• Améliorer l'ambiance de classe : Seaux à remplir et Chaudoudoux

     

    La demande de départ : J'ai une ambiance de classe toute pourrie (Euh... difficile) cette année. Ils ne sont pas sympas entre eux, se parlent mal... Ils ont besoin d'apprendre l'empathie, l'entraide, la bienveillance, la solidarité, la gratitude...

    Voici donc quelques idées et 8 livres très chouettes pour ouvrir la discussion et faire réfléchir... ou peut-être trouver un point de départ pour un débat philo.

     

    Mes deux préférés, adaptables du cycle 1 au cycle 3

     

     

    Un chaudoudou c'est un signe de reconnaissance positif : une gentille parole, une marque d'attention, un compliment sincère...

    Le chaudoudou est :

    1. Gratuit : on n'attend rien en retour 
    2. Explicite : si l'autre fait quelque chose de bien, je le dis, si j'aime comme il est, je le dis...
    3. A l'infini : On a toujours des chaudoudoux, on peut en distribuer autant qu'on veut
    4. Il fait du bien à celui qui le reçoit, il fait du bien à celui qui le donne (On retrouve le principe des seaux)

    Jean-François Laurent en parle tellement bien, cette vidéo est à voir absolument : 

    Un extrait de l'article que le blog Apprendre à éduquer à consacré au livre :

    L’histoire commence dans un pays lointain, il y a fort longtemps de cela où tout le monde vivait très heureux et échangeait des chaudoudoux inépuisables. Chaque fois que quelqu’un recevait un chaudoudoux, il se sentait immédiatement chaud et doux de partout. Les gens de ce pays n’arrêtaient pas d’échanger des chaudoudoux et on pouvait en avoir autant qu’on voulait car les chaudoudoux étaient gratuits ! Il suffisait de plonger la main dans son sac et de les offrir.

    Mais voilà, la vilaine sorcière Belzépha n’était pas contente : les gens étaient si heureux qu’ils n’achetaient pas ses filtres et potions magiques. Elle décida de semer le doute dans l’esprit des villageois : et si un jour, il n’y avait plus de chaudoudoux ?

    Les villageois commencèrent à avoir peur de la pénurie : chaque fois qu’une personne offrait un chaudoudoux, ses proches craignaient qu’il n’en reste plus pour eux. Les parents et les enfants commencèrent à se surveiller et à hésiter avant d’échanger des chaudoudoux.

    Les gens arrêtèrent de sourire, devinrent plus sujets à la maladie, à la dépression, certains en vinrent à mourir.

    La sorcière était satisfaite car elle vendait beaucoup plus de potions mais craignait que tous les villageois ne meurent. Elle inventa donc les froids-piquants.

    Les froids piquants rendaient les gens froids et hargneux mais au moins, ils ne mourraient plus. Soit ils achetaient des pilules à Belzépha, soit ils devaient travailler pour pouvoir s’offrir des chaudoudoux devenus rares et chers.

    Mais un jour arriva Julie Doux dans le village. C’est une belle et généreuse femme qui aime sourire aux enfants et qui n’a jamais entendu parler de la pénurie de chaudoudoux. Elle en offrait gratuitement sans avoir besoin de lui demander. Les enfants l’adoraient car ils se sentaient bien avec elle. Eux aussi se mirent à distribuer des chaudoudoux quand ils en avaient envie, comme dans le bon vieux temps.

     

     Ce livre encourage les enfants à voir comme c’est facile et gratifiant d’exprimer gratitude, appréciation et amour au quotidien.

    Imaginons qu'on se promène tous avec un seau rempli des compliments ou marques d'attention que les autres nous ont apporté... La suite s’enchaîne en toute logique : lorsque je remplis le seau de quelqu'un (par mes paroles ou mes actes) il se sent mieux et moi aussi (mon seau se rempli en même temps que je remplis celui des autres).

    Parfois certaines personnes dont le seau est vide essayent de le remplir en pillant le seau des autres (en leur disant des méchancetés par exemple), mais ça, ça ne fonctionne pas...

    Bref, à travers cette métaphore on aborde tout un tas de choses tellement importantes.

    Améliorer l'ambiance de classe : Seaux à remplir et Chaudoudoux

    Si en plus on en profite pour faire des petits jeux de rôle au cours de la lecture, le message passe encore mieux. Par exmple :

    - Mise en situation : Louisa vient de faire tomber sa trousse et tout son contenu est étalé par terre. (Un élève joue Louisa)

    - Qu'est-ce qui pourrait vider son seau ? (Là encore, on joue la situation : lui dire qu'elle est maladroite, ricaner, shooter dans sa trousse... la faire s'exprimer sur ce qu'elle ressent)

    - Qu'est-ce qui pourrait le remplir ? (On joue toujours : l'aider à ramasser, lui proposer de l'aide...)

    Pour les plus jeunes on peut même "accessoiriser" le jeu de rôle avec de vrais petits seaux remplis par exemple de Playmais. On rempli/on vide en fonction des paroles/actions des autres.

     

    Bref, l'idée devient vite une philosophie quotidienne. Ça permet de jauger rapidement où les enfants en sont :

    - "As-tu rempli un seau aujourd’hui ?"

    - "Quelqu'un a-t-il rempli ton seau aujourd'hui ?" 

    Et les enfants peuvent aussi exprimer leurs ressentis :

    - "Quand tu me dis ça, ça me vide mon seau", "Merci d'avoir fait ça, ça m'a rempli mon seau !"...

    Pour plus d'infos sur ce livre, on peut aller voir chez Papa Positive ou Apprendre à éduquer

     

     Sélection spéciale petits (Cycle 1 voire 2)

     

     

     Amos travaille au zoo. Malgré des journées bien remplies, il trouve toujours le temps de passer voir ses vieux amis. Mais, ce matin, atchoum ! Amos se réveille enrhumé, et il doit rester au lit. Que vont faire ses amis sans lui ?

    Bien adapté au cycle 1

    Cette histoire douce montre que les gentilles attentions envers les autres finissent souvent par payer. La bienveillance d'Amos envers chacun des animaux est le début d'un élan de solidarité et d'entraide lorsqu'il se retrouve cloué au lit...

     

    L'avis de Ricochet :

    C'est l'histoire d'un vilain petit gâteau rose égocentrique et dépourvu de savoir-vivre. Les formules de politesse sont absentes de son langage et il prend un malin plaisir à désobéir à ses parents. Au toboggan, il passe devant tout le monde en beuglant « dégage! ». Il ne partage pas, ne s'excuse jamais et a toujours raison (évidemment!). Aller au lit, « c'est tarte »! Et se laver lui casse les pieds. Mais un beau jour, ce gâteau (plutôt indigeste) est kidnappé par des gentils cyclopes géants qui le prennent pour un… chapeau.

    Méfiez-vous des apparences ! Sous l'aspect d'innocentes douceurs se cachent parfois de vrais petits monstres…

    « Heureusement, même le plus vilain de tous les petits gâteaux peut changer. » Ouf, nous voilà rassurés par cette prise de conscience un peu tardive mais bien réelle ! Une histoire un tantinet loufoque qui se déroule au royaume du sucre et aborde le thème du gâteau roi (ou plutôt de l'enfant tyran!)…

    Et les autres...

     

    "On a souvent besoin d'un plus petit que soi." C'est ainsi que le roi lion lui-même va devoir la vie à un tout petit allié, une minuscule souris... Chacun connaît la célèbre fable de La Fontaine, Le lion et le rat. Elle a été inspirée à son auteur par le texte d'Esope, qui mettait en scène les mêmes personnages, et dont Phèdre, au 1er siècle de notre ère, avait conçu une première adaptation. A la fin de cet album, aux illustrations ponctuées d'onomatopées animalières, le lecteur, jeune ou moins jeune, pourra lire ou relire ces trois versions, si semblables et pourtant si différentes.

    Anna, Charles, Martin, le panda Eau-Paisible et son neveu Koo, apprennent ensemble à se méfier des apparences, à aller au-devant des autres et à profiter du temps passé auprès de ceux qu'ils aiment.Nous retrouvons avec plaisir les héros de "Petits contes zen", accompagnés de Koo, le neveu d'Eau-Paisible. Ensemble, ils vont apprendre à connaître et à apprécier la vieille voisine acariâtre, en allant au-delà des apparences… 

    Le petit panda ne parle qu'en haiku (Une belle porte d'entrée pour une production d'écrit)

    Album à savourer avec une tasse de thé à la pomme, obligatoirement (ça marquera d'autant plus les esprits ;) )... enfin, l'infusion à la pomme est peut-être plus indiquée en fonction de l'age des lecteurs :)

    Plus d'infos sur le blog de Vivre Livre.

    Tout commence par un paysage jaune et lunaire d’où surgit une camionnette rouge. Un homme en descend et ouvre son coffre pour rendre la liberté à des oiseaux..Mais voilà qu'au moment de l'envol, il reste au fond de sa camionnette un petit oiseau ne sachant pas voler. Sur ces images cinématographiques vient se dérouler un texte, épuré, sobre et magnifique qui évoque l’importance des petits détails. Comme ce petit oiseau à qui il montre comment voler et qui changera la vision de cet homme . En peu de mots, tout est dit.

    Pour se rendre compte que même les petits actes de gentillesse peuvent faire toute la différence. 

     

    Chaque dimanche, Tom et sa mamie traversent la ville en bus, jusqu'au terminus. Mais aujourd'hui, Tom traîne des pieds. Pourquoi doit-il attendre le bus sous la pluie? Pourquoi doit-il toujours aller là-bas? Pourquoi certains ont ceci ou cela et pas lui? Au fil du voyage, sa mamie répond avec humour et bon sens aux jérémiades de son petit-fils, lui ouvrant les yeux sur la beauté du monde qui l'entoure. Arrivé à destination – la soupe populaire d'un quartier de la ville, où sa grand-mère est bénévole –, Tom se réconcilie avec lui-même : qu'il est bon de retrouver les habitués, de se sentir utile, d'être capable de donner...

    Tom pose des questions apparemment simples tout au long du livre, mais les réponses de sa grand-mère suscitent toujours de l'empathie envers les autres personnages. Ceci pour ne pas oublier que chaque personne que nous rencontrons a des compétences et une histoire, encore faut il être assez ouvert pour s'en rendre compte.

     

    Et vous ? Vous avez d'autres références à nous faire découvrir ?

     

     

    Pin It

    18 commentaires
  • Poème à lire dans les 2 sens pour redonner confiance aux élèves en difficulté

     

    Vous avez certainement déjà côtoyé un enfant qui, ayant déjà été de trop nombreuses fois confronté à l'échec, se dévalorise, perd toute confiance en lui et ne parvient plus à s'investir dans quoi que ce soit.

     J'ai écrit un petit poème pour lui, pour eux, à double sens... et à lire dans les deux sens :

    - Une première fois de haut en bas

    - Puis de bas en haut : la dernière ligne, puis l'avant-dernière, puis l'avant-avant-dernière etc.

     

    À toi de prendre la vie dans le bon sens

     

    Je suis un gros nul

    Personne n’ose penser que

    Je suis capable d’accomplir de grandes choses

    Je sais que

    Je raterai tout ce que j'entreprendrai

    Je ne crois plus que

    Je peux réussir

    Je suis persuadé que

    Je ne vaux rien

    J’ai arrêté de me dire que

    J’ai confiance en moi

    Je suis convaincu d'une chose :

    Je suis quelqu'un d'inutile

    Et ce serait idiot de penser que

    Je suis une belle personne

     

    Leni Cassagnettes

     

    La version Pdf à afficher partout (A la maison, dans les couloirs de l'école, dans la salle d'attente de l'orthophoniste...)

     

    Poème à lire dans les 2 sens pour redonner confiance aux élèves en difficulté

    Télécharger « Poème 2 sens Prends la vie dans le bon sens.pdf »

     

    Comment le présenter aux enfants

     

    C'est le genre de petite chose que j'essaye de présenter de manière un peu "cérémonialisée", pour marquer les esprits et essayer de créer "le déclic", qui, je l'espère, restera gravé dans l'esprit de l'enfant pour longtemps.

    Comment ?

    - En lisant le poème dans un lieu exceptionnel ou symbolique : A l'école, le simple fait de sortir de l'enceinte de l'école pour aller s’asseoir dans l'herbe peut suffire. Sinon, soyez inventif : en forêt au pied d'un chêne centenaire, face à la mer au sommet d'une falaise, dans une grotte à la lueur d'une torche... 

    - En donnant à l'enfant un objet qu'il puisse garder pour se remémorer le message (Faire le choix de prendre la vie dans le bon sens). Quelque chose de concret et tangible pour s’approprier l'abstrait. Vous pouvez choisir n'importe quel objet, qui fera office de talisman. Le symbole de la flèche me parait être clair et efficace (Avancer dans la bonne direction malgré les embûches et les difficultés) Voici quelques idées qui me parlent mais vous pouvez aussi créer vous-même l'objet, il n'en aura que plus de valeur (Cliquez sur les images pour plus d'infos) :

    - Une pointe de flèche en pierre à garder dans la poche. (Si vous êtes en train d'étudier l'age de pierre ça tombe à pic !)

    Poème à lire dans les 2 sens pour redonner confiance aux élèves en difficulté

    (Celles-ci ont l'avantage de ne pas être tranchantes)

     

    - Un pendentif à garder autour du cou (ou un bracelet ?)

    Poème à lire dans les 2 sens pour redonner confiance aux élèves en difficulté Poème à lire dans les 2 sens pour redonner confiance aux élèves en difficulté

     

    - Un petit mot sur un post-it en forme de flèche, à coller sur son bureau (ou ailleurs...)

    Poème à lire dans les 2 sens pour redonner confiance aux élèves en difficulté

    - Ou un porté-clé renfermant le poème écrit sur un petit "parchemin" roulé. A accrocher à son cartable par exemple.

    Poème à lire dans les 2 sens pour redonner confiance aux élèves en difficulté

     

    Ecrire soi-même son poème à double sens

     

    Je n'ai jamais essayé, mais je pense que ça doit être intéressant de proposer aux enfants d'écrire leur propre poème sur ce principe-là.

    On peut peut-être prévoir quelques outils pour les aider parce que ce n'est pas si simple (mais pas si dur non plus... il suffit de croire en soi !) : 

    - Leur donner éventuellement une trame d'écriture (ou leur faire trouver par eux-même). Ça donne ça :

    P - Message négatif

    A- Amorce négative

    P + Message positif

    A+ Amorces positive

    Répété autant de fois qu'on veut, en terminant par une phrase positive (P+)

    - Lister plusieurs messages positifs et négatifs possibles

    - Lister des idées d'amorces à la forme négative et positive

    - Combiner le tout pour en faire un poème qui tienne à peu près la route (on est souvent obligé d'ajuster au niveau grammatical, concordance des temps etc.)

     

    Si vous vous lancez, envoyez-moi vos œuvres, je suis curieuse de les lire (Et je les publierai ici si vous êtes ok)

    Pour prolonger l'idée

     

    J'ai trouvé le principe du poème à double sens sur le Huffington Post. Mais l'inspiration vient de ce livre : Tu es vraiment formidable de Lucile Ahrweiller

    Aider les enfants à se sentir capable

     

    Un album très chouette qui véhicule 9 idées positives pour donner aux enfants confiance en eux… et en la vie ! Le blog Apprendre à éduquer en a fait une petite illustration aux couleurs assorties à mon blog ;)

     

     Aider les enfants à se sentir capable

     

    Ce livre contient de belles illustrations, des saynètes pour ouvrir le débat et même des espaces libres avec des incitations à dessiner ou écrire pour s’approprier chaque message.

     

    Poème à lire dans les 2 sens pour redonner confiance aux élèves en difficulté  Poème à lire dans les 2 sens pour redonner confiance aux élèves en difficulté

     

    Ce livre n'est malheureusement plus édité, on le trouve d'occasion mais assez cher (Par exemple chez Priceminister, Si vous passez par ce lien, vous aurez un bon de réduction de parrainage de 7€).

     

    Sinon, vous trouverez peut-être votre bonheur dans un de mes anciens articles : 14 livres sur la confiance en soi, le droit à l'erreur, la timidité...

     

    Poème à lire dans les 2 sens pour redonner confiance aux élèves en difficulté

     

    Papa positive a aussi publié un article avec une quarantaine de phrases à dire à un enfant qui doute de ses capacités.  

     

    Poème à lire dans les 2 sens pour redonner confiance aux élèves en difficulté

     

    Enfin, pour continuer avec les mots qui font du bien, vous pouvez aller voir cette petite affichette :

    Poème à lire dans les 2 sens pour redonner confiance aux élèves en difficulté

    N'hésitez pas à partager autour de vous ;)

     


    Pin It

    13 commentaires
  • Une petite astuce venant d'ailleurs que j'utilise à la maison avec mes enfants depuis pas mal de temps... et que j'ai utilisé pour la première fois à l'école la semaine dernière. Magique !

    Apprendre aux enfant à ne pas nous interrompre... de manière respectueuse pour tous !

    Le principe est simple : 

    Quand l'enfant a besoin de nous parler mais qu'on est déjà occupé
    (En train d'expliquer quelque chose à un autre élève, en train de téléphoner, en train de lire quelque chose etc) :

    - Il pose sa main sur notre avant-bras.
    (= J'ai un truc à te dire. Remplace le "Maîtreeeeesse !" ou le "Mamaaaan !")

     - On pose alors notre main sur la-sienne

    (= Je t'ai vu. Dès que j'ai fini, je t'écoute. Remplace le "Ah ! Tu vois pas que je suis occupée, attend 2 minutes !")

     C'est tout !

    Et pour la petit histoire : Utilisé en classe avec Pedro, un petit garçon qui (entre autre) ne travaille (presque) JAMAIS sans un adulte à ses côtés, bouge tout le temps (se lève, court, rampe, marche à quatre pattes sous les bureaux) et n'est pas du tout dérangé par le fait d'interrompre ou de couper la parole à tout bout de champs. L'idée du jour :

    1. Faire la première phrase de l'exercice avec lui (J'ai reconnu son besoin d'attention)

    2. Lui demander de faire la suivante tout seul et de venir me montrer le résultat dès qu'il a fini (Ça lui permet de bouger... à bon escient !)... en utilisant la technique ci-dessus si je suis occupée avec un autre élève.

    A mon grand étonnement.... ça a marché ! On a donc réitéré pour les phrases suivantes. Résultat : un Pedro tout sourire d'avoir réussi à travailler seul, une Maîtresseuh toute sourire d'avoir pu travailler avec d'autres élèves.

     

    Pour trouver d'autres solutions de remplacements aux remontrances et punitions en tous genres, je vous conseille La discipline positive de Jane Nelsen (Les collègues de proximité : je vous le prête. Les autres : il est sorti en poche pour 7€ et des brouettes)

    En famille, à l'école, comment éduquer avec fermeté et bienveillance. Mettre en confiance, donner des outils d'encouragement, impliquer et faire grandir l'enfant : c'est ce que propose cet ouvrage à travers de nombreux cas pratiques du quotidien.

    Aujourd'hui, de nombreux parents et enseignants sont frustrés par le comportement des enfants, bien éloigné des manières qu'ils ont connues. L'ouvrage de Jane Nelsen leur offre des clés, des outils concrets ainsi qu'une méthode d'apprentissage ni permissive, ni punitive, dans un cadre à la fois ferme et bienveillant. Ferme, pour respecter le monde de l'adulte et bienveillant, pour respecter celui de l'enfant. Un nouvel élan éducatif ! Cette méthode permet aux enfants, quel que soit leur âge, de développer avec confiance les compétences de vie dont ils ont besoin pour devenir des adultes épanouis, autonomes, responsables et engagés dans la société.

     

    Technique déjà testée et/ou approuvée chez vous ?

    Pin It

    10 commentaires
  • Y'a des années comme ça où ça papote, ça piapiatte, ça bavarde, ça caquette, ça jacasse...

    Et où trouver des solutions pour remédier au bruit ambiant est une question de survie pour les élèves qui n'arrivent plus à se concentrer, pour le maître ou la maîtresse qui rentre le soir avec une tête comme une citrouille, pour tous ces élèves (Mal-entendants, hypersensibles, autistes...) pour qui le bruit est insupportable.

    Pour des élèves moins bruyants dans une classe moins bruyante - Etape 1

    Une classe vide c'est beaucoup plus bruyant. Pour combler l'espace et avoir une ambiance plus feutrée :

    - Au sol on installe tapis (grands ou petits), morceaux de moquettes, coussins (plusieurs petits, un gros...)

      Pour des élèves moins bruyants dans une classe moins bruyante  Pour des élèves moins bruyants dans une classe moins bruyante

    Pour des élèves moins bruyants dans une classe moins bruyante

    Pour des élèves moins bruyants dans une classe moins bruyante

    - Pour les murs : tentures, grandes œuvres collectives en relief (avec tissus, crépon froissé, boites d’œufs décorées etc), rideaux aux fenêtres, bibliothèques remplies de livres, panneaux de liège...

    Pour des élèves moins bruyants dans une classe moins bruyante  Pour des élèves moins bruyants dans une classe moins bruyante

    Pour des élèves moins bruyants dans une classe moins bruyante  Pour des élèves moins bruyants dans une classe moins bruyante  

    - Au plafond : décos suspendues (Le top : des formes en mousse, des gros pompons... ), des tissus... allez soyons fous ! Et puis vous aurez une classe super cosy ! 

    Pour des élèves moins bruyants dans une classe moins bruyante  Pour des élèves moins bruyants dans une classe moins bruyante

    Pour des élèves moins bruyants dans une classe moins bruyante

    Pour des élèves moins bruyants dans une classe moins bruyante  Pour des élèves moins bruyants dans une classe moins bruyante

    Reste à faire en sorte que la classe ne devienne ni trop encombrée, ni trop surchargée pour ne pas trop perturber l'attention des élèves. (En optant pour une ou deux couleurs dominantes ça aide bien je trouve)

    - Dernière astuce : au besoin, équiper les pieds des chaises de "dispositifs anti-bruit" (Pour contrecarrer le duo de choc : classe carrelée et chaises métalliques)

    Balles de tennis (Faut être copain avec le dirigeant du club de tennis local)

    Pour des élèves moins bruyants dans une classe moins bruyante

    Ou patins maisons en feutre

    Pour des élèves moins bruyants dans une classe moins bruyante  Pour des élèves moins bruyants dans une classe moins bruyante

     

    Pour prolonger la réflexion (rien sur le niveau sonore il me semble par contre), un ouvrage Chenelières : Aménager sa classe pour favoriser l'apprentissage (toujours top mais toujours cher...). 

    Pour des élèves moins bruyants dans une classe moins bruyante - Etape 1

     

    Sommaire et extraits sur le site de l'éditeur.

    Et pour la maternelle :

    Aménager les espaces pour mieux apprendre
    Jacques Bossis - Christine Livérato - Catherine Dumas - Claudie Mejean - Retz

    Et vous ?

    Vous avez d'autres astuces pour rendre une classe moins sonore ?

    Pin It

    9 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique