• Vous avez dans votre classe des élèves qui reviennent de récréation parasités par les petits conflits qu'ils viennent de vivre ?

    Ils passent le seuil de la classe rouges comme des tomates, tout ébouriffés et enragés par ce qui vient de se passer avec machin-chouette qui voulait jouer à chat-truc-muche mais après y'a truc-bidule qu'est arrivé et là il a dit que bidule-chose ne pouvait pas jouer et alors...

    Et alors dur dur de leur remettre la tête dans la technique de la soustraction avec retenue ou le règne de Charlemagne.

    Voilà donc peut-être de quoi les outiller pour faire face plus sereinement (Et puis ça tombe bien, c'est dans les programmes d'EMC)

    Aider les élèves à résoudre leurs conflits par eux-même

    Le message clair

    Les messages clairs font leurs chemins dans les écoles (et même sur Eduscol !), et pour cause : c'est un super outil.

    Aider les élèves à résoudre leurs conflits

    Le message clair est une petite formulation entre deux enfants qui sert à régler des petits conflits entre eux, sans faire intervenir un adulte. (Il est important de préciser aux enfants qu'en cas de violence par exemple, le message clair n'est pas approprié. Il faut faire intervenir un adulte.)

    Le principe du message clair est de s’intéresser aux solutions plutôt qu’aux raisons du conflit. 

    Il se transmet en 4 étapes : 

    1. "J'aimerais te faire un message clair" : L'autre est prévenu, les 2 élèves concernés se mettent à l'écart, pour avoir une conversation privée
    2. "Tu m'as fait..." : L'enfant explique ce qu'il s'est passé.
    3. "Ca m'a..." L'enfant exprime ce qu'il a ressenti. Par exemple : "Ca m'a énervé / vexé, fait peur / rendu triste / agacé / honteux / en colère, je me suis senti seul..."
    4. "Es-tu d'accord pour..." arrêter, t'excuser, réparer, ne plus recommencer... et/ou "Est-ce que tu as compris ?" 

    Si oui, la démarche est terminée

    Si non, et que les 2 enfants ne parviennent pas à se mettre d'accord, ils peuvent solliciter un adulte, ou un médiateur (Voir paragraphe suivant)...

    Il en va de même si l'élève interpellé n'écoute pas le message clair, rigole, se moque, ne comprend pas...

    Aider les élèves à résoudre leurs conflits

    Ci-dessus : Affiche aide mémoire que l'on retrouve dans les formations aux messages clairs de l'ICEM34
    (Allez y jeter un œil, on y retrouve aussi des cartes d'entrainement pour faire des jeux de rôle, des test pour devenir "maître message clair", des mises en situation des messages clairs "positifs" pour remercier, féliciter etc.)

    On retrouve la démarche et surtout des exemples concrets en cycle 2 et 3 dans une vidéo du CARDIE de Lyon :

    (Merci Amélie pour le partage)

     Pour que les enfants s’emparent de la démarche il est nécessaire : 

    • De leur faire découvrir ce qu'est un message clair (avec un exemple concret)
    • De leur expliquer dans quelles situations les messages clairs peuvent être utilisés : Pas pour des choses graves, pas pour des broutilles...
    • De leur apprendre la formulation. (Voir ci-dessus). Un entrainement pratique à partir de jeux de rôle est conseillé.

     Aider les élèves à résoudre leurs conflits

     Extrait du dossier de Sylvain CONNAC sur le site de l'ICEM :
    "Pour une école citoyenne à la mesure de tous : les enfants médiateurs"

     

    Enfin, on trouve sur @EMCpartageons une initiation au message clair à partir d’une courte séquence de deux séances adaptées au cycle 2, cycle 3 et l’ASH.

    bouton-sequence-message-clair

    Les élèves médiateurs

     Attention : ce ne sont pas des surveillants de cour.

    Ce sont des élèves à la disposition des autres pour les aider à résoudre leurs petits conflits.

    Ils sont généralement identifiés par des brassards ou des gilets.

    Voici un exemple de protocole qui peut être suivi :

    •  « Avez-vous déjà essayé de résoudre votre problème sans moi, avec un message clair par exemple ? » 
    •  « Etes-vous d'accord pour avoir l'aide d'un médiateur ? »
    •  « Que s'est-il passé ? » Le médiateur écoute les enfants, chacun leur tour, sans les juger. 
    •  Questions sur ce que chacun a ressenti : « Est-ce la vérité ? » « Qu'as-tu ressenti ? » « As-tu respecté les règles de l'école ? »
    • Appel à témoin (si besoin)
    • « Que pourriez-vous trouver comme solution ? » Les enfants sont invités à trouver des solutions ensemble, par eux-même. Le médiateur peut les y aider si besoin.
    • « Pour vous, le problème est-il résolu ? » Si c'est le cas, tant mieux. Si ce n'est pas le cas, il est nécessaire de se diriger vers un adulte.

    Un exemple d'application dans cette vidéo de l'Université de Paix : Graines de médiateurs :

     

    Les médiateurs sont généralement des élèves :

    • qui se sont portés volontaires,
    • qui ont suivi une formation de médiateur
    • et qui ont obtenu leur diplôme de médiateur.

     

    Des conditions favorables

    On aurait là de quoi faire un autre article sur le sujet, mais il me semble qu'il est important de le rappeler : à mon sens, ces dispositifs ne portent leurs fruits que s'ils sont mis en place dans des conditions favorables qui limitent l'émergence des conflits :

    • Proposer des alternatives au jeux violents à la récréation : jeux de cour, tracés, boîte à jouer...

    • Réduire le nombre d'élèves en faisant des récréations décalées
    • Avoir une surveillance active, et accueillir avec bienveillance les demandes des enfants
    • Et pourquoi pas, mettre en place un banc de l'amitié (Plus d'infos sur le blog "Ecole Petite Section" d'Isa)

    Aider les élèves à résoudre leurs conflits

    • Visionner la vidéo sur les 4 Accords Toltèques racontés aux enfants, ou comment devenir un chevalier des temps modernes :
    1. Utiliser les mots comme une ÉPÉE à double tranchant : Dire des mots qui font du bien plutôt que des mots qui font du mal
    2. Utiliser son BOUCLIER : Ne pas réagir personnellement : ne pas trop se laisser atteindre par les paroles des autres
    3. Chercher sa QUÊTE : Eviter de faire des suppositions, il vaut mieux aller chercher la vérité
    4. Garder en tête la RÈGLE DU CHEVALIER : Fais toujours de ton mieux

     (Merci Sandrine de m'avoir rappelé cette précieuse ressource)

     

    Pour aller plus loin...

     

    Dossier de Sylvain CONNAC sur le site de l'ICEM : "Pour une école citoyenne à la mesure de tous : les enfants médiateurs"

    Aider les élèves à résoudre leurs conflits

    « Contre violence et mal être, la médiation par les élèves », Publié en 1998 chez Nathan, actualisé et réédité en 1999, ce livre est maintenant épuisé mais consultable en ligne sur le site des médiacteurs :

    Aider les élèves à résoudre leurs conflits
    (Merci Marine pour l'info)

     

    Graines de médiateurs II – Guide pratique de l'Université de Paix : 

    Aider les élèves à résoudre leurs conflits

     

     

    Médiations sous le préau de Martine Mainenti et Jean-François Laurent :

    Aider les élèves à résoudre leurs conflits

    (Merci Estelle pour l'info)

     

    Les principes toltèques appliqués aux enfants: Pour un mode de vie en harmonie avec soi-même et les autres de Florence Millot

    Aider les élèves à résoudre leurs conflits

     

     

    Et vous ? Comment aidez-vous vos élèves à résoudre leurs conflits ? Vous avez déjà essayé ces pistes là ? Quels effets ?

     

    Pin It

    2 commentaires
  • Colères et crises : les aider à retrouver leur calme

    Tu as dans ta classe un élève qui (rayer les mentions inutiles) :

    • Se met en colère / crie / tape / insulte / pleure / fait une grosse crise
    • Quand il est face à : une frustration / un désaccord avec un camarade / un imprévu / trop de stimulations
    • Il est : autiste / TDAH / A des troubles du comportement / Ou rien de tout ça...

    La gestion des crises empiète sur les temps d'apprentissages et c'est difficile à vivre pour lui, pour toi, pour les autres...

    Voici quelques idées pour tenter de retrouver le calme après la tempête (Voire même pour éviter la tempête)

     

    La boîte à calme

     

    Un principe simple

    Une boite/caisse/panier avec différents objets aidant à retrouver son calme

     Colères et crises : Aider les élèves à retrouver leur calme

    Photo de Kikie (Merci !) qui cette année a le profil de classe suivant :
    TDAH : 2 /  Autisme : 2 / trouble du comportement : 1 / Élèves très agités/nerveux : Plusieurs.

    Petite anecdote

    J'avais dans mon entourage un petit garçon qui faisait des crises régulièrement, le soir en rentrant de l'école le plus souvent. Quand la journée avait été trop... trop... trop tout. Trop de stress, trop de bruit, trop de monde, trop besoin de prendre sur soi. Le soir, il fallait que ça sorte, à la moindre occasion.

    Il criait, pleurait, on ne pouvait plus lui parler, on ne pouvait plus lui demander d'aller se mettre au calme. Rien.

    J'ai confié une boîte à calme à ce petit garçon. Nous l'avons remplie ensemble. Il l'a rangée précautionneusement dans un coin de sa chambre pour le jour où il en aurait besoin.

    Il n'en a jamais eu besoin.

    Il n'y a plus eu de crises.

    Comment utiliser la boîte à calme ? 

    1ère étape :

    En cas de crise ou de colère :

    • L'adulte verbalise rapidement ce qu'il observe et l'émotion ressentie par l'enfant, par exemple : "Je t'ai entendu crier, je vois que tu es tout tendu, tu as l'air vraiment en colère."
    • L'adulte accompagne l'enfant vers la boîte à calme : "Tu sembles avoir besoin de te calmer. Prends le temps qu'il te faut et reviens dès que tu te sentiras mieux"

     

    2ème étape :

    Dès que l'enfant devient capable d'identifier lui-même les signaux qui annoncent une éventuelle crise (J'ai l'impression que je vais exploser, j'ai chaud, j'ai les poings serrés, j'ai envie de crier...) :
    Il peut aller de lui-même à la boîte à calme afin d'éviter que la crise se déclare.

    On peut choisir de la laisser accessible à tous les élèves ou de la réserver uniquement aux élèves qui en ont besoin.

    Dans ce cas une petite discussion autour de l'affichette "Avoir pareil... ce n'est pas toujours juste !" peut s'avérer utile :

    Colères et crises : Aider les élèves à retrouver leur calme

    Que mettre dans la boîte à calme ?

    Si c'est pour une classe, mieux vaut varier les types d'objets pour que ça convienne au plus grand nombre. Si c'est pour un seul enfant, mieux vaut adapter le contenu à ses difficultés/attirances/besoins (En parler avec lui et/ou ses parents peut aider)

    Quoi qu'il en soit, voici quelques idées d'objets qui pourront trouver leur place dans une boîte à calme (ou juste à côté) :

    Colères et crises : Aider les élèves à retrouver leur calme  Colères et crises : Aider les élèves à retrouver leur calme  Colères et crises : Aider les élèves à retrouver leur calme  Colères et crises : Aider les élèves à retrouver leur calme  Colères et crises : Aider les élèves à retrouver leur calme  Colères et crises : Aider les élèves à retrouver leur calme  Colères et crises : Aider les élèves à retrouver leur calme  Colères et crises : Aider les élèves à retrouver leur calme  Colères et crises : Aider les élèves à retrouver leur calme  Colères et crises : Aider les élèves à retrouver leur calme  Colères et crises : Aider les élèves à retrouver leur calme  Colères et crises : les aider à les gérer et à retrouver leur calme

    Colères et crises : Aider les élèves à retrouver leur calme Colères et crises : Aider les élèves à retrouver leur calme  Colères et crises : Aider les élèves à retrouver leur calme  Colères et crises : Aider les élèves à retrouver leur calme  Colères et crises : Aider les élèves à retrouver leur calme  Colères et crises : Aider les élèves à retrouver leur calme  

    Colères et crises : Aider les élèves à retrouver leur calme  Colères et crises : Aider les élèves à retrouver leur calme  Colères et crises : Aider les élèves à retrouver leur calme  Colères et crises : Aider les élèves à retrouver leur calme  Colères et crises : Aider les élèves à retrouver leur calme  Colères et crises : Aider les élèves à retrouver leur calme   Colères et crises : Aider les élèves à retrouver leur calme   Colères et crises : Aider les élèves à retrouver leur calme  Colères et crises : Aider les élèves à retrouver leur calme  Colères et crises : Aider les élèves à retrouver leur calme

     

    • Des objets pour "faire quelque chose" : Jardin ZenMinis mandalas à colorier de l'extérieur vers l'intérieur pour se recentrer (Les deux livrets de minis mandalas suivants sont bien adaptés car pas trop longs à colorier et thèmes bien adaptés : "Corps Zen" et "Cœur Zen") ...

      Colères et crises : Aider les élèves à retrouver leur calme  Colères et crises : Aider les élèves à retrouver leur calme  Colères et crises : Aider les élèves à retrouver leur calme



    • Des livres sur la colère (qui auront déjà été lus avant) : Des idées dans l'article suivant : Aider les enfants face à la colère : des livres et des astuces

    Colères et crises : Aider les élèves à retrouver leur calme

     

    Le coin du calme

     

    Petite anecdote

    Quand j'étais enseignante en CLIS (Avant qu'elles ne deviennent ULIS), j'ai travaillé avec un élève autiste qui se trouvait souvent en détresse dans le milieu scolaire.

    Quand ça n'allait vraiment plus et que le surplus de stimulation devenait insupportable, je le retrouvais souvent réfugié dans l'atelier de ma classe. Il y avait deux grandes armoires de chaque côté d'un des angles de la pièce. Il ouvrait la porte de l'une des armoires pour fermer l'angle et s'asseyait par terre, dans ce petit espace, en position fœtale, les jambes repliées contre lui et la tête rentrée.

    Il appelait ce lieu "la cathédrale". Peut être à cause de la sensation de hauteur, peut être pour le calme relatif qu'il y trouvait. Quoi qu'il en soit, il en ressortait toujours apaisé.

     

    L'idée est donc la suivante

    Créer un coin-refuge, un endroit un peu isolé (mais toujours sous surveillance) qui favorise le retour au calme.

     

    Quelques idées à adapter à vos besoins/possibilités

    • Une cabane en carton, une tente, un tipi, ou tout autre abri, de préférence le plus neutre possible (Couleurs unies, apaisantes... ), agrémentés de matelas, tapis, coussins... pour le confort

      Colères et crises : Aider les élèves à retrouver leur calme  Colères et crises : Aider les élèves à retrouver leur calmeColères et crises : Aider les élèves à retrouver leur calme



    • Un "ciel de lit" ou une grande pièce de tissu (voir ce qui se fait en pédagogie Steiner avec les pièces de soie) suspendus au dessus d'un tapis ou matelas avec quelques coussins peut également permettre une sensation d'isolement réparateur (Choisir une couleur apaisante : Bleu, vert, couleurs pastelles ou neutres... évitez le rouge quoi.)

      Colères et crises : Aider les élèves à retrouver leur calme    Colères et crises : Aider les élèves à retrouver leur calme

    • Une lumière agréable : Projecteur zen (vagues, aurore boréale, arc-en-ciel...), guirlande pour une lumière douce...
      Colères et crises : Aider les élèves à retrouver leur calme  Colères et crises : Aider les élèves à retrouver leur calme   Colères et crises : Aider les élèves à retrouver leur calme  Colères et crises : les aider à les gérer et à retrouver leur calme
    • Un pouf confortable (La sensation enveloppante aide beaucoup certains enfants), un coussin de méditation ou un fauteuil confortable (et adapté à la taille de l'enfant), oscillant ou à bascule si possible (permet un auto-bercement apaisant)

      Colères et crises : Aider les élèves à retrouver leur calme    Colères et crises : Aider les élèves à retrouver leur calme  Colères et crises : Aider les élèves à retrouver leur calmeColères et crises : Aider les élèves à retrouver leur calme

      Colères et crises : Aider les élèves à retrouver leur calme  Colères et crises : Aider les élèves à retrouver leur calme

    • Les fauteuils suspendus, peuvent aussi être une solution 2 en 1 : cachette + fauteuil

      Colères et crises : Aider les élèves à retrouver leur calme

    • Si vous avez un aquarium/terrarium, leur observation peut être apaisante. Installez le coin calme à côté.

      Colères et crises : Aider les élèves à retrouver leur calme

    • Une affiche avec des idées de petits exercices de Yoga/relaxation à faire seul

    Colères et crises : Aider les élèves à retrouver leur calmeColères et crises : Aider les élèves à retrouver leur calme

     

    Le coin défouloir

    Effectivement, l'idée m'a traversé :

    • des peluches/poupées/coussins à taper, lancer, écraser
    • un punching-ball à boxer,

      Colères et crises : Aider les élèves à retrouver leur calme   Colères et crises : Aider les élèves à retrouver leur calme  Colères et crises : Aider les élèves à retrouver leur calme  

    • des feuilles de papier de récup' (Déjà imprimées d'un côté) à froisser/lancer/déchirer/Gribouiller, des bons de colère à imprimer (En A4 ou en 4 par pages) ...

      Colères et crises : Aider les élèves à retrouver leur calme

      Télécharger « Bon de colère à imprimer.pdf »

    L'idée me paraissait bonne jusqu'à ce que je tombe sur une explication de Christophe André (Psychiatre et psychothérapeute) :

    "Attention,
    se défouler (crier ou frapper des objets) 
    ne sert à rien, 
    Au contraire : toutes les études montrent que
    cela muscle plutôt les circuits cérébraux de la colère
    et facilite ensuite son retour." 

    Je vous laisse vous faire votre propre opinion.

    Pour ma part, je pense que le coin défouloir peut peut-être être une option pour les enfants qui n'arrivent pas à se saisir du coin calme dans l’immédiat. Ça pourrait être un intermédiaire qui serait amené à être supprimé par la suite :

    Colère non maîtrisée   -->
    (Dans la classe/cour...)

    Extériorisation de la colère   -->
    dans un cadre adapté
    (Coin défouloir)
    Colère maîtrisée
    Apaisement
    (Coin calme)


     

    Ne vont-ils pas en profiter pour glandouiller ?

     

    Et bien si, peut-être... au moins au début, le temps de la découverte, de la nouveauté...

    Mais je vous fait confiance pour expliquer, détecter les abus, inciter à revenir au travail etc. Ce que vous faites déjà très bien pour la gestion des allers/venus au toilettes par exemple !

    Hoptoys propose également une affiche à télécharger gratuitement pour les enseignants qui voudraient cadrer un peu tout ça :

    Colères et crises : Aider les élèves à retrouver leur calme

    L'idée de laisser un temps limité peut aider. Avec, bien sûr, la possibilité de prolonger si nécessaire. 

    Colères et crises : les aider à les gérer et à retrouver leur calme

    Un peu de lecture pour aller plus loin

     

    En septembre dernier est sorti un livre aux éditions Mango : Petit décodeur illustré de l'enfant en crise d'Anne-Claire Kleindienst et Lynda Corazza

    Colères et crises : Aider les élèves à retrouver leur calme

     

    Un véritable mode d'emploi de la discipline positive tout en images !
    Structuré autour des apports de l'approche de Discipline positive, de Jane Nelsen, cet ouvrage en restitue la puissance novatrice tout en apportant une touche humoristique, une compréhension visuelle et un point d'entrée résolument centré sur l'intelligence émotionnelle. Élaborées pour les enfants hypersensibles (avec ou sans HPI, TDAH, TSA, DYS, etc.), les pistes proposées fonctionnent aussi pour tous les autres enfants.

     

    Le cabinet des émotions : Aidez votre enfant à gérer ses colères: Exercices et outils pour apaiser et éviter les crises de Stéphanie Couturier 

    Colères et crises : les aider à les gérer et à retrouver leur calme

     

    Une boîte à outils à l'usage des parents modernes pour aider son enfant à gérer ses colères !

    Votre enfant se roule par terre en hurlant dans les allées du supermarché ? Il jette ses jouets et casse tout sur son passage ? Il vous parle méchamment et cela lui arrive de vous « taper » ?
    Heureusement, le Docteur des émotions est là pour vous aider ! Découvrez dans ce petit cahier tous les outils nécessaires pour désamorcer et calmer ses colères :

    Des explications pour mieux comprendre le problème. Des conseils pour rester bienveillant en toutes circonstances. Des outils pratiques pour évacuer les tensions. Des exercices de respiration pour l'aider à se détendre. Des textes de visualisation pour l'aider à se relaxer.

    Faites de votre enfant un super-héros émotionnel !

     

    Un autre petit livre avec des activités concrètes : 35 activités pour gérer colères et caprices de Gilles Diederichs

    Colères et crises : les aider à les gérer et à retrouver leur calme

     

    Sous forme de jeux, de vraies solutions pour apaiser tensions et conflits naissants. Les colères et les caprices, s'ils sont le cauchemar des parents, révèlent souvent des demandes fondées et compréhensibles. Les 35 activités ludiques de ce livre désamorcent les situations explosives et permettent de mieux communiquer, tout en s'amusant ! Pour chaque activité, deux parties distinctes :-à gauche, l'enfant lit les étapes du jeu et ses variantes -à droite, les parents découvrent les bienfaits apportés à l'enfant. Instaurez un climat de douceur et de paix pour toute la famille !

    Et puis, dans les fameux cahiers d'Isabelle Filliozat, Colère et retour au calme

    Colères et crises : les aider à les gérer et à retrouver leur calme

    La colère, c'est la face immergée de l'iceberg ! Mais d'où vient-elle ? pourquoi est-elle normale ? et comment retrouver ton calme ?

     

     

     Et vous ? Qu'est-ce qui apaise vos élèves / vos enfants / vos patients ?

     

     

    Pin It

    9 commentaires
  • Vous voyez cet élève (TDAH ou non) qui n'écoute pas, ne sait jamais où on en est, ne participe pas (parce qu'il ne suit pas), semble (ou est) ailleurs (mais où ???), rêve, se liquéfie sur son bureau voir s'endort les yeux ouverts (ou fermés) ... 

    Et vous pendant ce temps là, vous essayez de corriger un exercice, de passer une consigne ou d'expliquer une notion un peu compliquée...

    Aider les élèves qui "décrochent" pendant les phases collectives

    Et si cet élève en question percevait mal les signaux oraux ?

    Pas qu'il soit sourd ou même malentendant (même si on peut se poser la question), mais plutôt que la voie auditive soit peu efficace. Il est alors utile de s'appuyer sur d'autres voies (Kinesthésiques, visuelles...), et c'est là, encore une fois, qu'une approche multisensorielle prend tout son sens.

    Ci-dessous, un extrait sur Hyporéactivité auditive, tiré de l'excellent livre "Favoriser l'attention par des stratégies sensorielles" de Sonya Côté aux éditions Chenelière 

     

    Aider les élèves qui "décrochent" pendant les phases orales collectivesAider les élèves qui "décrochent" pendant les phases orales collectives

    Rester en alerte en utilisant son corps

     

    Le premier exemple sur lequel je sois tombé et qui m'a vraiment marquée : Un enseignant travaillant sur les notions d'horizontalité et de verticalité :

     

    Pour aider les élèves qui ont la bougeotte

     

    Quelques autres exemples : 

    En lecture

    - Pour expliquer le o ouvert et le o fermé, utiliser la petite histoire de Monsieur O dans les Alphas, et mimer en même temps. (Souffler, faire la bulle avec ses doigts, la faire s'élever, claquer dans ses mains pour la faire éclater, baisser les bras en faisant ooooh....)

    - Pour travailler sur les confusions visuelles b/d/p/q u/n etc. : écrire la lettre concernée sur une ardoise et faire tourner l'ardoise en fonction du son qu'on entend.

    - Pour mémoriser les correspondances lettres/sons : faire un signe en même temps qu'on prononce les sons (Méthode Borel Maisonny) :

    En écriture

    Effectuer les tracés demandés avec son doigt dans l'espace ou sur sa table ; ou utiliser le huit de l'alphabet : 

    Aider les élèves qui "décrochent" pendant les phases orales collectives

    En maths

    - Montrer avec ses doigts les chiffres nommés

    - En résolution de problème : montrer le signe de l'opération à utiliser ou des signes correspondant aux actions effectuées (Ajouter, partager, distribuer...)

    - En calcul mental, utiliser ses doigts, une idée sympa ci-dessous :

    En géométrie

    Pour intégrer le vocabulaire de base (Droite, Segment, Parallèles, Perpendiculaires, Formes géométriques...), lui associer une gestuelle :

     

     

     Associer le visuel à l'auditif

     

    Pour voir ce qu'on entend... et entendre ce qu'on voit. Essayer, autant que possible de toujours doubler l'information.

    On peut utiliser :

    - Des posters, des affiches (A la manière des leçons de chose d'antan)

    Aider les élèves qui "décrochent" pendant les phases orales collectives  Aider les élèves qui "décrochent" pendant les phases orales collectives

    - Des photos ou vidéo projetées (Pour ceux qui ont la chance d'être équipés, sinon on trouve des mini vidéoprojecteurs dans les 50 €)

    - Ou alors, on sort ses craies et on s'inspire des tableaux que l'on peut admirer dans les classes Steiner/Waldorf

    Aider les enseignants à retourner en classe : 10 fournitures scolaires pour égayer la rentréeAider les enseignants à retourner en classe : 10 fournitures scolaires pour égayer la rentréeAider les enseignants à retourner en classe : 10 fournitures scolaires pour égayer la rentréeAider les enseignants à retourner en classe : 10 fournitures scolaires pour égayer la rentrée

     - De vrais objets : Une maquette de volcan ou une mappemonde et son soleil-lampe-de-poche pour la leçon de sciences, les objets évoqués dans le problème de maths (avec ensuite possibilité de manipulation pour les élèves qui en auront besoin), les marionnettes des personnages du conte lu (On trouve plein de lots dans les 5 € sur Amazon) etc.

    Aider les élèves qui "décrochent" pendant les phases orales collectives Aider les élèves qui "décrochent" pendant les phases orales collectives    Aider les élèves qui "décrochent" pendant les phases orales collectives

     

     

     

    Amplifier le stimuli auditif

     

    Pour certains élèves, le son de la voix humaine n'est pas toujours d'une intensité suffisante pour susciter une réaction chez eux. Une solution peut-être de la multiplier en faisant intervenir les camarades :

    - Répéter, répondre ou réciter tous ensemble (Oui, je sais une technique vieille comme le monde mais qu'on utilise de moins en moins)

    Ça "réveille" et ça rend les enfants actifs. Bénéfique pour tous.

    Et les élèves moins à l'aise peuvent se raccrocher à la voix des autres

     

     

    Une méthode qui allie un peu tout ça : Le Whole Brain Teaching

     

    Le Whole Brain Teaching (Enseignement au cerveau tout entier) c'est une méthode qui nous vient des Etats-Unis. De Chris Biffle plus exactement. Il est l'auteur du livre Whole Brain Teaching for Challenging Kids (malheureusement non traduit pour le moment)

    Aider les élèves qui "décrochent" pendant les phases collectives

    On trouve aussi plein d'infos sur le Whole Brain Teaching sur le site www.wholebrainteaching.com (en anglais également)

    Mais on trouve aussi des articles en français à ce sujet sur le blog de la classe de Mallory ou celui de l'Univers de ma classe

    Whole Brain Teaching Français

    Ce qui me semble pertinent pour notre thématique du jour :

     

    - le "Class? Yes!" ou "Classe ? Oui !"
    Pour attirer l'attention de la classe entière quand on veut passer une consigne, une information importante, commencer une leçon...
    L'enseignant dit "Classe" et les élèves doivent arrêter ce qu'ils font et répondre "oui" en le regardant. Ils doivent dire "oui" de la même manière que celle utilisée par l'enseignant pour dire "classe" (Changer régulièrement pour maintenir leur intérêt : répétitions, timbre de la voix...)
    (Un exemple à 1min42 de la vidéo ci-dessous) 

     

    - le "Teach - Okay" ou "Expliquez ! Ok !"
    On utilise cette technique lorsque l'on souhaite que les élèves mémorisent une notion, une méthode... Lorsque l'enseignant dit "Expliquez !", les élèves répondent "Ok" et se mettent par paires. Un élève reformule alors ce que l'enseignant vient d'expliquer à son camarade, en utilisant les mêmes gestes que lui.
    Ceci colle tout à fait à la théorie suivante :

    Aider les élèves qui "décrochent" pendant les phases orales collectives

    (Un exemple à 1min21 de la vidéo ci-dessous) 

    - le "Switch" ou "Echangez"
    Il fonctionne avec le "Teach-Okay". On peut annoncer "Echangez", les enfants répondent "OK" et échangent alors leurs rôles : celui qui expliquait écoute et vice-versa. 

     

    - le "Mirror" ou "Miroir"
    Lorsque l'enseignant dit "Miroir", les élèves répètent "Miroir" et imitent les gestes de celui-ci. (Ce qui sous-entend que l'enseignant a prévu d'utiliser une certaine gestuelle pendant sa leçon.)

     

    - La variante "Mirror Words" ou "Mots miroirs"
    Là, les élèves imitent les gestes mais aussi les paroles de l'enseignant. Utile pour tout ce qui est à connaître par cœur : définitions, règles...

     

    - Souffler la réponse
    On demande aux élèves de souffler systématiquement dans leurs mains avant de donner une réponse (à voix haute, tous ensemble). Ça évite les réponses qui fusent et qui empêche les moins rapides de réfléchir.  (Un exemple à la 51ème seconde de la vidéo ci-dessous) 

     

    Une vidéo pour se rendre compte de ce que ça donne (en Anglais, désolée, je n'ai rien trouvé en français)

     

    Enfin, le plus simple (et peut-être trop évident ?) :

    Eviter les phases orales collectives trop longues

     

    Tout le monde s'endort, comme vous dans certaines animations pédagogiques ;) Mieux vaut essayer de faire court, bref et précis. Ou alors scinder son intervention en plusieurs parties entrecoupées d'autres activités.

    On peut s'auto-limiter avec un sablier géant de 10 ou 15 minutes (Et ça permet aux enfants de se rendre compte que pendant ce temps défini, on écoute, on se concentre)

    Aider les élèves qui "décrochent" pendant les phases orales collectivesAider les élèves qui "décrochent" pendant les phases orales collectives

     

     

     Et vous ? Vous faites comment pour capter tout le monde ?

     

    Pin It

    16 commentaires
  • Améliorer l'ambiance de classe : Seaux à remplir et Chaudoudoux

     

    La demande de départ : J'ai une ambiance de classe toute pourrie (Euh... difficile) cette année. Ils ne sont pas sympas entre eux, se parlent mal... Ils ont besoin d'apprendre l'empathie, l'entraide, la bienveillance, la solidarité, la gratitude...

    Voici donc quelques idées et 8 livres très chouettes pour ouvrir la discussion et faire réfléchir... ou peut-être trouver un point de départ pour un débat philo.

     

    Mes deux préférés, adaptables du cycle 1 au cycle 3

     

     

    Un chaudoudou c'est un signe de reconnaissance positif : une gentille parole, une marque d'attention, un compliment sincère...

    Le chaudoudou est :

    1. Gratuit : on n'attend rien en retour 
    2. Explicite : si l'autre fait quelque chose de bien, je le dis, si j'aime comme il est, je le dis...
    3. A l'infini : On a toujours des chaudoudoux, on peut en distribuer autant qu'on veut
    4. Il fait du bien à celui qui le reçoit, il fait du bien à celui qui le donne (On retrouve le principe des seaux)

    Jean-François Laurent en parle tellement bien, cette vidéo est à voir absolument : 

    Un extrait de l'article que le blog Apprendre à éduquer à consacré au livre :

    L’histoire commence dans un pays lointain, il y a fort longtemps de cela où tout le monde vivait très heureux et échangeait des chaudoudoux inépuisables. Chaque fois que quelqu’un recevait un chaudoudoux, il se sentait immédiatement chaud et doux de partout. Les gens de ce pays n’arrêtaient pas d’échanger des chaudoudoux et on pouvait en avoir autant qu’on voulait car les chaudoudoux étaient gratuits ! Il suffisait de plonger la main dans son sac et de les offrir.

    Mais voilà, la vilaine sorcière Belzépha n’était pas contente : les gens étaient si heureux qu’ils n’achetaient pas ses filtres et potions magiques. Elle décida de semer le doute dans l’esprit des villageois : et si un jour, il n’y avait plus de chaudoudoux ?

    Les villageois commencèrent à avoir peur de la pénurie : chaque fois qu’une personne offrait un chaudoudoux, ses proches craignaient qu’il n’en reste plus pour eux. Les parents et les enfants commencèrent à se surveiller et à hésiter avant d’échanger des chaudoudoux.

    Les gens arrêtèrent de sourire, devinrent plus sujets à la maladie, à la dépression, certains en vinrent à mourir.

    La sorcière était satisfaite car elle vendait beaucoup plus de potions mais craignait que tous les villageois ne meurent. Elle inventa donc les froids-piquants.

    Les froids piquants rendaient les gens froids et hargneux mais au moins, ils ne mourraient plus. Soit ils achetaient des pilules à Belzépha, soit ils devaient travailler pour pouvoir s’offrir des chaudoudoux devenus rares et chers.

    Mais un jour arriva Julie Doux dans le village. C’est une belle et généreuse femme qui aime sourire aux enfants et qui n’a jamais entendu parler de la pénurie de chaudoudoux. Elle en offrait gratuitement sans avoir besoin de lui demander. Les enfants l’adoraient car ils se sentaient bien avec elle. Eux aussi se mirent à distribuer des chaudoudoux quand ils en avaient envie, comme dans le bon vieux temps.

     

     Ce livre encourage les enfants à voir comme c’est facile et gratifiant d’exprimer gratitude, appréciation et amour au quotidien.

    Imaginons qu'on se promène tous avec un seau rempli des compliments ou marques d'attention que les autres nous ont apporté... La suite s’enchaîne en toute logique : lorsque je remplis le seau de quelqu'un (par mes paroles ou mes actes) il se sent mieux et moi aussi (mon seau se rempli en même temps que je remplis celui des autres).

    Parfois certaines personnes dont le seau est vide essayent de le remplir en pillant le seau des autres (en leur disant des méchancetés par exemple), mais ça, ça ne fonctionne pas...

    Bref, à travers cette métaphore on aborde tout un tas de choses tellement importantes.

    Améliorer l'ambiance de classe : Seaux à remplir et Chaudoudoux

    Si en plus on en profite pour faire des petits jeux de rôle au cours de la lecture, le message passe encore mieux. Par exmple :

    - Mise en situation : Louisa vient de faire tomber sa trousse et tout son contenu est étalé par terre. (Un élève joue Louisa)

    - Qu'est-ce qui pourrait vider son seau ? (Là encore, on joue la situation : lui dire qu'elle est maladroite, ricaner, shooter dans sa trousse... la faire s'exprimer sur ce qu'elle ressent)

    - Qu'est-ce qui pourrait le remplir ? (On joue toujours : l'aider à ramasser, lui proposer de l'aide...)

    Pour les plus jeunes on peut même "accessoiriser" le jeu de rôle avec de vrais petits seaux remplis par exemple de Playmais. On rempli/on vide en fonction des paroles/actions des autres.

     

    Bref, l'idée devient vite une philosophie quotidienne. Ça permet de jauger rapidement où les enfants en sont :

    - "As-tu rempli un seau aujourd’hui ?"

    - "Quelqu'un a-t-il rempli ton seau aujourd'hui ?" 

    Et les enfants peuvent aussi exprimer leurs ressentis :

    - "Quand tu me dis ça, ça me vide mon seau", "Merci d'avoir fait ça, ça m'a rempli mon seau !"...

    Pour plus d'infos sur ce livre, on peut aller voir chez Papa Positive ou Apprendre à éduquer

     

     Sélection spéciale petits (Cycle 1 voire 2)

     

     

     Amos travaille au zoo. Malgré des journées bien remplies, il trouve toujours le temps de passer voir ses vieux amis. Mais, ce matin, atchoum ! Amos se réveille enrhumé, et il doit rester au lit. Que vont faire ses amis sans lui ?

    Bien adapté au cycle 1

    Cette histoire douce montre que les gentilles attentions envers les autres finissent souvent par payer. La bienveillance d'Amos envers chacun des animaux est le début d'un élan de solidarité et d'entraide lorsqu'il se retrouve cloué au lit...

     

    L'avis de Ricochet :

    C'est l'histoire d'un vilain petit gâteau rose égocentrique et dépourvu de savoir-vivre. Les formules de politesse sont absentes de son langage et il prend un malin plaisir à désobéir à ses parents. Au toboggan, il passe devant tout le monde en beuglant « dégage! ». Il ne partage pas, ne s'excuse jamais et a toujours raison (évidemment!). Aller au lit, « c'est tarte »! Et se laver lui casse les pieds. Mais un beau jour, ce gâteau (plutôt indigeste) est kidnappé par des gentils cyclopes géants qui le prennent pour un… chapeau.

    Méfiez-vous des apparences ! Sous l'aspect d'innocentes douceurs se cachent parfois de vrais petits monstres…

    « Heureusement, même le plus vilain de tous les petits gâteaux peut changer. » Ouf, nous voilà rassurés par cette prise de conscience un peu tardive mais bien réelle ! Une histoire un tantinet loufoque qui se déroule au royaume du sucre et aborde le thème du gâteau roi (ou plutôt de l'enfant tyran!)…

    Et les autres...

     

    "On a souvent besoin d'un plus petit que soi." C'est ainsi que le roi lion lui-même va devoir la vie à un tout petit allié, une minuscule souris... Chacun connaît la célèbre fable de La Fontaine, Le lion et le rat. Elle a été inspirée à son auteur par le texte d'Esope, qui mettait en scène les mêmes personnages, et dont Phèdre, au 1er siècle de notre ère, avait conçu une première adaptation. A la fin de cet album, aux illustrations ponctuées d'onomatopées animalières, le lecteur, jeune ou moins jeune, pourra lire ou relire ces trois versions, si semblables et pourtant si différentes.

    Anna, Charles, Martin, le panda Eau-Paisible et son neveu Koo, apprennent ensemble à se méfier des apparences, à aller au-devant des autres et à profiter du temps passé auprès de ceux qu'ils aiment.Nous retrouvons avec plaisir les héros de "Petits contes zen", accompagnés de Koo, le neveu d'Eau-Paisible. Ensemble, ils vont apprendre à connaître et à apprécier la vieille voisine acariâtre, en allant au-delà des apparences… 

    Le petit panda ne parle qu'en haiku (Une belle porte d'entrée pour une production d'écrit)

    Album à savourer avec une tasse de thé à la pomme, obligatoirement (ça marquera d'autant plus les esprits ;) )... enfin, l'infusion à la pomme est peut-être plus indiquée en fonction de l'age des lecteurs :)

    Plus d'infos sur le blog de Vivre Livre.

    Tout commence par un paysage jaune et lunaire d’où surgit une camionnette rouge. Un homme en descend et ouvre son coffre pour rendre la liberté à des oiseaux..Mais voilà qu'au moment de l'envol, il reste au fond de sa camionnette un petit oiseau ne sachant pas voler. Sur ces images cinématographiques vient se dérouler un texte, épuré, sobre et magnifique qui évoque l’importance des petits détails. Comme ce petit oiseau à qui il montre comment voler et qui changera la vision de cet homme . En peu de mots, tout est dit.

    Pour se rendre compte que même les petits actes de gentillesse peuvent faire toute la différence. 

     

    Chaque dimanche, Tom et sa mamie traversent la ville en bus, jusqu'au terminus. Mais aujourd'hui, Tom traîne des pieds. Pourquoi doit-il attendre le bus sous la pluie? Pourquoi doit-il toujours aller là-bas? Pourquoi certains ont ceci ou cela et pas lui? Au fil du voyage, sa mamie répond avec humour et bon sens aux jérémiades de son petit-fils, lui ouvrant les yeux sur la beauté du monde qui l'entoure. Arrivé à destination – la soupe populaire d'un quartier de la ville, où sa grand-mère est bénévole –, Tom se réconcilie avec lui-même : qu'il est bon de retrouver les habitués, de se sentir utile, d'être capable de donner...

    Tom pose des questions apparemment simples tout au long du livre, mais les réponses de sa grand-mère suscitent toujours de l'empathie envers les autres personnages. Ceci pour ne pas oublier que chaque personne que nous rencontrons a des compétences et une histoire, encore faut il être assez ouvert pour s'en rendre compte.

     

    Et vous ? Vous avez d'autres références à nous faire découvrir ?

     

     

    Pin It

    21 commentaires