• 1 geste respectueux pour apprendre aux enfants à ne pas nous interrompre

    Une petite astuce venant d'ailleurs que j'utilise à la maison avec mes enfants depuis pas mal de temps... et que j'ai utilisé pour la première fois à l'école la semaine dernière. Magique !

    Apprendre aux enfant à ne pas nous interrompre... de manière respectueuse pour tous !

    Le principe est simple : 

    Quand l'enfant a besoin de nous parler mais qu'on est déjà occupé
    (En train d'expliquer quelque chose à un autre élève, en train de téléphoner, en train de lire quelque chose etc) :

    - Il pose sa main sur notre avant-bras.
    (= J'ai un truc à te dire. Remplace le "Maîtreeeeesse !" ou le "Mamaaaan !")

     - On pose alors notre main sur la-sienne

    (= Je t'ai vu. Dès que j'ai fini, je t'écoute. Remplace le "Ah ! Tu vois pas que je suis occupée, attend 2 minutes !")

     C'est tout !

    Et pour la petit histoire : Utilisé en classe avec Pedro, un petit garçon qui (entre autre) ne travaille (presque) JAMAIS sans un adulte à ses côtés, bouge tout le temps (se lève, court, rampe, marche à quatre pattes sous les bureaux) et n'est pas du tout dérangé par le fait d'interrompre ou de couper la parole à tout bout de champs. L'idée du jour :

    1. Faire la première phrase de l'exercice avec lui (J'ai reconnu son besoin d'attention)

    2. Lui demander de faire la suivante tout seul et de venir me montrer le résultat dès qu'il a fini (Ça lui permet de bouger... à bon escient !)... en utilisant la technique ci-dessus si je suis occupée avec un autre élève.

    A mon grand étonnement.... ça a marché ! On a donc réitéré pour les phrases suivantes. Résultat : un Pedro tout sourire d'avoir réussi à travailler seul, une Maîtresseuh toute sourire d'avoir pu travailler avec d'autres élèves.

     

    Pour trouver d'autres solutions de remplacements aux remontrances et punitions en tous genres, je vous conseille La discipline positive de Jane Nelsen (Les collègues de proximité : je vous le prête. Les autres : il est sorti en poche pour 7€ et des brouettes)

    En famille, à l'école, comment éduquer avec fermeté et bienveillance. Mettre en confiance, donner des outils d'encouragement, impliquer et faire grandir l'enfant : c'est ce que propose cet ouvrage à travers de nombreux cas pratiques du quotidien.

    Aujourd'hui, de nombreux parents et enseignants sont frustrés par le comportement des enfants, bien éloigné des manières qu'ils ont connues. L'ouvrage de Jane Nelsen leur offre des clés, des outils concrets ainsi qu'une méthode d'apprentissage ni permissive, ni punitive, dans un cadre à la fois ferme et bienveillant. Ferme, pour respecter le monde de l'adulte et bienveillant, pour respecter celui de l'enfant. Un nouvel élan éducatif ! Cette méthode permet aux enfants, quel que soit leur âge, de développer avec confiance les compétences de vie dont ils ont besoin pour devenir des adultes épanouis, autonomes, responsables et engagés dans la société.

     

    Technique déjà testée et/ou approuvée chez vous ?

    Pin It

    Tags Tags : , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    benedicte
    Lundi 23 Novembre 2015 à 09:36

    Très belle technique, à la fois respectueuse, bienveillante et contenante.

    Merci beaucoup

    Bénédicte

    2
    Mercredi 25 Novembre 2015 à 15:36
    ecam

    Merci beaucoup pour le partage de cette technique que je vais tester dès que possible à la maison!
    En classe, avec des CM, je ne pense pas qu'ils accepteraient ce contact physique!!???

     

    Bonne journée

      • sreyni
        Lundi 22 Février à 18:59

        à tester quand même il me semble, j'avoue que je suis surprise par ta remarque, je n'ai pas bcp de recul sur les classes CM mais je pense que c'est dommage de ne pas avoir plus de toucher sain dans nos sociétés.. ça commence déjà en CM?

         

    3
    Lundi 28 Décembre 2015 à 13:01

    J'aime beaucoup ! A tester ! 

    Merci wink2

    4
    Dimanche 3 Janvier à 14:09

    Merci pour cette belle technique.

    5
    Bubullecole
    Mardi 15 Mars à 23:22
    Super comme technique. Tu leur as imprime l'affiche aussi? Pour qu'il puisse s'en souvenir. Ou comment tu l'as mis en place exactement ?
    6
    Meje
    Lundi 28 Mars à 21:59

    Merci pour cette astuce. En effet ce livre est plein de bonnes idées, mais il faut parvenir à synthétiser, à retenir les éléments essentiels pour agir avec fermeté et bienveillance.

    Je découvre tout juste votre blog, l'esprit abordé dans cet article me donne envie d'en lire plus.

    A bientôt.

    7
    legacloma
    Mercredi 30 Mars à 19:03

    Dans la même veine, et comme je n'aime pas trop être touchée (ça me mange mon espace vital), j'ai testé avec des CM un geste de main aussi:

    Quand je suis occupée et qu'ils m'interpellent quand même, je tends la main, paume en avant, poignet en haut et doigts en bas. (je mets les doigts en bas pour que ça ne ressemble pas à un geste qui pourrait être repoussant)

    ça veut dire pareil: je t'ai entendu mais il faut attendre un peu...

    ça a marché avec mon zébulon !

    8
    Sandrine
    Jeudi 5 Mai à 16:14
    Testé et approuvé à la maison avec mon fils de 5 ans et demi... Parfois je lui rapelle qu'on a une astucepour éviter de couper la parole, mais ça marche bien!!! Merci!
    9
    Danielle
    Dimanche 12 Juin à 22:04

    C'est intéressant, j'ajouterais que comme nous autres humains nous sommes aussi des êtres de langage et qu'échanger deux mots avec un enfant n'est pas une perte de temps considérable, je dis à l'enfant concerné : "je m'occupe tout de suite de toi" ce qui rassure et calme la partie pulsionnelle de son cerveau et j'ajoute "dès que j'ai fini de faire ceci ou cela" et là l'enfant est davantage capable d'entendre la nécessité d'attendre.

    Si je vois que c'est trop dur pour lui, je rajoute "je me dépêche" et il m'arrive de demander à l'autre personne - surtout si c'est un/e adulte - dont je présume que la maturation de son cerveau lui permet de ne pas activer trop violemment la partie pulsionnelle de celui-ci qui a dû quitter le stade dit "reptilien" ! - s'il/elle peut attendre deux minutes que je rassure l'enfant surtout si je présume que la demande de l'enfant ne prendra que très peu de temps à être satisfaite, beaucoup moins en tout cas que l'attente que la volonté éducative lui imposerait....

    J'ai remarqué au fil des années que l'enfant qui est toujours inquiet de ne pas voir sa demande satisfaite finit par patienter de plus en plus quand il est rassuré d'une part, mais que d'autre part aussi et c'est ce qui m'a le plus étonnée, les autres enfants acceptent volontiers de patienter car eux aussi sont rassurés sur le fait qu'ils obtiendront une réponse positive à leur demande d'attention dans un délai qui leur soit supportable.

    Seul/es les adultes continuent à me poser des problèmes parce que pour eux il s'agit d'une question de principes et on ne plaisante pas avec les principes... Je suppose aussi que c'est le petit enfant insécure qui pleure en l'adulte et qui se raccroche au fait que les sacro saints principes sont plus importants que l'empathie et les relations humaines dans ce qu'elles ont de singulier dans l'ici et le maintenant avec telle personne dans tel contexte particulier. Et puis eux/elles ont subi et "n'en sont pas morts (du moins pas physiquement...) alors la justice voudrait que les autres aussi subissent.

    S'il faut que les enfants apprennent la maturité, arrêtons de leur donner des leçons ("fais ce que je dis") et montrons leur l'exemple ("vois ce que je fais").

    C'est une démarche qui demande un peu de temps au début - pour rassurer les enfants, les sécuriser émotionnellement - mais ce temps est largement rattrapé par la suite car répondre d'abord aux besoins fondamentaux des enfants pose un socle relationnel solide entre l'adulte et les enfants d'une part mais aussi entre les enfants eux-mêmes. 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :