAFFOND

    A partir de 3 ans

    Même pas peur des erreurs !

    Youpi ! Il a neigé. Katsi, Pitch et Nook décident de faire un bonhomme de neige mais Nook trouve qu'il est raté, raté et raté ! Et il le démolit d'un coup de pied. Pitch est désolée et Katsi aussi, mais après réflexion, s'ils le recommençaient pour qu'il soit mieux ? Comment apprendre à s'adapter à toutes sortes de situations ?

    La collection GRANDIR ET COMPAGNIE propose aux enfants des petites idées Katsi pour mieux se débrouiller dans leur vie. Un vrai coup de patte d'ami !

    La méthode de Kasti :

    1) Savoir faire face à une situation, se demander en quoi elle est difficile ou non.

    2) Évaluer si l'on est capable de s'y adapter avec ou sans le soutien des autres.

    3) Trouver une solution efficace.

    Le petit + : Toujours essayer de choisir le coté positif de la situation !


    2. Nuage ne se sent pas à la hauteur - Sylvie SARZAUD

    A partir de 6 ans

    Livres sur le droit à l'erreur, la confiance en soi.

    Nuage se sent nul : il ne sait pas voler aussi haut que le majestueux Etoile, et il n'est pas aussi rapide que le vif Eclair. Quand son tour arrive à l'entraînement, c'est avec terreur qu'il regarde le ciel. Il a la tête qui tourne et entend les autres ricaner. Selon lui, il n'a aucune des qualités qu'on attend d'un faucon. Mais un face-à-face avec un serpent du désert va lui prouver le contraire...


    3. Elisabeth a peur de l'échec - Danielle NOREAU

    A partir de 4 ans

    Même pas peur des erreurs !

    Élisabeth est une petite fille de 7 ans qui a peur de l’échec. Cette appréhension se manifeste d’abord à l’école, plus particulièrement en situation d’apprentissage des mathématiques, où elle éprouve des difficultés. Dès qu’il est question de mathématiques, Élisabeth se met à se gratter, à avoir mal au ventre et à paniquer. Un jour, Élisabeth invite son amie Mathilde à la maison. Celle-ci a apporté son jeu géant d’Échelles et serpents. Dès qu’Élisabeth sent qu’elle pourrait s’arrêter sur la case d’un serpent, elle menace d’arrêter de jouer. Elle n’accepte pas l’éventualité de perdre. Élisabeth a tendance à se dévaloriser et sa confiance en elle se détériore. Ses pensées négatives envahissent son discours intérieur et par conséquent, teintent sa perception de la réalité. Le père d’Élisabeth est très attentif aux réactions d’anxiété de sa fille. Il lui proposera différents moyens pour reprendre confiance en elle et intégrer des principes de résolution de problèmes qu’elle pourra utiliser dans différentes activités de sa vie. 


    4. Le succès et l'échec - Les goûters philo - Brigitte LABBE

    à partir de 8 ans

    13 livres sur le droit à l'erreur, la confiance en soi, la timidité...

    Sujet : « Papa, regarde là-bas, voilà le dernier qui arrive. Le pauvre ! Tu crois qu'il va pleurer en descendant de son vélo ? » demande un petit garçon, inquiet et triste pour le coureur cycliste qui va bientôt franchir la ligne d'arrivée, loin derrière les autres. Eh non, il ne va pas pleurer. Il va hurler de joie car il vient de réaliser le rêve de sa vie : participer au Tour de France cycliste et réussir à tenir jusqu'au bout. Ce qui est un échec pour les autres n'est pas forcément un échec pour soi...
    Commentaire : Un nouveau titre des « Goûters Philo », une série qui aide les enfants à réfléchir aux questions importantes qu'ils se posent. Ici, le succès et l'échec : deux expériences que les enfants rencontrent quotidiennement à l'école mais aussi dans leurs loisirs, à la maison... Que sont le succès et l'échec ? Comment relativiser et vivre avec les deux ? Comment aller de l'avant après un échec ? De nombreux exemples, simples et clairs, illustrent ces questions tout en aidant à trouver des réponses. Des dessins humoristiques, en relation avec les situations vécues clarifient encore le récit. Un « Goûter Philo » très facile à lire qui aidera les enfants à avancer dans leurs projets...


    5. La poupée timide : s'affirmer - Sylvie SARZAUD

    A partir de 4 ans

     Livres sur le droit à l'erreur, la confiance en soi.

    Pivoine c'est une petite poupée de chiffon que l'on oublie dans le jardin après la pluie. Elle aimerait avoir des amis, jouer à la coiffeuse avec Punky Tracy et John le cowboy, lever le doigt en classe pour répondre à la maîtresse, bref, s'affirmer. Mais lorsqu'on est timide, tout est compliqué. Lola sa maîtresse a une idée. Elle fait appel à une certaine fée que Pivoine connaît bien.

    (Quelques pages à feuilleter ici)


    6. Firmin et la bille magique - Fred M. ROMAIN

    A partir de 3 ans

    Livres sur le droit à l'erreur, la confiance en soi, la timidité...

    Firmin est un petit lapin très habile, curieux de tout et très malin ? Mais lorsqu'’il s’agit de faire quelque chose en dehors du contexte habituel cela devient quelque fois bien difficile. Sa maman va lui parler d'’une bille... une bille qui roule, très bien. Mais qui a plus de mal à rouler sur un gros tapis que sur le carrelage ? Ce livre est tout à fait adapté aux enfants qui prennent conscience que le monde qui les entoure est beaucoup plus grand et complexe qu’ils ne le percevaient jusqu'’alors. La confiance en soi est ici abordée de façon simple et pratique : l’'enfant peut lui-même constater qu'’effectivement une bille reste sphérique quelle que soit la surface sur laquelle elle évolue.


    7. Clémence et le grand parapluie - Martine DELERM

    A partir de 3 ans

    10 livres sur le droit à l'erreur, la confiance en soi, la timidité...

    Le parapluie de Clémence la protège quand il fait gris, et lui permet de rêver aussi. Mais à mesure qu'elle se recroqueville, le parapluie grossit. Il cache le soleil et se fait encombrant. Clémence se sent seule, personne ne la voit. Elle ne grandit plus. Le parapluie est devenu trop lourd à porter. Comment le rendre plus léger ? Le marchand de parapluies a une idée pour aider Clémence à vaincre sa timidité, et vivre ainsi pleinement sa vie. Une histoire forte qui donne des pistes pour grandir : choisir de prendre des risques, oser affronter ses peurs, trouver un point d'ancrage sécurisant pour croquer la vie à pleines dents !


    8. Tu es vraiment formidable - Lucile Ahrweiller

    Voici un livre qui fait du bien, pour donner confiance en soi et en la vie à nos enfants, et à tous ceux que nous aimons. Lucile Ahrweiller nous offre ici : 9 messages positifs et forts à partager, des saynètes illustrées pour échanger et dialoguer, des espaces libres, que chacun pourra s'approprier pour s'exprimer. Un livre-carnet unique, à offrir, à personnaliser et conserver toute sa vie !


    9. Mistakes that worked (Les erreurs qui ont marché !) Charlotte JONES

    Livres sur le droit à l'erreur, la confiance en soi, la timidité...

    Le principe est simple mais vraiment génial pour montrer que l'erreur a toute sa place à l'école (et ailleurs !) : 40 inventions aujourd'hui familières mais qui ont pour source une erreur inopinée (Les esquimaux glacés, les chips, le scratch...)

    En anglais, mais les illustrations se suffisent parfois à elles-mêmes (on peu en avoir un aperçu en suivant le lien ci-dessus) et puis sinon, si on maîtrise un peu l'anglais, il suffit d'une lecture et puis on peut raconter le truc aux enfants !


    10. Jeanne la girafe - Pierre CROOKS

    A partir de 3 ans

    6 livres sur le droit à l'erreur, la confiance en soi, la timidité...

     

    Ce premier titre de la collection " Le monde animaginaire" aux éditions Balivernes, aborde le thème de la timidité. Jeanne la girafe n'aime pas sa voix et préfère se taire plutôt que de parler ou de chanter. Même lâcher des blagues la rebute et ce sentiment est accentué lorsqu'elle regarde autour d'elle. Elle se place toujours en retrait ! Grâce au conseil de Baba le babouin, elle parviendra à vaincre sa timidité, en utilisant ses ressources propres ! Des images, colorées et joyeuses, une galerie d'animaux difformes pour un album fantaisiste sans prétention.


    11. La timidité - Catherine DOLTO

    A partir de 3 ans

    6 livres sur le droit à l'erreur, la confiance en soi, la timidité...

    Quand on est timide, il y a beaucoup de choses qu'on n'ose pas faire ou dire dans la vie de tous les jours.Mine de rien, quand on est timide, se sentir aimé et apprécié, ça aide beaucoup à vaincre sa timidité...


    12. Petite boule rouge - Valérie DE LA TORRE

    A partir de 3 ans

    6 livres sur le droit à l'erreur, la confiance en soi, la timidité...

    Petite boule rouge a peur de rouler. Grand ballon bleu lui explique comment faire, l’aide à prendre confiance et Petite boule rouge peut alors se lancer ! Mais ce n’est pas encore parfait : Petite boule rouge doit s’entraîner. Et lorsque Petite boule rouge croise le chemin de Petite boule verte et qu’elle lui apprend à son tour à rouler, Petite boule rouge comprend qu’elle est enfin devenue grande.
    Cet album met bien en scène la transmission des savoirs. Grâce à des pages aérées et des constructions de phrases simples, la lecture est aussi bien destinée aux enfants qui commencent à lire seuls qu’aux parents qui lisent à haute voix pour les plus jeunes. Instructive et bien mise en page, l’histoire de Petite boule rouge devrait ainsi divertir de nombreux enfants.


    13. Max est timide - Dominique de ST MARS

    A partir de 6 ans

    6 livres sur le droit à l'erreur, la confiance en soi, la timidité...

    Max est persuadé que ses nouveaux voisins n'ont pas envie de jouer au foot avec lui. Max est timide. S'il allait les voir avec son ballon, ils se moqueraient de lui, c'est sûr ! Ou alors, ils feraient comme s'il n'existait pas. La honte ! Lorsque, comme Max, on se lance dans la vie, on éprouve forcément de nouvelles émotions, on affronte souvent des problèmes inconnus. Et parfois, on se sent perdu. La timidité de Max lui gâche la vie. Il en parle avec son papa, avec sa maman, avec sa soeur Lili. Mais au bout du compte, c'est lui, et lui seul, qui trouve sa solution. Ce petit livre de " Max et Lili " parle de la timidité avec humour et vérité. Il peut t'aider à te connaître, te rassurer, avoir confiance en toi et trouver une solution par toi-même. Il te montrera que tu n'es pas tout seul ! Un petit moment de tendresse et de dialogue entre parents et enfants sur les émotions de tous les jours !


    14. Max se trouver nul - Dominique de ST MARS

    La rentrée démarre mal pour Max : il renverse son bol de lait, se ridiculise en classe, rate un penalty, entend ses copains dire du mal de lui... Soudain, il se sent nul et pense qu'il n'arrivera jamais à rien ! S'en sortira-t-il ? Ce livre de Max et Lili parle de la confiance en soi, qu'il est facile de perdre et difficile de retrouver. Très tôt, l'enfant se fait une idée de lui-même à travers ses expériences et le regard des autres... Pour que cette image soit positive, il a besoin d'adultes qui lui font confiance, tout en le guidant, qui font plus attention à ses qualités qu'à ses défauts, qui comprennent ses difficultés... L'enfant a besoin de se savoir important et de se sentir aimé


    15. Muette - Anne CORTEY

    A partir de 4 ans

    10 livres sur le droit à l'erreur, la confiance en soi, la timidité...

    Dans une famille nombreuse pleine de cris, de pleurs et de rires, une fillette se réfugie dans le silence, pour se protéger de tout le brouhaha ambiant. Ses parents évidemment s'en inquiètent, l'emmènent voir de nombreux docteurs, quand ses frères et sœurs la prennent pour une idiote... Mais rien n'y fait, la petite fille reste muette. Jusqu'au jour où elle rencontre un petit garçon aussi discret qu'elle, qui va lui donner envie de parler, et le courage de faire sortir enfin tous ses mots qu'elles gardent depuis longtemps précieusement en elle... Voici un album tout en retenu, abordant avec finesse et délicatesse le thème de la timidité, et du regard de l'autre. Comme on est attendri devant cette petite fille sensible, calme et rêveuse, qui par manque d'assurance préfère garder le silence. Une petite fille discrète que l'auteur laisse pourtant admirablement s'exprimer dans son album, en lui permettant de nous livrer ses pensées. 


    16. Un ami pour Antoine - KOCHKA

    A partir de 3 ans

    10 livres sur le droit à l'erreur, la confiance en soi, la timidité...

    En classe, Antoine ne parle pas beaucoup et reste souvent dans son coin…surtout quand c'est le "quoi de neuf" de la journée. Dans ses poches, Antoine conserve de mystérieux petits papiers pliés que son papa lui a fait. Lorsque Kishor, un petit nouveau arrive dans la classe, tout change alors pour Antoine. Il devient un modèle pour Kishor, et Kishor l'aide à doucement vaincre sa timidité. Un album de plus dans la collection histoire de grandir, avec les conseils d'un spécialiste en fin de récit, qui invite parents et enfants à dialoguer… sans faire de la timidité une maladie.

     

    Les livres qui ne sont plus édités peuvent parfois être trouvés sur Priceminister. Si vous commandez en cliquant sur ce lien de parrainage, vous avez 7€ de réduction (mais il faut que ce soit votre première commande sur ce site) : http://www.priceminister.com/p/botaneige

    Vous voyez d'autres références à ajouter ? 

    Pin It

    16 commentaires
  • 8 idées pour s'entraîner à lire rapidement les mots fréquents au cycle 3

    POURQUOI ?

    Les 45 à 50 mots les plus fréquents de la langue française représentent en moyenne 50% d'un texte. C'est incroyable, vous ne trouvez pas ?

    (Pour illustrer mes propos j'ai mis en rouge les mots fréquents dans ce paragraphe : 21/41) 

    Et si on pousse plus loin, les 600 mots les plus fréquents de la langue française représentent 90% d'un texte. (Pour comparaison : 60 000 mots dans le Larousse)

    On comprend donc toute l'utilité de travailler la lecture rapide, globale et automatique de ces mots fréquents.

    (Plus d’infos dans La lecture : De la théorie à la pratique de Gocelyne GIASSON, une bible ce livre !)

    2 idées pour s'entraîner à lire rapidement les mots fréquents

    QUELS MOTS ?

    Pour les plus fréquents je vous mets ci-dessous la liste donnée dans le document d'accompagnement des programmes "Lire au Cp" :

    2 idées pour s'entraîner à lire rapidement les mots fréquents

    Jocelyne Giasson a fait une liste similaire mais classée non pas par fréquence mais par ordre alphabétique.

    Si on en veut plus (C3), on peut s'appuyer sur la liste de fréquence lexicale du lexicologue Étienne Brunet qu'on trouve gratuitement sur Eduscol. Elle contient 1500 mots.

    COMMENT ON FAIT ?

    Quelques idées ci-dessous :

    1. Les Rapidomo de Rigolett'

    (Mots de la liste de Brunet)

    2 idées pour s'entraîner à lire rapidement les mots fréquents

    Le principe : une vingtaine de mots à lire le plus rapidement possible. Les élèves ont 30 secondes (Trouver un chrono ou un sablier adéquat) pour lire la liste en cochant les mots lus, puis ils colorient leur graphique (autant de cases que de mots lus) pour pouvoir visualiser leurs progrès. 

    Le petit truc en plus : La pensée de Rigolett' : "J'ai vraiment envie d'insister sur l'idée qu'on ne joue pas les uns contre les autres (avec une mise en valeur de l'élève ayant lu le plus de mots) mais sur l'idée qu'on doit arriver à faire mieux que la fois précédente !" Ça me rappelle une de mes affiches ça ! 

    2. Les mots miroirs de Michelle Dupuis

    (Mots de la liste de Giasson)

    2 idées pour s'entraîner à lire rapidement les mots fréquents

    Si on veut complexifier un peu l'exercice (ou pour amuser les Mc Gyver en herbe) c'est parfait ! Les élèves placent un mot devant le miroir et essaient de le lire. Ils peuvent faire deux piles. Une pile pour les mots qu’ils peuvent lire facilement et une autre pile pour les mots qui sont difficile à lire.

    Si on veut travailler la rapidité de lecture, moi je travaillerait sur des listes de mots plutôt que sur des mots isolés.

    Fichier téléchargeable gratuitement, il suffit de s'inscrire sur le site (Une vraie mine...)

    3. Les monstres gloutons de dixmois

    2 idées pour s'entraîner à lire rapidement les mots fréquents au cycle 3

    Le but du jeu est de nourrir le plus rapidement son monstre glouton. Chaque mot lu est placé sur la grille. Le premier à avoir rempli sa grille a gagné.

    Pour des cycle 3 je ne jouerais pas chacun son tour mais tous en même temps. Le plus rapide a gagné. Du coup le volume de mot lus par élèves en un laps de temps donné est beaucoup plus important. Par contre l'arbitre (maître ou élève) doit être super attentif. Prévoir plusieurs arbitres peut-être ?

     4. Lecture flash

    4. idées pour s'entraîner à lire rapidement les mots fréquents au cycle 3

    Le principe est simple : on montre très rapidement un mot, l'élève doit e lire très rapidement, puis on passe au suivant. On peut le faire avec des "flash cards" c'est à dire tout simplement un bout de bristol avec le mot écrit dessus. Ou bien alors on utilise un logiciel qui fait défiler les mots. Par exemple Mot-Flash qui est gratuit et tout simple. On peut saisir sa liste de mots et régler la vitesse de défilement en fonction du niveau de l'élève (et de ses progrès : se rendre compte qu'on arrive à aller de plus en plus vite c'est valorisant et motivant !)

    Vous connaissez un autre logiciel de ce genre ? (Peut-être un peu moins austère ?)

    Sinon, plus simple, les vidéos youtube de Brigitte Prof mais là du coup on ne personnalise rien du tout : 

    5. Un chemin de mots

    5 idées pour s'entraîner à lire rapidement les mots fréquents au cycle 3

    On écrit les mots au sol, sur des post-it ou du bristol scotché ou alors directement par terre avec des crayons Lyra triple one (ça s'efface tout seul à l'eau après) ou à la craie dans la cour de l'école. Le but du jeu : sauter d'un mot à l'autre le plus rapidement possible sans faire d'erreur (sinon on retourne au départ) et battre son propre record : une fois n'est pas coutume, le but n'est pas d'être meilleur que les autres mais d'être meilleur que la personne que vous étiez hier. Et nous voilà une fois de plus dans de l'apprentissage multisensoriel.

    6. Tapettes à mots

    7 idées pour s'entraîner à lire rapidement les mots fréquents au cycle 3

    On étale des étiquettes-mots sur la table. On annonce un mot, le premier qui tape dessus gagne l'étiquette. Avec des tapettes à mouche c'est encore plus rigolo :

    7 idées pour s'entraîner à lire rapidement les mots fréquents au cycle 3

     

    Par contre il faut que les élèves qui jouent ensemble aient des niveaux comparables. Ou alors chaque élève a ses propres étiquettes devant lui, ceux qui sont plus à l'aise en ont plus, du coup le mot cible est plus difficile à trouver : et oui, avoir pareil, ce n'est pas toujours juste !

    7. Pyramides de mots

    7 idées pour s'entraîner à lire rapidement les mots fréquents au cycle 3

     Les mots sont écrits sur des gobelets (en carton c'est plus stable... mais plus difficile à trouver). Les élèves doivent lire le plus de mots possible dans le temps imparti. Pour chaque mot lu, ils conservent le gobelet et construisent une pyramide devant eux avec. Soit on joue pour battre son propre record, soit on transforme le jeu en un jeu coopératif et tous les élèves œuvrent à la construction d'une seule pyramide (qui devra être plus haute que celle de la dernière fois). Si on préfère jouer à celui qui aura la plus haute pyramide, pour éviter que les plus forts gagnent toujours, on peut introduire quelques gobelets marqués "Badaboum" qui permettent de faire tomber la pyramide d'un adversaire.

     8.Tableau de progrès 

    Le plus important à mon sens, c'est que les élèves puissent savoir ce qu'on attend d'eux, ce qu'ils savent déjà, ce qu'ils doivent encore apprendre et qu'ils puissent visualiser leur progrès.

    Je verrais bien un petit test rapide à faire régulièrement. Par exemple la lecture chronométrée d'une liste comprenant les mots qu'on souhaite faire apprendre. On note à chaque fois le temps et le nombre d'erreurs, un peu à la manière des tests de Fluence (voir ici). Avec un graphique ça serait encore plus visuel.

    Je vous mets un document maison très vite fait... à parfaire sans doute. J'ai pris les 120 mots les plus fréquents dans la liste de Brunel. Ils sont classés du plus fréquent (liste 1) au moins fréquent (liste 6) (chaque élève ne remplit pas tout, on cible avec lui ce qui est pertinent en fonction de son niveau)

    4. idées pour s'entraîner à lire rapidement les mots fréquents au cycle 3

    Télécharger « Tableau de progrès mots fréquents.pdf »

     La fiche peut aussi servir de référentiel à emmener à la maison pour réviser.

     

    Enfin, toujours pour mesurer ses progrès et le chemin restant à parcourir, Prof Ninoche a adapté mon tableau de progrès pour la lecture des mots outils au CP :

    Aider les élèves à mesurer leurs progrès : comment ?

     

    Et vous ? D'autres idées pour lire facilement ces mots fréquents ?

     

    Pin It

    17 commentaires
  • Je rencontre souvent des élèves qui lisent trop lentement et de manière trop hachée pour accéder à la compréhension.

    Je mets alors en place des groupes de Fluence. (Ça n’empêche pas un travail en parallèle sur la compréhension pure et dure avec les outils de Goigoux par exemple.)

     Lecture rapide : Fluence et compagnie

    La Fluence, c'est quoi ?

    La fluence de lecture c'est la capacité à lire avec aisance, rapidement, sans erreurs et avec une intonation adaptée. C’est une compétence cruciale qui permet de lire sans effort, favorisant ainsi l’accès à la compréhension.

    Elle se mesure en mots correctement lus à la minute (MCLM)

     

    On la mesure comment ?

    Pour l'évaluer, on peut utiliser l'ELFE (Evalution de la lecture en fluence) des laboratoires Cognisciences. On retrouve aussi ce test dans les outils de Fluence de La Cigale (voir plus bas). 

    Il est étalonné du CE1 au CM2. Ça permet de situer l'élève par rapport aux autres élèves de même niveau scolaire. 

    Les études réalisées montrent que :

    • les 30% d’élèves les plus faibles (donc en dessous du 30ème percentile) n’ont pas une fluence de lecture suffisante pour accéder à une bonne compréhension du texte lu.
    •  Les 15% d’élèves les plus faibles (donc en dessous du 15ème percentile) sont en difficulté.
    •  Les 5% les plus faibles (donc en dessous du 5ème percentile) sont en grande difficulté. La plupart des élèves avec lesquels je travaille sont dans cette tranche là. Le but est d'approcher le 30ème percentile pour pouvoir accéder à la compréhension.

    Lorsque la lecture devient suffisamment fluente (à partir de 80 mots par minute), on peut commencer à demander à l’élève de tenir compte des points et des virgules et d’essayer de mettre l’intonation.

    En général, j'évalue les élèves avant de commencer mes prises en charge, ça me permet de cibler les élèves avec lesquels je vais réellement travailler (Score "trop haut" : l'enseignant peut s'en charger. Mais au contraire, si la lecture est vraiment trop laborieuse, un travail sur les sons par exemple est peut-être plus approprié)

    Je fais une seconde évaluation en fin de prise en charge (L'ELFE contient 2 textes, ça tombe bien, on évite l'effet re-test) Très valorisant pour les élèves de voir qu'on a progressé. Oui, oui, ça marche à coup sûr (Enfin presque... j'ai eu une seule fois une élève pour qui le score était le même avant et après... mais je sais pourquoi ;) )

     

    Quels outils ?

    La Cigale a publié des guides à 39.50€ l'un. On y trouve tout le processus : l'évaluation initiale, les graphiques et tableaux à compléter pour visualiser les progrès (Chaque texte est lu plusieurs fois par les élèves, on note le score de MCLM à chaque fois, on fait un joli graphique pour voir les progrès), le déroulé des séances... et plein de textes adapté à chaque niveau (CP/CE pour le vol.1, CE pour le vol.2 et CM pour le vol.3)

    Fluence de lecture  Fluence de lecture  Fluence de lecture

    Tout est très bien expliqué sur leur site (Cliquez sur les images ci-dessus). On y trouve même des vidéos de séances. Je ne développe pas plus ici.

     

    Concrètement, ça se passe comment une séance de Fluence ?

    Voilà comment je fais MOI. Mais chacun peu adapter à sa sauce :

    Je travaille avec des petits groupes de 2 à 3 élèves maximum... voire 4 en fonction du niveau, mais surtout pas plus. Au delà, ce n'est pas la peine, les séances sont trop longues, les élèves trop impatients de lire... et lisent trop peu au final.

    1) Amorçage du texte : rappel des épisodes précédents si lecture suivie, définition du vocabulaire utilisé, travail sur les champs lexicaux, diaporamas avec mots et/ou phrases et images… mais tout ça très très rapidement. Juste pour s'assurer que tout le monde est en mesure de comprendre un minimum ce qu'il va lire. (D'où l'importance de ne pas choisir des textes trop compliqués)

    2) Découverte individuelle et silencieuse ou lecture par le maître (En fonction du niveau des élèves)

    3) Première lecture individuelle à haute voix : Un élève lit, les autres suivent et notent les éventuelles erreurs ou hésitations au velleda sur leur texte glissé dans une pochette plastique. De mon côté, je note les erreurs de lecture sur une fiche propre à chaque élève, qui contient le texte. Dans l'outil Fluence de la Cigale elle ressemble à ça : 

    Lecture rapide : Fluence et compagnie

    Comme les élèves vont relire le même texte à plusieurs reprises, je change de couleur des stylos. Par exemple à la première lecture, je note les erreurs et remplis la première ligne du tableau au stylo bleu, à la deuxième lecture au stylo rouge, à la troisième au stylo rose etc. (Acheter une pochettes de stylos ou de feutres fins de toutes les couleurs !).

    Les élèves utilisent la même couleur pour colorier la bande de l'histogramme correspondant à cette lecture. Je n'ai pas d'exemple rempli sous la main (ça serait plus clair). J'en ajouterai une plus tard.  

     

    4) Évaluation de la première lecture :

    A l'aide d'un tableau récapitulatif propre à chaque élève :

    Lecture rapide : Fluence et compagnie

    Télécharger « Fluence - tableaux score.pdf »

    • On note le temps de lecture
    • On note le nombre d’erreurs : discussion sur les mots lus difficilement pour identifier la difficulté et rechercher des stratégies pour la surmonter. Explicitation du regroupement syntaxique de certains mots ou expressions, auquel certains élèves ne procèdent pas spontanément.
    • On calcule le score de MCLM : Je le calcule moi-même : (Mots correctement lus x 60 / temps de lecture en seconde)
    • On se fixe des objectifs pour la prochaine lecture : la prochaine fois je ferai attention à... je n'oublierai pas de...
    • On colorie l'histogramme avec le score de MCLM : en général je trace la barre supérieure, les élèves s'occupent de colorier la bande. Pour certains, je dessine tout le contour.

    Lecture rapide : Fluence et compagnie

    Télécharger « Fluence - histogramme.pdf »

    5) Ecoute de la lecture des autres, aide à l’analyse de leurs difficultés.

    6) Seconde lecture Même déroulement que pour la première si ce n'est qu'avant de commencer la lecture, on regarde les erreurs principalement commises auparavant pour tenter de les éviter.

    7) Évaluation de la seconde lecture Même déroulement que pour la première. Puis : Observation des scores pour prendre conscience de ses progrès. Quand on passe à un autre texte, expliquer aux élèves que certains textes sont plus difficiles que d’autres et que la fluence peut ne pas progresser entre 2 textes, voire même diminuer pour les textes difficiles. C'est normal. L'important est de progresser d'une lecture à l'autre pour un même texte. (Faire mieux que soi-même la dernière fois, et pas mieux que les autres) Et surtout, le but final est de progresser dans les percentiles entre la 1ère et la dernière évaluation ELFE.

     

    (Vous pouvez aussi aller voir mon article au sujet de l'importance de permettre aux élèves de mesurer leurs progrès)

    8) Possibilité de prévoir une troisième lecture si besoin, ou de poursuivre le travail à la maison et de faire la troisième lecture à la séance suivante)

    Les résultats de toutes les lectures de tous les textes sont tracés sur le même histogramme (on rallonge si besoin)

    Petit précision : 

    Je fais le choix de laisser les élèves lire le texte en entier (Plus cohérent, moins frustrant, plus facile de s'améliorer).

    Mais si on veut pouvoir laisser les élèves travailler en autonomie, il est préférable de les faire s'arrêter au bout d'une minute. Il leur suffit alors de repérer le nombre de mots lus et de soustraire les erreurs ou oublis.

    Deux possibilités pour que les élèves puissent gérer le temps eux-même :

    • des chronomètres (mais parfois perte de temps quand il ne save pas bien s'en servir)
    • des sabliers d'une minute. Je préfère. Simple d’utilisation, pas d'erreur possible. Par contre il ne faut pas que l'élève responsable du temps s'endorme dessus, et parfois difficile de bien voir quand le sable a fini de s'écouler. J'ai enfin résolu ces deux inconvénients en utilisant des Sabliers Géants d'1 minute. Le sable est rouge donc bien visible et le sablier fait 16cm de hauteur donc pas besoin d'utiliser une loupe pour scruter le dernier grain de sable. Et cerise sur le pompon : ils ne coûtent que 5€ et des brouettes. (Dispo dans différentes durées allant jusqu'à 60 minutes !)

    Aider les élèves à lire plus vite. Lecture rapide, fluence et cieAider les élèves à lire plus vite. Lecture rapide, fluence et cie

    Dans l'idéal, ce travail doit être mené quasi quotidiennement. Je m'arrange en général avec l'enseignant de la classe pour que des séances de fluence soient également prévues en APC durant la période pendant laquelle je travaille avec un groupe de fluence.

    On peut aussi associer les parents pour que les élèves poursuivent à la maison. Mais dans ce cas, je discute avec l'enseignant de la classe pour alléger les devoirs si besoin.

     

    Quels textes ?

    - Soit les textes de La Cigale : bien étudiés pour aborder les difficultés les plus fréquentes, et la progression est bien faite.

    - Ou : les textes de la classe (Textes d'un manuel ou textes divers utilisés en littérature, compréhension ou en découverte du monde) avant que ceux-ci ne soient utilisés en classe. Ça permet aux élèves de s'approprier le texte "techniquement parlant" avant d'avoir à l'analyser plus finement.

    Il faut tout de même que le texte ne présente pas trop de difficultés.

    Je prépare généralement les textes en deux versions :

    • Texte classique
    • Texte aménagé : Police adaptée (OpenDyslexic en général), gros caractères, lignes et caractères espacés. Mots en couleur : mots pré segmentés en rouge bleu et noir. Lettres muettes en gris. (J'utilise les logiciels LireCouleur ou Coupe-Mots)

    Le texte utilisé est choisi en fonction du niveau de chaque élève. A terme tous passent au texte classique (Sauf les élèves qui ont un diagnostic dys pour lesquels un aménagement est indispensable) mais avec la possibilité de se référer à un texte aménagé si besoin pour résoudre des difficultés particulières.

     

    Comment travailler la Fluence en classe entière ?

    Travailler la fluence en groupes de 3 ou 4 élèves dans le cadre du RASED ou des APC c’est le plus simple à organiser. Mais c’est également possible de faire ce travail en classe, tout seul comme un grand. J'ai récapitulé quelques idées de fonctionnement dans le document ci-dessous :

    Aider les élèves à lire plus vite. Lecture rapide, fluence et cie

    Télécharger « Fluence en classe entière.pdf »

    D'autres pistes ?

    Pour travailler sur le déchiffrage de mots inconnus réguliers, on peut utiliser les listes infernales de la Circonscription de St Gilles Croix de Vie (Plutôt pour le cycle 3). On trouve d'autres listes (y compris pour le C2) sur le site DLPC.

    En parallèle je travaille la vitesse de balayage, l'empan de lecture, la prise de repères, l'anticipation, la recherche d'indices ... à partir de petits jeux de lecture, que je fais généralement sur les mêmes textes que ceux travaillés en fluence (donc textes de la classe, voir plus haut). 

    On les envisage comme des entraînements pour améliorer son score de fluence. Très motivant pour les élèves. On les fait soit entre la première et la deuxième lecture de chaque séance, soit en fin de séance, soit pendant des séances spécifiques. J'adapte en fonction des besoins des élèves.

    Je pique des idées dans les deux ouvrages ci-dessous (Pas chers du tout : 7,30€ l'un !) :

    140 jeux pour lire vite - Yak RIVAIS - éditions Retz : Mon chouchou. Il permet de faire des petits jeux sur n'importe quel texte. (Le texte étudié en classe, la poésie à apprendre, les documents d'histoire-géo...)

    Fluence de lecture

    Destiné à favoriser la maîtrise et le goût de la lecture, ce " Petit cahier " propose 140 jeux rapides et attrayants aux enfants pour les aider à passer de la lecture de base à la lecture courante. La pratique régulière de ces jeux leur permettra de devenir de vrais lecteurs. Des objectifs clairs guident le choix des jeux : soutenir l'attention, anticiper, identifier le contexte, éviter les retours en arrière de contrôle de l'œil, favoriser la compréhension, renforcer la confiance en soi du jeune lecteur. Très simples à mettre en oeuvre, ces 140 jeux, longuement testés en classe, sont efficaces et amusants. Une façon ludique de s'entraîner à la lecture.

     

    Et dans la même collection :

    Des jeux pour mieux lire - Roger ROUGIER - éditions Retz

    Fluence de lecture

    Ce petit cahier, tout en couleur, a pour objectif de permettre à l'enfant qui a acquis les mécanismes de la lecture, d'améliorer ses compétences de lecteur et de consolider son orthographe lexicale dans un contexte varié.Un bon lecteur est capable d'identifier 300 à 400 mots à la minute. Cette rapidité nécessite de dépasser le chiffrage pour développer son habileté à trouver le ou les détails qui différencient des mots, appréhender le mot dans sa globalité et comprendre le sens d'un texte.Les exercices-jeux proposés ici entraînent les enfants à reconnaître au sein de listes, de grilles ou de textes des mots identiques, des intrus, des anagrammes, des mots oubliés en utilisant des indices de longueur et/ou de lettres.

    Il m'arrive aussi de travailler, si besoin, la lecture rapide des mots fréquents (voir l'article que j'ai écrit à ce sujet en cliquant sur ce lien)

    J'utilise aussi parfois des gammes de lecture. On en trouve chez "Mais que fait la maîtresse ?"

     

    Et vous ? Le vitesse de lecture, vous la travaillez comment ?

     

            

    Pin It

    18 commentaires
  • Mémoriser l'orthographe des mots : orthographe illustrée et comptines orthographiques.

    Il y a des enfants (Dyslexiques, dysorthographiques ou pas) qui n’arrivent définitivement pas à mémoriser l'orthographe des mots, mêmes des plus fréquents. Deux techniques à tester : 

     

    1. L'orthographe illustrée (pour les visuels)

     

    L'orthographe, c'est tellement abstrait... pourquoi faut il 2 n à tunnel ? Hein pourquoi ? Un seul suffirait, non ? Et bien non. Il en faut deux parce que dans un tunnel il y a 2 trous, un de chaque côté, un pour entrer, un pour sortir. On a donc besoin des 2 n pour dessiner ces deux trous :

    L'orthographe illustrée

    C'est une idée tirée de l'orthographe illustrée de Sylvianne Valdois, qui avait été éditée chez Orthoéditions. Malheureusement, cet ouvrage n'est plus édité MAIS heureusement, on peut maintenant télécharger gratuitement le mode d'emploi et les 200 planches illustrées en couleur (dont 70 homophones) sur le site du CNRS de Grenoble.

    L'orthographe illustrée

     

    Dans le même genre, il y aussi le dico visuo-sémentique du GRre10 (Groupe Romand pour enfants dys). Il est accompagné de documents qui donnent des idées concrètes d'utilisation en classe.

    L'orthographe illustrée              L'orthographe illustrée

     

    Les illustrations sont un peu moins jolies mais il y a plus de choix.

    De toutes façons, on peut aussi proposer aux enfants de créer eux-même leurs mots-dessins mémo-techniques. La mémorisation n'en sera que meilleure. Et ça permet de cibler vraiment les mots qu'on veut leur faire apprendre.

    Pour un travail systématique sur les mots les plus fréquents, on peut partir de la liste la liste de fréquence lexicale du lexicologue Étienne Brunet, sur Eduscol :  http://eduscol.education.fr/pid23250-cid50486/vocabulaire.html 

    Enfin, Mathilde Gosselin a édité plusieurs jeux de carte plutôt bien faits, toujours avec des mots illustrés : Dessine-moi un mot (les invariables, les mots fréquents, les homophones...). Le gros plus : les questions au dos qui consolident les images mentales et permettent une très bonne mémorisation. Testé avec des élèves... et approuvé.

        

     

    Ajout du 22/10/2106 : Depuis la rédaction de cet article, certains collègues se sont emparé de la méthode. Voici donc quelques idées d'application  :

    Mathilde Bourdin nous présente les créations de ses petits élèves (et le processus qui a permis d'en arriver là)... cet article est génial ! :

    Aider les élèves à mémoriser l'orthographe des mots : Orthographe illustrée et comptines orthographiques  Aider les élèves à mémoriser l'orthographe des mots : Orthographe illustrée et comptines orthographiques Aider les élèves à mémoriser l'orthographe des mots : Orthographe illustrée et comptines orthographiques 

    Sur le blog "Un an d'école en ULIS école" on trouve des fiches pour les mots-outils de CP et CE1 qui reprennent certaines illustrations : 

    Aider les élèves à mémoriser l'orthographe des mots : Orthographe illustrée et comptines orthographiques

     

    Monsieur Mathieu les a aussi inclues dans ses préparations de dictées :

    Aider les élèves à mémoriser l'orthographe des mots : Orthographe illustrée et comptines orthographiques

     

    Une leçon sur les homophones à manipuler chez Résonances en cycles 2 et 3 :

    Aider les élèves à mémoriser l'orthographe des mots : Orthographe illustrée et comptines orthographiques

     Et j'ai aussi découvert le travail très inspirant du graphiste Joel Guenoun... très artistique : 

    Aider les élèves à mémoriser l'orthographe des mots : Orthographe illustrée et comptines orthographiques  Aider les élèves à mémoriser l'orthographe des mots : Orthographe illustrée et comptines orthographiques

    Aider les élèves à mémoriser l'orthographe des mots : Orthographe illustrée et comptines orthographiques  Aider les élèves à mémoriser l'orthographe des mots : Orthographe illustrée et comptines orthographiques

    On retrouve son travail dans le livre Les mots ont des visages :

    Aider les élèves à mémoriser l'orthographe des mots : Orthographe illustrée et comptines orthographiques

     

     

     

     2. Les comptines orthographiques (pour les auditifs)

     

    Un peu le même principe : donner du sens à l'orthographe. Mais cette fois on passe par l'oral.

    Mots clés pour réussir ses dictées - Benoit MARCHON

    L'orthographe illustrée (pour les visuels) Comptines orthographiques (pour les auditifs)

     

    S'il faut deux P à échaPPer, c'est parce qu'avec deux pieds, il est plus facile de s'échapper ! Ces comptines rusées aideront à déjouer les pièges de l'orthographe, les bizarreries de la ponctuation ou de la conjugaison, et à mémoriser les règles les plus simples. En s'amusant !

    Mots futés pour écrire sans se tromper - Claire DEROUINEAU

    L'orthographe illustrée (pour les visuels) Comptines orthographiques (pour les auditifs)

     

    " Si je suis près de vous C'est que je ne suis pas loin, Si je suis prêt à tout, J'ai un T comme témoin. Des comptines à mémoriser pour savoir écrire sans se tromper les homonymes et les terminaisons, placer le bon accent ou mettre la cédille sans aucune hésitation.

    Et le top du top...

     

    Associer les deux pour un apprentissage multisensoriel... bien plus efficace.

    Rien de bien sorcier : on se répète la comptine en faisant le dessin et le tour est joué.

     

    Pour aller plus loin

    Si vous cherchez d'autres astuces pour l'apprentissage de l'orthographe des mots, j'avais fait un document avec 21 idées pour apprendre ses mots. Suivez le lien !

     

    Et vous ? Vous avez d'autres astuces pour faciliter la mémorisation de l'orthographe des mots ?

     

    Pin It

    34 commentaires